Adopter une éducation à la sobriété numérique : Présentation du GTnum #ÆSON

Résumé

Résumé en français

GTnum 2022-2025 : présentation du groupe thématique numérique sur la sobriété numérique, GTnum #ÆSON (Adopter une Education à la SObriété Numérique).

Résumé en anglais

GTnum 2022-2025: presentation of the digital thematic group on digital sobriety, GTnum #ÆSON.

Résumé en espagnol

GTnum 2022-2025: presentación del grupo temático sobre sobriedad digital, GTnum #ÆSON.

(Mise à jour : 02/10/23)

Présentation générale

Entité porteuse et composition du groupe

Laboratoire porteur

MICA (Médiations, Information, Communication et Arts), EA 4426, Université Bordeaux Montaigne

Entité en co-animation

IMT (Institut Mines Télécom), Atlantique Bretagne Pays de la Loire

Territoire académique associé

Délégation de Région Académique au Numérique Educatif – Région Nouvelle Aquitaine

Universités et laboratoires associés 

Laboratoire Irméccen (Institut de recherche médias, cultures, communication et numérique, EA 7546). Université Paris 3 – Sorbonne Nouvelle

Unité de recherche Techné (UR-20297). Université de Poitiers.

IMT Atlantique Bretagne Pays de la Loire.

Laboratoire LIUPPA EA 3000 (Laboratoire Informatique de l’Université de Pau et des Pays de l’Adour).

Laboratoire FoReLLIS (Formes et Représentations en Linguistique, Littérature et dans les arts de l’Image et de la Scène – EA 15076 – Université de Poitiers.

Laboratoire ERCAE (Equipe de Recherche sur les Contextes et Acteurs de l’Education) – EA 7493 – Université d’Orléans.

Autres partenaires

Réseau Canopé

Ligue de l’enseignement-FOL 29

Conseil Régional de Bretagne (développement des usages numériques)

Programme d’actions et axes de travail

Le projet du GTnum ÆSON (« Adopter une Education à la SObriété Numérique ») vise à mener des actions de réflexion, d’information et de sensibilisation auprès d’élèves et d’enseignants du secondaire sur les enjeux environnementaux du numérique, en prenant appui sur des travaux de recherche et de veille qui permettront de comprendre les processus informationnels, communicationnels et les usages d’un numérique écologiquement plus responsable et plus sobre dans l’enseignement et l’éducation.

Dans le cas de l’éducation, l’impact environnemental du numérique est rarement perçu comme une contrainte majeure par l’ensemble des acteurs de terrain et les décideurs publics. La plupart des acteurs des appels à projets concernant le numérique dans l’éducation, par exemple, ne retiennent pas ce critère pour l’évaluation des propositions, ou lui accordent un poids très faible. L’enjeu écologique met pourtant progressivement en tension les politiques et les usages du numérique pour l’éducation, comme le font déjà les enjeux pédagogiques et didactiques, juridiques et éthiques, économiques et financiers (Cerisier, 2021).

Eu égard à ce constat, les objectifs du GTnum ÆSON visent à fournir :

  1. Une cartographie des champs lexicaux et sémantiques de la sobriété dans les discours institutionnels de l’Education nationale, les programmes scolaires, les référentiels de compétences, les programmes de formation des enseignants, les politiques d’animation pédagogique, les propositions des Etats généraux du numérique pour l’éducation… ;
  2. Un rapport sur les représentations et l’engagement des acteurs de terrain (enseignants, partenaires éducatifs, élèves) en matière de sobriété numérique dans leurs pratiques éducatives, à partir d’entretiens et d’études de cas ;
  3. Des modules de formation à destination de publics enseignants et un guide de bonnes pratiques à destination des collectivités pour l’achat et le renouvellement des ressources matérielles et logicielles pédagogiques.

L’axe 1 du projet porte sur les « discours institutionnels de sobriété numérique dans les programmes et référentiels de l’Education nationale ». Il vise à proposer un état de l’art sur les productions académiques relatives à la responsabilité et la sobriété numériques en éducation sur ces 5 dernières années (2018 à 2022 inclus), ainsi que des analyses lexico-sémantiques de corpus de documents et de contenus éditoriaux de l’Education nationale (programmes, rapports, livres blancs, référentiels, sites web…) traitant de sobriété numérique sur ces mêmes 5 dernières années.

L’axe 2 est relatif à l’engagement des acteurs du secondaire dans la sobriété numérique. Il s’appuie sur la réalisation de plusieurs études de cas coopératifs pour évaluer le coût environnemental de l’utilisation du numérique dans des établissements scolaires selon une logique de recherche participative. Il s’appuie sur des enquêtes qualitatives et études de cas sur la sobriété numérique auprès des acteurs du secondaire : enseignants, élèves (et leur famille) et structures périscolaires d’établissements choisis à Brest et dans la région de Poitiers.

L’axe 3 porte sur le développement de connaissances pour le monde éducatif mais aussi sur le transfert de connaissances du monde éducatif vers les publics citoyens et entrepreneuriaux. La démarche retenue s’appuie sur le recueil des besoins et des pratiques existantes d’écoconception et d’achat/renouvellement des ressources matérielles et logicielles pour l’enseignement. Il vise un travail itératif d’adaptation au contexte de l’éducation et aux différents publics identifiés, sur la base notamment d’ateliers de travail pour médiation de contenus et de collecte des retours usagers.

Identification sur les réseaux sociaux

#GTnum #AESON

Références

Bordage F. (2019) Sobriété numérique. Les clés pour agir, Paris, Buchet-Chastel.

Cerisier, J.F. (2021). Faut-il renoncer au numérique pour l’éducation ? The Conversation.

Courboulay, V. (2021). Vers un numérique responsable. Repensons notre dépendance aux technologies digitales, Paris, Actes Sud.

Descamps, S., Temperman, G. & De Lièvre, B. (2022). Vers une éducation à la sobriété numérique, Humanités numériques, 5. http://journals.openedition.org/revuehn/2858

Flipo, F. (2020). L’impératif de la sobriété numérique. L’enjeu des modes de vie, Paris, Editions Matériologiques.

Flipo, F., Deltour, F. & Dobré, M. (2016). Les technologies de l’information à l’épreuve du développement durable, Natures Sciences Sociétés, 24/1, 36-47. https://www.cairn.info/revue-natures-sciences-societes-2016-1-page-36.htm

Katal, A. et al. (2022). Energy efficiency in cloud computing data centers: a survey on software technologies. Cluster Computing. https://doi.org/10.1007/s10586-022-03713-0

Monnin, A. (2021b). Les « communs négatifs » : Entre déchets et ruines. Études, 59-68. https://doi.org/10.3917/etu.4285.0059

Monnin, A., Landivar, D. & Bonnet, E. (2021). Concevoir les politiques de l’Anthropocène. Dans : Pour sortir de l’impasse, pp. 58-71. Socialter. https://doi.org/10.3917/soci.latou.2021.01.0058

Nicolaï, J. & Peragin, L. (2022). Les certificats de sobriété numérique comme instrument de régulation de la pollution numérique. Revue de l’OFCE, 176, 229-249. https://doi.org/10.3917/reof.176.0229

Rodhain, A., Rodhain, F., Fallery, B. & Galy, J. (2017). TIC et/ou développement durable : le paradoxe écologique vécu par les utilisateurs. Annales des Mines – Gérer et comprendre, 128, 48-61. https://doi.org/10.3917/geco1.128.0048

A consulter aussi

Béchadergue, B., & DNE-TN2. (2022, avril 27). La production des savoirs sur les impacts environnementaux du numérique [Billet]. Éducation, numérique et recherche. https://edunumrech.hypotheses.org/4731

DNE-TN3. (2022). Lettre ÉduNum thématique : La notion d’empreinte environnementale et sociétale du numérique. Ministère de l’Education nationale, de la Jeunesse et des Sports. https://eduscol.education.fr/document/39266/download?attachment


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search