Comprendre les enjeux du numérique en éducation : quelques apports de la recherche

Résumé

Résumé en français

Panorama de quelques apports de la recherche sur les enjeux du numérique en éducation : contexte socio-économique et culturel, parentalité et vie familiale, pratiques des jeunes, enseignement et apprentissages, intelligence artificielle, impact de la crise sanitaire.

Résumé en anglais

Overview of some research contributions on the challenges of digital education: socio-economic and cultural context, parenthood and family life, youth practices, teaching and learning, artificial intelligence, impact of the health crisis.

[v2 – Mise à jour : 13/06/22]

Introduction générale : un vaste champ d’étude et une diversité d’approches  

A) Définir « le numérique » (1) ? Des technologies aux acteurs

« « Numérique » sert surtout à circonscrire de manière floue un champ très vaste (celui des technologies de communication de masse et de l’informatique), au sein duquel existent des parcelles très différentes. » (Baron, 2014)

« Les TICE, comme le « numérique éducatif », désignent un vaste ensemble allant des matériels informatiques aux contenus multimédias. Une diversité d’acteurs, des industriels aux producteurs de contenus, des collectivités à l’État, des enseignants aux élèves, est donc susceptible de s’y investir, d’étendre son champ d’action sans susciter d’interrogations ou de résistances particulières. » (Inaudi, 2017)

« Notons (…) le choix du substantif « numérique » ou de l’expression « numérique éducatif », terminologie en tant que telle significative d’un rapprochement systématique entre mise à disposition de matériels et transformation subséquente des pratiques d’enseignement et des apprentissages. Cette relation de causalité est cependant loin d’être évidente (Amadieu et Tricot, 2014). Pour ce qui regarde les compétences des enseignants, trois axes majoritaires sont déclinés : la maîtrise des outils, les usages disciplinaires et les méthodes d’enseignement, la culture numérique et l’éducation aux médias et à l’information (EMI). Pour ce qui concerne les élèves, les compétences exigées sont relatives à la créativité, la pensée critique, la résolution de problèmes et la capacité à produire des contenus pertinents et de qualité (voir par exemple les items du brevet informatique et Internet [B2i] niveau lycée : travailler dans un environnement numérique évolutif ; être responsable ; produire, traiter, exploiter et diffuser des documents numériques ; organiser la recherche d’informations ; communiquer, travailler en réseau et collaborer). » (Aillerie, 2017)

« S’intéresser aux usages du numérique en éducation suppose de clarifier ce qu’on entend par numérique. En effet, informatique, numérique, TIC, multimédia éducatif, technologies éducatives, etc. sont ou ont été des désignations floues et sujettes à des changements de sens. (…) Il n’est pas question ici de proposer une nouvelle typologie. Il peut en revanche être fécond de poser la question, pour chacune des technologies évoquées dans cette contribution, de comment elle se situe par rapport à de grandes oppositions, qui peuvent être vues comme autant de clés de compréhension du foisonnement de technologies numériques éducatives. S’agit-il :

  • De l’objet de l’apprentissage ou d’un outil pour apprendre ?
  • D’un dispositif individuel ou collectif, cherche-t-on à individualiser l’enseignement ; à adapter aux besoins des élèves ou au contraire de faire collaborer ?
  • D’un dispositif mobile ou fixe ?
  • D’une technologie apprendre ou pour enseigner ; pour les élèves ou pour les enseignants ?
  • D’un outil disciplinaire, propre à une matière (comme un logiciel de simulation en science-physique ou d’apprentissage de la lecture ou général) ?
  • D’une technologie conçue pour l’école ou conçue à d’autres fins et scolarisée ?
  • D’un produit commercial ou libre, open source, gratuit… ?
  • D’un usage en classe ou hors de la classe (pour le travail à la maison, les sorties scolaires, etc.) ?
  • D’objets ou de pratiques apportés par l’enseignant, l’institution ou alors importés par les élèves ?
  • … »

(Fluckiger, 2020)

Cité par (Fluckiger, 2020)

B) Définir « le numérique » (2) ? L’approche anthropologique

« Le numérique peut se définir anthropologiquement comme l’ensemble des interactions entre les humains, les machines et les matériaux numérisés. Le numérique, c’est le fait social total de notre civilisation occidentale hypermoderne. Pour l’anthropologue Marcel Mauss un fait social comporte toujours plusieurs dimensions (psychique, symbolique, culturelle, esthétique, historique, politique, économique, juridique…) qui s’articulent les unes avec les autres. » (Plantard, 2014)

« L’avènement du numérique constitue bien sûr un tournant fondamental qui transforme les processus de fabrication et de transmission du savoir. Pour en mesurer la portée, il faut s’affranchir d’une pensée instrumentale, qui est encore celle de l’informatique, et prendre conscience que le numérique désigne désormais un milieu beaucoup plus quun outil. » (Mulot & Carbillet, 2014)

C) Apprendre et comprendre en faisant : les apports des SHS et le champ des humanités numériques

« L’engagement des sciences sociales dans le monde numérique transformé par le Big Data et leur fonction réflexive nécessitent de leur part une véritable capacité à se laisser affecter, à « devenir avec » (Haraway, 2003) qui doit même devenir un impératif de « devenir à l’intérieur » (« to become within », comme nous l’avons posé pour penser les cosmopolitiques, Boullier, 2015). Il est en effet quasiment impossible de penser le numérique sans devenir soi-même un producteur, un acteur qui expérimente, pour mieux entrer dans ces politiques des algorithmes qui tendent toujours à se refermer en boîte noire. » (Boullier, 2016)  

« « Domaine de recherche et d’enseignement au croisement de l’informatique et des lettres, des arts, des sciences humaines et des sciences sociales, visant à produire et à partager des savoirs, des méthodes et de nouveaux objets de connaissance à partir d’un corpus de données numériques » (Legifrance, 2019), les humanités numériques désignent à la fois un champ d’étude, une communauté de praticiens et un « dialogue interdisciplinaire sur la dimension numérique des recherches en sciences humaines et sociales, au niveau des outils, des méthodes, des objets d’études et des modes de communication » (Dacos & Mounier, 2014). Ainsi ces dernières années le développement des formations aux humanités numériques dans l’enseignement supérieur est-il devenu un sujet d’actualité (de Amorim, 2019 ; « Digital Humanities Course Registry », 2014), faisant écho à une problématique comparable qui se pose pour les professeurs de l’enseignement scolaire dans la prise en compte du numérique dans leurs pratiques professionnelles. » (Allouche, 2020)

D) Eduquer au numérique : technologies et écosystème

« L’éducation au numérique vise les connaissances et compétences liées aux sciences du numérique et l’usage du numérique dans différents contextes (p. ex., apprendre à trier des informations selon des algorithmes ou protéger sa vie privée sur les réseaux sociaux). Pour les bases, cette formation peut se faire en mode « débranché » c’est-à-dire sans dispositif numérique (§ Class’Code et Pixees en annexe). L’éducation par le numérique utilise des dispositifs numériques (matériel et logiciel, p. ex. des capacités de représentation en 3D) dans un objectif disciplinaire ou interdisciplinaire comme la compréhension de l’électromagnétisme par la réalité augmentée ou par l’utilisation des clickers pour évaluer in situ la compréhension des étudiants en amphithéâtre. » (Inria, 2020)

« Dans le passage de l’informatique au numérique, c’est l’introduction d’une dimension culturelle, sociale et éthique qui est en jeu, dans une perspective non plus techniciste mais historique et citoyenne. Nous plaidons pour que le fait numérique ne soit plus réduit à des questions d’équipement ou de compétence à manipuler des outils. Encore très présente dans le discours de l’institution, cette focalisation sur les outils prend la place d’une réflexion plus approfondie sur l’écosystème numérique et sur le rôle de l’enseignement au sein de cet environnement. » (Merzeau & Mulot, 2017)

A retenir

Un vaste champ d’étude et une diversité d’approches

L’étude du numérique en éducation va des interfaces aux interactions, des pratiques aux représentations. C’est un champ de recherche qui recouvre une grande diversité d’objets : dispositifs technologiques utilisés (équipements, services, environnements de travail, ressources), évolution des pratiques professionnelles, écosystèmes et interactions entre acteurs, etc. – et d’approches, disciplinaires ou pluridisciplinaires : psychologie, neurosciences, informatique et sciences du numérique, sciences de l’information et de la communication, sciences de l’éducation, sociologie, didactique, anthropologie, sociolinguistique, ingénierie des connaissances, etc.

Un contexte socio-économique et culturel en mutation

L’étude du numérique en éducation est à replacer dans un contexte plus large, celui de la révolution numérique qui représente une rupture sociale comparable à celle de l’imprimerie au XVe siècle.

A l’échelle mondiale on observe une domination des logiques d’intermédiation algorithmique de quelques grandes plateformes dont le modèle économique est fondé sur une captation des traces et de l’attention des utilisateurs. Les données massives ainsi générées leur permettent de développer des technologies d’intelligence artificielle d’apprentissage profond et de dominer quatre grands réseaux : machines (infrastructures), documents (web), personnes (réseaux sociaux), objets connectés.

Cette réalité sociale et cet espace public en mutation génèrent de nouveaux enjeux éducatifs, comme l’éducation aux médias et à l’information, la littératie numérique, l’éducation aux données, la place de l’intelligence artificielle (notamment dans ses dimensions technologiques, juridiques et éthiques).

Numérique, parentalité et vie familiale

Le numérique (équipement, médias, interactions sociales) a désormais une place dans le quotidien des familles, avec un impact sur l’évolution de la parentalité et des liens entre écoles et familles (la crise sanitaire ayant joué à la fois un rôle de révélateur de réalités sociales et d’accélérateur de transformation). L’étude des pratiques des jeunes révèle de grandes disparités entre territoires et entre milieux socioculturels, ainsi qu’une attente de reconnaissance.

Enseignement et apprentissages

Les pratiques d’encadrement et d’enseignement varient en fonction des territoires et des dynamiques d’appropriation locales (par ex. à l’échelle d’un établissement).

Il n’y a pas de déterminisme ni d’automaticité entre équipement et indicateurs de réussite scolaire, une même technologie pouvant faire l’objet de stratégies, d’organisations et de projets de mise en œuvre différents.

Une des clés d’entrée pour analyser les apports potentiels des technologies numériques dans les apprentissages est constituée par l’ensemble des fonctions pédagogiques attendues par les enseignants pour l’application des programmes (présentation, recherche d’information, expérimentation, écoute, création, etc.).

Document complet à télécharger

Comprendre les enjeux du numérique en éducation : quelques apports de la recherche (v2)

A consulter aussi

DNE-TN2. (2020a, mars 25). Pratiques et usages numériques des jeunes : Productions du GTnum 4 [Billet]. Éducation, numérique et recherche. https://edunumrech.hypotheses.org/?p=1429

DNE-TN2. (2020b, mars 30). Numérique et ressources éducatives : Productions du GTnum 6. Éducation, numérique et recherche. https://edunumrech.hypotheses.org/1453

DNE-TN2. (2020c, juillet 3). Productions des groupes thématiques numériques de la DNE [Billet]. Éducation, numérique et recherche. https://edunumrech.hypotheses.org/1948

DNE-TN2. (2020d, juillet 7). « Entre distance et présence : La formation à l’heure de l’hybridation » (revue Distance et Médiation des Savoirs) [Billet]. Éducation, numérique et recherche. https://edunumrech.hypotheses.org/1964

DNE-TN2. (2021a, janvier 11). « Enseigner et apprendre les humanités numériques » : Appel à contributions [Billet]. Éducation, numérique et recherche. https://edunumrech.hypotheses.org/2524

DNE-TN2. (2021b, février 1). Numérique, éducation, savoirs et formation : Actualité des thèses francophones en accès ouvert (2018-2020) [Billet]. Éducation, numérique et recherche. https://edunumrech.hypotheses.org/2628

DNE-TN2. (2021f, mars 26). Etat de la recherche sur le numérique en éducation (2010-2020) [Billet]. Éducation, numérique et recherche. https://edunumrech.hypotheses.org/2784

DNE-TN2. (2021k, août 30). Actualité des revues et des publications en accès ouvert (rentrée 2021) [Billet]. Éducation, numérique et recherche. https://edunumrech.hypotheses.org/3312

DNE-TN2. (2021l, septembre 7). Le numérique éducatif : Que nous apprennent les données de la DEPP ? [Billet]. Éducation, numérique et recherche. https://edunumrech.hypotheses.org/3424

DNE-TN2. (2021m, septembre 9). Les formes de partenariat recherche/éducation : Références, repères et pistes de travail [Billet]. Éducation, numérique et recherche. https://edunumrech.hypotheses.org/3354

DNE-TN2. (2022b, mars 17). Rencontre des doctorants DNE (mercredi 16 mars 2022) : Supports et captation vidéo [Billet]. Éducation, numérique et recherche. https://edunumrech.hypotheses.org/4234


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.