Publications en accès ouvert sur le numérique dans l’éducation (2015-2019). 1 : Aspects généraux et ressources

Nous proposons ici un focus sur quelques articles et travaux francophones en accès ouvert (sur la période 2015-2019), publiés sur des sites universitaires, ministériels ou déposés dans des archives ouvertes, qui permettent d’avoir un aperçu de l’état de la recherche et des problématiques en cours sur le numérique dans l’éducation. En plus de la référence, nous indiquons le nombre de pages (lorsqu’il est renseigné), le résumé (ou un extrait significatif lorsque celui-ci n’est pas fourni) en soulignant les mots clés. 

Ce premier focus est consacré aux aspects généraux et à la question des ressources.

Aspects généraux

Baron, G.-L., Wallet, J., & Voulgre, E. (2018, juin 14). Technologies de l’information et de la communication et Sciences de l’éducation. [9 pages] http://www.adjectif.net/spip/spip.php?article468 

“Pistes de réflexion portant sur la diversité des approches sous-tendant les usages des technologies de l’information et de la communication (TIC) en éducation et sur diverses modalités de recherche en Sciences de l’éducation autour de cette problématique. Le texte fait suite à une communication au colloque Enjeux, débats et perspectives : 50 ans de Sciences de l’éducation les 18, 19 et 20 octobre 2017 organisé à Caen. Il s’agit d’une synthèse destinée à susciter des réactions.”

Collin, S., Guichon, N., & Ntebutse, J. G. (2015). Une approche sociocritique des usages numériques en éducation. Sciences et Technologies de l’Information et de la Communication pour l’Éducation et la Formation, 22. [30 pages]

https://hal.archives-ouvertes.fr/hal-01218240

“Cet article a pour objectif de contribuer à formaliser une approche sociocritique du numérique en éducation. Telle que nous la concevons, cette approche consiste à étudier les relations entre le profil et le contexte socioculturel des élèves et leur disposition à s’éduquer et se former avec le numérique. Elle se situe au croisement, d’une part, de la sociologie des usages, qui a peu développé les dimensions éducatives du numérique, et d’autre part, des sciences de l’éducation, qui ont faiblement mis en lien les usages numériques proposés aux élèves en salle de classe avec ceux développés en contexte extrascolaire. Elle s’inscrit dans la thématique des usages numériques éducatifs, telle que circonscrite par (Baron , 2014), et se veut complémentaire aux approches didactique et psychopédagogique majoritairement utilisées. Nous commençons par expliciter les fondements de cette approche. Nous présentons ensuite un aperçu de trois de ses thématiques saillantes, avant d’aborder ses implications méthodologiques et sa complémentarité avec les approches didactique et psychopédagogique, ainsi que les principaux défis qu’elle doit relever.”

Fluckiger, C. (2017). Les technologies numériques à l’école, quel bilan ? [4 pages]

http://hal.univ-lille3.fr/hal-01613680

“Depuis quelques années, les prises de position politiques concernant les technologies numériques à l’école se multiplient : rapports parlementaires, discours de rentrée ministériels sur la littératie numérique, la formation du futur citoyen. Dans les derniers programmes de l’école primaire, cette volonté institutionnelle se traduit par une présence importante des termes informatique (31 fois) et numérique (plus de 200 fois). Si la traduction de ces discours institutionnels dans les pratiques effectives en classe n’est pour l’instant pas complètement documentée, ils s’inscrivent néanmoins dans un contexte général marqué par trois évolutions importantes :

– La montée de nouvelles pratiques numériques de la part des élèves, sur les réseaux sociaux ou le Web, constituant une culture numérique juvénile (Fluckiger, 2008 ; Dauphin, 2012) qui, à tout le moins, infléchit sérieusement leur rapport aux savoirs et à l’information, les pratiques de lecture, leur sociabilité ou les étapes de leur construction identitaire.

– Le renouvellement d’une technologie éducative diffusée de manière croissante pour enseigner ou pour apprendre, de plus en plus connectée et mobile, par la diffusion de matériels comme les Tableaux Numériques Interactifs (TNI), tablettes numériques, les Espaces Numériques de Travail (ENT), etc., de logiciels éducatifs ou encore de ressources éducatives pour les enseignants (des sites institutionnels aux réseaux sociaux).

– L’apparition de nouveaux objets d’enseignement liés à cette culture numérique (Baron, Bruillard, Drot Delange, 2015), des éducations aux médias, à l’information (Chapron, Delamotte, 2010), aux options Sciences du numérique et Création Numérique, en passant par la documentation (Cordier, 2015). 

Ce contexte en évolution rapide a donné lieu à une recherche empirique et théorique riche et variée, en sciences de l’éducation et dans d’autres disciplines. Se posent en effet des questions sur les objets pertinents à enseigner, les plus-values ou problème liées à telle ou telle technologie, les effets sur les acteurs (élèves, enseignants, parents, etc.), les politiques publiques, etc.”

Ressources

Beauné, A., Levoin, X., Bruillard, E., Quentin, I., Zablot, S., Carton, T., Rouvet-Song, C., Normand-Assadi, S., Le Roy, M., Nikishina, T., Mas-Costesèque, S., & Baron, G.-L. (2019). Collectifs en réseau d’enseignants producteurs de ressources. Rapport scientifique des laboratoires STEF et EDA dans le cadre de la convention DNE. [308 pages]

https://hal.archives-ouvertes.fr/hal-02022830?fbclid=IwAR0zQ6OF81_BjFdJPnNKa9ubcGktPiUddmEPui38fXL0dJbBoqv_x0Lvaio

Thèmes abordés (extrait du sommaire) :

Pratiques éducatives à l’heure des réseaux

Des pratiques individuelles aux pratiques collectives 

Constellations de collectifs d’enseignants

Pratiques de communication en ligne

Collectifs « militants » ?

Collectifs « marchands »

Goislard de Monsabert, S. (2015). Savoir en réseau. Introduction de ressources numériques et interactives. Des usages imaginés aux usages observés dans les classes. Quelle transformation des métiers d’enseignants et d’élèves ? [Theses, Université Paris-Est]. [541 pages]

https://tel.archives-ouvertes.fr/tel-01336529

“Notre recherche interroge les éventuelles transformations qui modifient la relation pédagogique lorsque des enseignants introduisent dans leur pratique des ressources numériques et interactives. Nous visons à observer les usages réels, plutôt que les usages attendus par les acteurs, qui se développent à la faveur de cette nouvelle instrumentation des pratiques pédagogiques. Pour saisir la complexité des processus à l’œuvre dans les situations pédagogiques, nous avons élaboré un outil d’observation des interactions entre les différents acteurs de la classe et identifier les usages déployés par les apprenants. Il a abouti à une proposition de modélisation de la dynamique des situations d’apprentissages collaboratifs instrumentés. Notre recherche s’appuie sur des observations « longitudinales » menées dans une classe de deux enseignants de collège et de lycée. Elles permettent d’évaluer les changements apportés par l’introduction des supports pédagogiques numériques. L’analyse de notre matériau empirique fait ressortir que, lorsque les ressources pédagogiques sont numériques, la mobilisation des élèves est plus visible. Celle-ci est corrélée à une réorganisation du jeu des acteurs de la classe qui produit des interactions plus riches et une meilleure densité didactique. Cela semble confirmer l’hypothèse des enseignants que les ressources numériques permettent une activité plus attractive. De plus, la production et le partage de nouveaux supports pédagogiques via les réseaux sociaux semblent également participer à l’émergence de collectifs professionnels. L’étude de terrain montre que l’utilisation d’Internet en classe est efficace et permet des apprentissages qui aident l’enseignant à adopter une posture éthique d’autorité relevant d’un génie pédagogique : « une parole authentique lorsqu’il s’adresse à l’autre de la relation », « une parole habitée adressée à un autre au singulier », « une parole adressée, qui cherche à comprendre et non une parole assurée, autorisée par un seul savoir scientifique » (FLICHY,1995 pp. 77, 82). La classe se transforme en un dispositif qui autorise et systématise le travail en autonomie et prépare les esprits aux rencontres hasardeuses.”

Loffreda, M. (2017). Modes de circulation des ressources éducatives, et en particulier des REL : Choix et conception de ressources par les enseignants. ENS Paris-Saclay, STEF. [50 pages]

http://cache.media.eduscol.education.fr/file/Numerique/98/2/LOFFREDA_Rapport_DNE_REL_et_ressources_educatives_STEF_mars17_750982.pdf

“Ce rapport a pour objectif de présenter une revue de littérature portant sur les manières dont les enseignants conçoivent ou choisissent des ressources, en particulier les ressources éducatives libres.”

Maître, J.-P., Huchette, M., & Bruillard, E. (2018). Comment analyser ce que font les enseignants dans la préparation de leurs cours ? Ébauche d’un cadre conceptuel. In Recherches en Éducation – n°33 – Juin 2018. (p. 132‑145). [13 pages]

http://www.recherches-en-education.net/IMG/pdf/REE_33.pdf 

“En préparant leurs cours, les enseignants fabriquent des supports pour leurs élèves, et mobilisent pour cela des ressources qui leur sont propres et d’autres qu’ils trouvent sur internet, auprès de collègues, etc. Cette activité ordinaire s’avère complexe et faiblement documentée par la recherche. De quoi les enseignants partent-ils pour préparer leurs cours ? Comment s’y prennent-ils pour en faire des supports d’enseignement ? Comment les supports de cours sont-ils recyclés d’une année sur l’autre ? Cet article propose quelques repères théoriques pour l’analyse de ces questions. Le propos s’inscrit dans le cadre du projet ANR ReVEA, présenté succinctement. Il est étayé par la littérature de recherche – rare sur le sujet – et par des données d’enquête par entretien auprès d’enseignants français de technologie au collège et de  sciences et technologies de l’ingénieur au lycée. La conclusion pose la question du caractère systémique de l’organisation de cette part du travail enseignant, ouvrant de nouvelles perspectives de recherche.”

Raucent, B., Mathelart, C., Deville, Y., Docq, F., Jacqmot, C., & Wouters, P. (2019). Open Education. LLL – Presses universitaires de Louvain. [52 pages]

https://oer.uclouvain.be//jspui/handle/20.500.12279/587

“Open Education, un terme que vous avez probablement déjà entendu mais savez-vous pour autant ce qu’il signifie ?    

Un terme qui sous-entend l’ouverture, l’éducation mais qui ne s’y limite pas. Quel objectif ? Quels avantages ? Quelles limites ?   

Autant de questions auxquelles ce cahier tentera de répondre en vous livrant quelques clés et pistes d’action pour vous emparer de l’Open Education.  

Dans son plan stratégique Louvain 2020, l’UCLouvain accorde une attention particulière au mouvement de l’Open Education. L’université souhaite répondre à une vision d’avenir, à un besoin de partage des ressources, de mise à disposition de pratiques, de connaissances, d’outils, etc. afin d’améliorer l’accès et l’efficacité de l’éducation y compris au-delà de ses frontières. Le mouvement de l’Open Education est déjà bien ancré au sein de l’université. Nombreux sont les enseignant·e·s qui s’y intéressent et se sont déjà lancés dans la pratique. Et vous ?  

Ce cahier se veut être un guide pour vous accompagner dans l’Open Education. Il ouvre les portes de certaines notions telles que les Massive Open Online Courses (MOOCs), les Open Educational Resources (OER), les OpenCourseWare (OCW) ou encore les licences Creative Commons (CC).”


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.