Les formes de partenariat entre laboratoires et territoires académiques – Supports et compte-rendu du webinaire inter GTnum (09/09/21)

Résumé

Résumé en français

Supports du webinaire des groupes thématiques numériques sur les formes de partenariat et d’actions communes entre laboratoires et territoires académiques (09/09/21) : apports théoriques et retours d’expériences.

Résumé en anglais

Materials from the webinar of the digital thematic groups on the forms of partnership and joint actions between laboratories and academic territories (09/09/21) : theoretical contributions and experience feedback.

Présentation générale

Contexte :

  • Travaux des #GTnum 2020-2022
  • Phase préparatoire : consultation préalable des #GTnum sur la thématique souhaitée, séances de brainstorming et document partagé
  • Deuxième webinaire inter GTnuml  après celui sur le plan de gestion des données de recherche (20/01/21).  

Objectifs du webinaire : recueil des retours d’expériences, mutualisation d’outils, de ressources et de processus méthodologiques venant en appui de l’articulation terrain/recherche.

Programme

Introduction : Innovation et recherche appliquée, contexte et enjeux des partenariats laboratoires/territoires académiques (DNE-TN2)

1. Apports théoriques sur les formes de partenariat laboratoires/territoires académiques

Quelques repères et références/contribution au carnet Hypothèses « Education, numérique et recherche : André Tricot, Georges-Louis Baron, Laurent Jeannin, Elie Allouche

2. Focus GTnum/territoires académiques, tour de table et échanges

  • Projets avec la recherche (projets incubateur, e-FRAN, P2IA, GTnum) et feuille de route académique -GTnum PERSEUS #interactionhybridation/Académie Nancy-Metz : Sylvie Vitel
  • L’appui de la recherche dans les actions académiques – GTnum EPSYLON #formescolaire_num/Académie de Montpellier : Sabrina Caliaros, André Tricot  
  • Hybridation et forme scolaire, théorie et pratique – GTnum ADEF #formescolairehybride/Académie Aix-Marseille : Patrice Laisney  
  • Forums « éducation et recherche » : travail avec la recherche, restitution et transformation des pratiques – GTnum #dispar_num Académie de Rennes : Didier Perret
  • Travaux académiques mutualisés (TraAM) et recherche – DNE : Valérie Marcon  

Apports théoriques

Elie Allouche (DNE) : rappel du récent billet Edunumrech

DNE-TN2. (2021, septembre 9). Les formes de partenariat recherche/éducation : Références, repères et pistes de travail [Billet]. Éducation, numérique et recherche. https://edunumrech.hypotheses.org/3354

Contribution de Georges-Louis Baron (Université de Paris, Laboratoire EDA) et Cédric Fluckiger

La courte synthèse qui suit s’appuie sur un article récent coécrit avec Cédric Fluckiger (2021) dans la Revue canadienne de l’apprentissage avec les technologies. Je présenterai d’abord deux remarques préliminaires puis discuterai très brièvement 3 points : le passage à l’échelle des innovations, la notion de preuve, les paradigmes et modèles de recherche.

Remarques préliminaires

Actuellement, tout le monde semble d’accord sur l’intérêt de maintenir une perméabilité entre recherche et pratique. L’article récent dans le carnet Hypothèses fait un panorama assez complet des modalités et des modèles actuels. Il met notamment en évidence qu’il s’agit d’une histoire assez ancienne avec énormément de travaux et des positions souvent antagonistes, où le point de dissensus ce sont les méthodes employées pour justifier les résultats apportés.

Par ailleurs, dans le cas des technologies en éducation, l’analyse historique montre que les idées de la recherche et de l’innovation ont bien influencé les pratiques, quoique sur un mode oblique, de manière différée voire dénaturée : ce qui se scolarise est héritier d’actions de recherche et d’innovation menées bien en amont avec des praticiens.

Un enjeu : le passage à l’échelle

Un assez large consensus existe sur le fait qu’il doit y avoir un passage à l’échelle entre les terrains de la recherche et l’innovation d’une part, le monde ordinaire d’autre part ; on parle aussi de transfert et parfois même de translation. Mais la notion de passage à l’échelle est plus complexe qu’il n’y paraît. Morel et ses collègues (2019) en distinguent 3 formes principales.

  • La première est la réplication : on applique ce qui a été trouvé et cela se diffuse tel quel. Cette modalité ne marche pas du tout dans notre domaine : les choses changent trop vite : technologies, programmes…
  • La deuxième est l’adaptation : on garde les grandes idées mais il n’y a pas stricte fidélité à l’organisation princeps.
  • La troisième est la réinvention : les innovations précédentes servent d’appui pour les nouvelles actions.

Martinand (2002), pour sa part, a distingué trois notions pour remplacer celle de transfert des savoirs produits dans le champ de la recherche en éducation vers l’enseignement et la formation des enseignants.

  • La circulation (d’informations, de textes, d’artefacts, de savoirs)
  • La traduction (au sens de la sociologie de la traduction)
  • La production de connaissances dans des processus d’action, la recherche-intervention (ni science appliquée ni action militante). Ce type de recherche s’oppose au modèle du laboratoire, qui suppose un confinement de l’action. L’enjeu est de co-problématiser et d’amener de la symétrie dans la coopération entre les partenaires.

À propos de preuves

Un point fondamental est celui des différents types de preuve garantissant les résultats (et plus largement les productions) de la recherche. A ce sujet, il convient de bien garder en mémoire qu’en anglais deux mots existentevidence et proof, le plus fort étant le second – tandis qu’en français on n’a que preuve.

Plusieurs types de preuve (au sens d’evidence) peuvent être distingués d’après Cox (2018), qui reposent sur des méthodes différentes et n’ont pas la même force : anecdotiques, descriptives, corrélationnelles (c’est le modèle de PISA), causales. On peut y rajouter les méta-analyses, qui supposent pour être valides des recherches menées selon le même modèle. La légitimité d’une approche dépend de la reconnaissance par des institutions.

Pour les chercheurs, comme le relevait Mialaret en 2016, la question est de savoir faire  la distinction entre ce qui relève de la « compréhension » et ce qui relève de « l’explication », pour donner aux deux séries de données leur propre statut épistémologique et ne pas tout mélanger dans le compte rendu de la recherche.

Paradigmes et modèles

Il existe depuis le début des années 2000 une forte pression institutionnelle (initiée aux USA) pour que la recherche en éducation apporte des preuves de type causal, reposant sur le modèle idéal qu’est la recherche expérimentale avec sélection aléatoire des groupes recevant tel ou tel traitement … Cela s’inscrit dans un paradigme applicationniste-prédictif qui est en nette tension avec un paradigme compréhensif-explicatif (comme expliquait R. Thom, prédire n’est pas expliquer !) reposant plutôt sur des approches de type ethnographique et qui est le plus répandu en recherche participative. Ces deux paradigmes semblent irréconciliables tant ils sont éloignés. Mais il y a place pour les deux.

Dans le domaine de la recherche participative, on rencontre des figures non seulement de chercheurs mais aussi de militants, de décideurs d’innovateurs… Les finalités des différents acteurs ne sont pas les mêmes ; elles peuvent être de confirmer d’expliquer, de transformer… Cependant, il existe à mon avis dans le domaine dit du numérique suffisamment de points communs entre points de vue différents pour que la discussion soit fructueuse et ait de l’écho.

Il est alors essentiel de maintenir des forums d’échange plurisdisciplinaire afin de former des collectifs hybrides raisonnablement durables capables de gérer en douceur les différences de points de vue voire les conflits intellectuels.

Références

Baron, G.-L., & Depover, C. (Éds.). (2019). Les effets du numérique sur l’éducation : Regards sur une saga contemporaine. Presses universitaires du Septentrion.

Baron, G.-L., & Cédric, F. (2021). Approches et paradigmes pour la recherche sur les usages éducatifs des technologies : Enjeux et perspectives. Canadian Journal of Learning and Technology, 47(4), Article 4. https://cjlt.ca/index.php/cjlt/article/view/28059

Cox, M. (2018). Researching information technology in education : Meeting the challenges of an ever- changing environment. Dans J. Voogt, G. Knezek, R. Christensen et K.-W. Lai (dir.), Second Handbook of Information Technology in Primary and Secondary Education (p. 1103-1122). Springer.

Cukurova, M., & Luckin, R. (2018). Measuring the impact of emerging technologies in education: A pragmatic approach. Dans J. Voogt, G. Knezek, R. Christensen et K.-W. Lai (dir.), Second Handbook of Information Technology in Primary and Secondary Education (p. 1179-1197). Springer.

Martinand, J.-L. (2002). Entretien d’Evelyne Burguière avec Jean-Louis Martinand. Recherche & formation, 40(1), 87-94. https://doi.org/10.3406/refor.2002.1762

Martinand, J.-L. (2018). Les produits des recherches participatives en sciences de l’éducation : Éléments pour leur prise en compte évaluative. Recherche participative et sciences de l’éducation. Hommage aux travaux de Franc[327?]ois Villemonteix. https://rech-part-s- edu.sciencesconf.org/resource/page/id/7.

Mialaret, G. (2016). Les origines et l’évolution des sciences de l’éducation en pays francophones. Les sciences de l’éducation. Pour l’ère nouvelle, 49(3), 53-69. https://www.cairn.info/revue-les-sciences-de-l-education-pour-l-ere-nouvelle-2016-3-page-53.htm

Morel, R. P., Coburn, C., Catterson, A. K., & Higgs, J. (2019). The multiple meanings of scale: Implications for researchers and practitioners. Educational Researcher, 48(6), 369-377. https://doi.org/10.3102/0013189X19860531

Thom, R. (2009). Prédire n’est pas expliquer. Flammarion.


Contribution d’André Tricot (Université Paul Valéry-Montpellier 3, Laboratoire Epsylon)

Contribution de Laurent Jeannin (Université Cergy-Paris, Laboratoire BONHEURS)

Thématiques abordées lors du webinaire

Aspects épistémologiques et méthodologiques

  • Cadrage conceptuel et réalité des dynamiques de terrain
  • Pluralité des approches scientifiques sur les modalités de partenariat éducation-recherche
  • Accès aux terrains de recherche
  • Modalités de dialogue, de collaboration, problématisation et co-construction d’une culture commune entre chercheurs et praticiens de l’éducation
  • Travail sur la donnée comme interface recherche/éducation.
  • Enjeux de la science ouverte, de l’accès aux données et aux publications pour la diffusion des travaux scientifiques

GTnum et territoires associés : spécificités et convergences

  • Dynamiques collectives : GTnum, académies, établissements, communautés de pratique
  • Application des feuilles de route GTnum et spécificités des thématiques 
  • Organisation des GTnum et outillage méthodologique
  • Ancrage académique et spécificités locales
  • Articulation avec la feuille de route académique : enjeux d’accompagnement et de formation, phase de restitution d’ateliers avec la recherche, appropriation par les enseignants, du labo à la classe : attentes mutuelles et modalités de partenariat

Perspectives : enjeux généraux et stratégiques

  • Actions et dispositifs pour favoriser, voire pérenniser, le lien recherche/éducation
  • Contexte de la crise sanitaire : contraintes générales, spécificités locales, comparatifs, opportunités et initiatives
  • Visibilité des travaux/productions, pistes de partenariat et de valorisation à l’international

Eléments de synthèse et perspectives

  • La cartographie des incubateurs académiques et des groupes thématiques numériques témoigne d’abord d’une grande diversité des formes d’actions et de partenariat avec la recherche.
  • Ces actions, projets et dispositifs partenariaux (comme en témoignent les interventions des académies de Rennes, Nancy-Metz et de la région académique Occitanie) reposent sur un investissement humain important, soutenu et continu pour porter les projets, suivre leur état d’avancement, mettre en relation des acteurs d’horizons et de cultures divers, faciliter l’accès aux données de terrain, surmonter les obstacles éventuels.
  • Cet investissement humain se formalise notamment dans la figure et le rôle central du « passeur en éducation » (DNE-TN2, 2021), entre monde de l’éducation et monde de la recherche, impliquant une véritable ingénierie dédiée et une multiplicité de tâches (pédagogiques, formatives, administratives, etc.).
  • Se mettent ainsi en place des collectifs de recherche et des écosystèmes, composés de chercheurs, d’enseignants, de formateurs, de personnels d’encadrement, de membres des collectivités, etc.
  • Sur la question de l’accès à des exemples de pratiques numériques dans les disciplines scolaires, le dispositif des travaux académiques mutualisés (TraAM) constitue une véritable base de données pédagogique pouvant venir en appui des travaux et réflexions des GTnum, les référents TraAM pouvant aussi s’appuyer sur les groupes thématiques pour disposer d’états de la recherche pour la production de leurs scénarios pédagogiques.
  • Parmi les questions pratiques abordées figurent notamment la possibilité pour les équipes de recherche d’accéder à des données pertinentes sur les terrains à étudier, en amont du projet et à titre de diagnostic, rejoignant en cela une préoccupation du côté des politiques publiques (en appui par exemple des actions de déploiement et d’accompagnement).
  • A noter que la crise sanitaire a contraint les acteurs à faire preuve de créativité et de persévérance pour dégager des espaces-temps d’échanges et de co-conception, en présentiel – via les tiers-lieux – à distance ou en hybridation, via le format du webinaire.
  • Une approche systémique des questions portant sur le numérique en éducation, portée à la fois par les praticiens de l’éducation et les chercheurs, permettrait d’en avoir une vue globale et dynamique, inscrite sur un temps long et ne négligeant aucun élément de contexte, institution ou acteur en présence engagé dans le suivi du projet.
  • Les moments de rencontre et d’échanges entre les partenaires constituent enfin des dispositifs essentiels, non seulement pour la bonne conduite, la visibilité et la valorisation des projets, mais aussi pour l’acculturation et la formation. Le format des forums développé dans l’académie de Rennes est devenu ainsi un véritable levier d’action, de mise en réseau et d’essaimage des travaux de la recherche sur le territoire.

Supports de présentation

Apports théoriques :

Tour de table :

A consulter aussi

DNE-TN2, & Ancelin-Fabre, J. (2021, janvier 22). Science ouverte et plan de gestion des données de recherche [Billet]. Éducation, numérique et recherche. https://edunumrech.hypotheses.org/2554

DNE-TN2. (2021, mars 26). Etat de la recherche sur le numérique en éducation (2010-2020) [Billet]. Éducation, numérique et recherche. https://edunumrech.hypotheses.org/2784

DNE-TN2. (2021, septembre 9). Les formes de partenariat recherche/éducation : Références, repères et pistes de travail [Billet]. Éducation, numérique et recherche. https://edunumrech.hypotheses.org/3354

Perret, D., & DNE-TN2. (2021, mai 7). Les forums « Éducation et Recherche » dans l’académie de Rennes [Billet]. Éducation, numérique et recherche. https://edunumrech.hypotheses.org/2989

Vitel, S., & DNE-TN2. (2021, avril 14). Accompagner des projets de recherche en académie : Incubateur académique de Nancy-Metz [Billet]. Éducation, numérique et recherche. https://edunumrech.hypotheses.org/2905


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.