Publications en accès ouvert sur le numérique dans l’éducation (2015-2019). 2 : Culture numérique, forme scolaire, enseignement et apprentissage

Nous proposons ici un focus sur quelques travaux en accès ouvert (sur la période 2015-2019), publiés sur des sites universitaires, ministériels ou déposés dans des archives ouvertes, qui permettent d’avoir un aperçu de l’état de la recherche et des problématiques en cours sur le numérique dans l’éducation. En plus de la référence, nous indiquons le nombre de pages, le résumé (ou un extrait significatif lorsque celui-ci n’est pas fourni) en soulignant les mots clés. 

Ce deuxième focus est consacré au thème de la culture numérique en rapport avec la forme scolaire, l’enseignement et l’apprentissage.

Culture numérique, Ecole et forme scolaire

Cerisier, J.-F. (2015). La forme scolaire à l’épreuve du numérique. [20 pages]

https://hal.archives-ouvertes.fr/hal-01216702

“L’institution scolaire se définit par des objectifs à atteindre et un ensemble de règles socialement acceptées qui encadrent l’activité de tous ses acteurs. C’est la forme scolaire. Après en avoir identifié les traits distinctifs, l’article propose un cadre conceptuel qui permet d’analyser la forme scolaire comme une construction culturelle puis montre comment, au travers des processus de médiation instrumentale, la forme scolaire pourrait être mise en échecs par les attentes et les comportements d’élèves « hyperconnectés ».”

Tableau (ci-dessous) : Impact de l’usage soutenu des technologies numériques sur la forme scolaire

Durampart, M. (2016). La forme scolaire en action traversée par l’école numérique. Revue française des sciences de l’information et de la communication, 9.

https://doi.org/10.4000/rfsic.2492 

“Cet article, issu d’une conférence dans le cadre du colloque ORG&CO à Rennes en mars 2016, présente une expérience et de fait un effet d’expertise sur les changements liés à la diffusion organisée ces dernières années d’une « culture numérique » censée modifier la praxis scolaire et devant construire l’école de demain. Un ensemble de travaux de recherche lié à différents contrats ou programmes au sein d’I3m Toulon est convoqué ici et sert d’indicateurs situés à plusieurs échelons : du local au régional jusqu’au niveau national et enfin retraduits dans une rencontre internationale. Il sera question d’un angle théorique fondé dans la théorie de systèmes sociaux pris en compte afin d’étudier la forme scolaire qui seront donc les appuis de cette réflexion. Nous tentons de montrer, de comprendre et de rendre compte d’apories, de contradictions et d’asymétries liées à l’intégration d’une « culture numérique » à l’école dont nous contestons la réalité. Afin d’envisager un autre cadre pour penser ces évolutions nous proposons un idéal fixé dans la notion « d’organisation apprenante » et faisons aussi un retour vers une approche scientifique et critique objectivée sur un tel contexte qui relève autant des SIC que, plus spécifiquement, de la communication des organisations.”

Fluckiger, C. (2016). Culture numérique, culture scolaire : Homogénéités, continuités et ruptures. Diversité, VEI, 185, 64‑70. [9 pages]

http://hal.univ-lille3.fr/hal-01588410

“Pour parler de « culture numérique » à l’école, il convient de distinguer les discours qui dépeignent une école bousculée par une culture numérique des jeunes, pensée comme homogène ; une école qui aurait un rôle à jouer dans la résorption d’inégalités (sociales, de genre…) face au numérique ; ou encore une école qui devrait construire une culture numérique constitutive d’une culture scientifique et technique plus large. Que fait la culture numérique à l’école ? En réalité, la polysémie même du terme « culture » brouille d’emblée le débat. La culture numérique peut renvoyer à la culture du numérique qu’acquièrent les jeunes en dehors de l’école ; elle peut aussi renvoyer à ce à quoi l’école doit former les élèves. Or les discours médiatiques, mais aussi scientifiques parfois, qui abondent depuis plusieurs années sur les jeunes et le numérique, sur les digital natives (Prensky, 2001) et la Génération Y, se caractérisent par une base empirique extrêmement réduite, ainsi que par des effets de généralité pour le moins interrogeants. Est souvent dépeint « LE » jeune comme si, depuis qu’enfants et adolescents ont des téléphones dans leur poche et des amis en ligne, la jeunesse avait cessé de n’être qu’un mot. Existerait alors une « culture numérique juvénile », distincte de celle des générations précédentes, et dont l’une des conséquences en serait qu’elle heurterait l’école et la culture scolaire. Cet article vise à prendre le contre-pied des discours de sens commun sur la culture numérique des jeunes « mutants » de la « génération Y », en mettant en avant des études empiriques issues de différentes disciplines de recherche qui montrent comment la culture numérique des jeunes est traversée de lignes de fractures, comment les jeunes doivent jongler, plus ou moins aisément, entre plusieurs cultures du numérique et comment de telles situations portent en elles le risque de perpétuer certaines inégalités. Pour cela, notre argumentation se développera en trois temps : nous montrerons d’abord, en rendant compte des débats autour des inégalités numériques et des approches critiques du numérique en éducation, qu’il est nécessaire de modaliser l’idée d’une culture numérique juvénile ; nous discuterons ensuite de la difficulté à penser l’expérience du numérique d’un adolescent comme homogène ; enfin, nous discuterons des manières dont l’institution scolaire et les chercheurs posent le problème de l’évolution des missions de l’école face au développement du numérique.”

Le Crosnier, H. (2017). Tentative de délimitation de la culture numérique pour son usage dans l’institution scolaire. Hermès, La Revue, 78, 159‑166. [7 pages]

http://www.cairn.info/revue-hermes-la-revue-2017-2-p-159.htm

“Comment aujourd’hui penser le numérique à l’école en tenant compte des nouvelles articulations savoir/citoyenneté/ échange ? Comment l’acquisition d’une culture numérique va permettre aux élèves et plus largement à tous les apprenants à ne pas se trouver soumis aux intérêts des plateformes géantes et à vivre dans le monde numérique l’autonomie individuelle qu’une école contemporaine doit permettre ? Dans une première partie, nous essaierons de définir la culture numérique, suivant les deux acceptions habituelles de la culture : les pratiques qui construisent et renforcent des groupes humains, et les pratiques de création culturelle. Le numérique permet des usages sociaux, des créations collectives, des jeux de va-et-vient entre auteurs et lecteurs. Il rend possible l’idée de communs ce qui nous incite à repenser les usages du numérique à l’école, ce que nous aborderons dans la seconde partie. Participer aux communs de la connaissance, et apprendre à publier (s’adresser à un public) peuvent redevenir des activités scolaires qui vont intégrer le numérique dans les formations au-delà de l’acquisition de compétences. Et permettre d’acquérir une littératie numérique, gage d’une autonomie vis-à-vis du système technique des oligopoles de l’internet.”

Enseignement et apprentissage

Beasse, M., & Mohib, N. (2017). Le webdocumentaire : Une opportunité pédagogique pour l’éducation critique aux médias ? tic&société, Vol. 11, N° 1, 167‑195. [28 pages]

http://ticetsociete.revues.org/2294

“Cet article met en lumière le rôle que pourrait jouer le webdocumentaire dans l’éducation critique aux médias à l’ère du numérique. Notre analyse s’appuie sur une étude portant sur l’appropriation de ce format, qui est à la fois un outil numérique et un genre éditorial. En émergence sur le web depuis plus d’une quinzaine d’années, le webdocumentaire fait encore l’objet de peu d’expérimentations pédagogiques alors qu’il tire pleinement partie des nouveaux environnements médiatiques issus de la montée du numérique. Nous montrons comment ce nouvel outil du web, également considéré comme un genre en constante innovation, peut être mis au service de l’apprentissage et quelles compétences il permet de développer.”

Cottier, P., & Person, J. (2018). L’expérience lycéenne des réseaux sociaux numériques. Sociabilité et instrumentalisme en espace protégé. Distances et médiations des savoirs. Distance and Mediation of Knowledge, 2018(21). https://doi.org/10.4000/dms.2098 

“Nous avons rencontré une classe d’élèves de lycée professionnel afin de connaître leurs usages des réseaux sociaux numériques (RSN) dans le cadre de leur expérience scolaire. À partir d’une méthodologie combinant des entretiens collectifs et l’analyse de données en ligne issues des interactions des élèves sur leur groupe-classe Messenger, nous interrogeons les logiques à l’œuvre et questionnons l’intérêt de ce groupe-classe instrumenté pour leur parcours scolaire. La notion d’expérience, comme conduite des lycéens dans le cadre de leurs activités d’échanges, est centrale et met en évidence l’importance que revêt pour eux ce groupe-classe. Si l’efficacité scolaire de ce dispositif communicationnel reste ambivalente, il se révèle, par ses propriétés de confidentialité et d’instantanéité, un puissant vecteur de socialisation entre pairs, à l’abri du regard des adultes.”

Pierre, S. (2019, juin). Construire l’interdisciplinarité pour éduquer au numérique : Didactique curriculaire et éducation à la citoyenneté numérique. Exemple d’un dispositif de formation basé sur des techniques d’animation en Master MEEF (métiers de l’enseignement et de la formation). Conférence Internationale Environnements Informatiques pour l’Apprentissage Humain (EIAH) ATIEF (Association des Technologies de l’Information pour l’Éducation et la Formation) – EIAH. [6 pages] 

https://hal.archives-ouvertes.fr/hal-02146474

“« Eduquer à citoyenneté numérique » est une nouvelle modalité scolaire qui nécessite d’interroger l’identité professionnelle des enseignants mais aussi les outils d’interventions auprès des élèves. Les enjeux sociétaux qui s’attachent à cette valeur et la nature des savoirs, invitent à s’attacher à la place de l’élève en tant qu’acteur dans la situation d’enseignement-apprentissage. A partir d’un dispositif de formation « bien être et réussite des élèves » en Master MEEF 1er degré, nous interrogerons la didactique curriculaire et proposerons une analyse des techniques d’animation intégrant le numérique afin d’amener les élèves à adopter une posture réflexive et critique. L’éducation à la citoyenneté numérique constitue, dans le cadre du milieu scolaire, un nouveau champ d’investigation.”

Tricot, A. (2016). Apprentissages scolaires et non scolaires avec le numérique. Administration Education, N° 152(4), 33‑39. [6 pages]

https://www.cairn.info/resume.php?ID_ARTICLE=ADMED_152_0033

“Le numérique a bouleversé nos vies en l’espace d’une quarantaine d’années. Il a modifié notre travail, nos loisirs, la façon dont nous communiquons, dont nous lisons, etc. Pour autant, quand on entre dans une salle de classe, on voit relativement peu d’outils numériques. Les enfants utilisent plus fréquemment un ordinateur à la maison qu’à l’école. L’objectif de cet article est de comprendre ce décalage en centrant le propos sur les apprentissages : pourquoi les élèves apprennent-ils si peu avec le numérique à l’école ? Qu’est-ce que les enfants apprennent au cours de leurs usages quotidiens, non-scolaires, du numérique ? Pour répondre à ces questions, sept différences entre les apprentissages scolaires et non-scolaires liés au numérique sont étudiées : (1) la valeur adaptative de l’apprentissage, (2) la différence entre buts et moyens d’apprentissage, (3) l’importance de l’attention, (4) les processus et (5) les situations d’apprentissage, (6) le rôle de la motivation et enfin (7) les limites de la généralisation.”

Tricot, A., & Rafenomanjato, J. (2017). Le numérique et le métier d’élève. Hermès, La Revue, 78, 142‑150. [8 pages]

http://www.cairn.info/revue-hermes-la-revue-2017-2-p-142.htm

“Apprendre à l’école implique la réalisation de tâches. Une brève revue de la littérature examine si les technologies numériques font disparaître, modifient ou créent des tâches qui permettent aux élèves d’apprendre. Les effets des technologies éducatives, ceux des outils numériques importés au sein des écoles, enfin ceux liés à l’évolution de l’environnement informationnel sont distingués. Si les tâches scolaires sont fondamentalement les mêmes, leur mise en œuvre est parfois facilitée, parfois compliquée, mais surtout, profondément modifiée, pour au bout du compte améliorer ou détériorer les apprentissages.”



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.