Apprendre à collaborer : l’influence des espaces physiques-numériques de travail sur le développement des compétences collaboratives

Résumé

Résumé en français

Présentation de la thèse d’Andrea Tucker sur l’influence des espaces physiques-numériques de travail sur le développement des compétences collaboratives (incubateur de l’académie d’Amiens).

Résumé en anglais

Presentation of Andrea Tucker’s thesis on the influence of physical-digital work spaces on the development of collaborative skills.

Présentation générale

Résumé en français

Cette recherche vise à investiguer les méthodes de travail et d’apprentissage
collaboratif dans la sphère éducative. Quelles sont les compétences associées à la collaboration ? Comment sont-elles acquises ? Comment les technologies qui ont à la fois une nature physique et numérique influencent-t-elles ces processus ? La capacité d’un individu à travailler collaborativement est au cœur des intérêts institutionnels aujourd’hui, marqué notamment par un discours sur les pratiques collaboratives facilitées par des technologies adaptées. À cette fin, nous étudions comment trois formes différentes d’espaces physiques numérique de travail influencent la collaboration lorsque les élèves travaillent en groupe. Cela inclut les tables et tableaux tactiles multi-utilisateur, ainsi que les tablettes en différentes combinaisons. Nous proposons un modèle de la collaboration et d’évaluation des compétences collaboratives.
Nous élaborerons un état de l’art sur la collaboration instrumentée, la collaboration en tant que compétences et les espaces physiques-numériques de travail. Nous présentons ensuite notre protocole de recherche mobilisant 45 élèves ingénieur travaillant sur des cas d’études dans le contexte d’un cours universitaire. Nous proposerons un modèle de collaboration que nous mobiliserons ainsi qu’un référentiel de compétence pour évaluer l’engagement et les impacts de certains comportements selon cinq compétences clés. Nos résultats montreront que la forme de l’espace physique-numériques a une influence sur les modes d’interactions mobilisés par les élèves. Il y a, par conséquence, une influence sur l’activation de certaines compétences. Notamment, les espace de travail qui intègre un espace individuel et collectif semble avoir une influence positive sur les modes d’interaction et d’activation des compétences lié à la participation, la communication et le partage de temps de parole.

Résumé en anglais

This research aims to investigate collaborative methods of working and learning in an educational context. What are the competencies associated with collaboration and how are they acquired? How do technologies that have both physical and digital affordances influence this process ? The capacity of an individual to work collaboratively with others is at the heart of current institutional concerns, marked particularly by discourse about how collaborative practices can be facilitated by adapted technologies. To this end, we study how three different forms of physical-digital workspaces influence collaboration in student work groups, including multi-user tactile tables, boards and individual tablets used in various combinations with the aim of proposing a model for collaboration and collaborative competency assessment. In this dissertation we propose a state of the art on collaboration, collaboration as a competency and physical-digital workspaces. Then, we present our research protocol from a study with 45 university students working on case studies in the context of a course. We propose two models. The first is a model of interactions mobilized during collaborative work. The second is a framework for assessing engagement and the impact of behaviors during collaboration based on five key competencies. Our results show that the form of the physical-digital workspace has an influence on modes of interaction employed by students during their work as well as on the appearance or lack thereof of certain competencies. Most notably, those workspaces which integrate both individual and collective space seem to have the most positive impact on collaborative processes and competency activation related to participation and engagement, communication, and sharing talk time.

Extraits

Contributions de la recherche

“A travers notre recherche nous considérons avoir contribué des éléments de réponses sur trois questions :

  • Comment pouvons-nous prendre en compte la collaboration ainsi que la
    coopération lors d’un travail collectif ?
  • Comment pouvons-nous parler de l’articulation entre l’espace physique et
    numérique ?
  • Comment pouvons-nous évaluer le potentiel pour un artefact d’influencer le développement d’une compétence, notamment les compétences à collaborer ?
    Comment pouvons-nous prendre en compte la collaboration ainsi que la coopération lors d’un travail collectif ?
    Il y a un consensus dans la littérature d’aujourd’hui que la différence entre la coopération et la collaboration se retrouve dans la division du travail entre acteurs (Baker, 2015; Baudrit, 2007a; Dillenbourg, 1999). Mais sont-ils nécessairement en tension ? Une séance de travail est-elle soit coopérative, soit collaborative ? Quand le travail est divisé et les élèves font leur travail – ils ne font plus de la coopération, ni de la collaboration – ils travaillent individuellement.” (…)

“Dans la littérature sur les compétences, nous trouvons qu’elles sont généralement évaluées de façon individuelle. Il y a plusieurs façons faire : les évaluations écrites, l’autoévaluation, l’élaboration d’un portfolio, l’évaluation de la performance, etc. Quand nous parlons de la collaboration en tant que compétence, elle est nécessairement articulée à d’autres individus. Alors, est-il pertinent d’évaluer un individu pour une compétence collective ? Pourquoi ou pourquoi pas ? Comment le faire ? Quel méthodologie et outils mobiliser ? Nous croyons qu’établir une grille qui identifie si et à quel point les élèves s’engagent dans certains comportements est un bon point de départ, mais qu’il est pertinent de faire l’évaluation sur l’impact de ces actions sur le groupe.”

Référence

Tucker, A. (2020). Learning to Collaborate : The Influence of Physical Digital Workspaces on the Development of Collaborative Competencies [Université de Lille]. https://pepite-depot.univ-lille.fr/LIBRE/EDSHS/2020/2020LILUH039.pdf

A consulter aussi

Aillerie, K. (2015, mai 20). Collaborer de façon informelle sur les réseaux sociaux : Quelles pratiques ? Quels enjeux ? Réseau Canopé – L’Agence des usages. https://www.reseau-canope.fr/agence-des-usages/collaborer-de-facon-informelle-sur-les-reseaux-sociaux-quelles-pratiques-quels-enjeux.html

DNE-TN2. (2021, février 3). « Le numérique pour l’apprentissage collaboratif : Nouvelles interfaces, nouvelles interactions » (revue Médiations & médiatisations) [Billet]. Éducation, numérique et recherche. https://edunumrech.hypotheses.org/2638

Enseigner l’écriture collaborative dans le secondaire. (s. d.). WebTV UTC. Consulté 13 mai 2018, à l’adresse https://webtv.utc.fr/watch_video.php?v=G4858YD99M9H

Epstein, M., & Millon-Fauré, K. (2019). Étude d’un projet numérique de pratiques collaboratives innovantes ; défis et transformations pour des enseignants du secondaire. La nouvelle revue – Éducation et société inclusives (ISSN : 2609-5211). https://hal.archives-ouvertes.fr/hal-02100423


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search