Les formes de partenariat recherche/éducation : références, repères et pistes de travail

Résumé

Résumé en français

Références, repères et pistes de travail sur les formes de partenariat entre recherche et éducation.

Résumé en anglais

References, benchmarks and avenues of work on forms of partnership between research and education.

Présentation générale

Dans le cadre des groupes thématiques numériques, en lien avec les territoires académiques associés, nous proposons quelques références, à titre de repères et de pistes de travail sur la diversité des formes de partenariat entre recherche et praticiens de l’éducation.  Dans la mesure du possible les références proposées sont en accès ouvert.

Sommaire

  • Esquisse de typologie et vocabulaire
  • Vocabulaire complémentaire
  • Citations et illustrations
  • Références

1. Esquisse de typologie et vocabulaire

Les types de recherche, en règle générale ou appliquée à l’éducation, font l’objet d’une littérature abondante mais dispersée (voir la liste indicative des références ci-dessous) de laquelle ne se dégage pas de véritable consensus. On notera ainsi dans les définitions référencées certaines différences d’approche et de catégorisation en fonction du degré de généralité ou de spécialisation de la source, ou de l’objet de recherche considéré. En éducation, en reprenant notamment la typologie proposée par (Robbes, 2019) [recherches « sur », « par », « pour » et « avec »], on se rend compte que les modalités de recherche mises en œuvre recouvrent souvent plusieurs catégories parmi celles listées ci-dessous.

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est image-36.png.

Pour en simplifier la lecture, on peut les articuler selon le binôme recherche fondamentale/recherche appliquée (d’autres articulations – théorique/empirique et qualitative/quantitative – seront mentionnées dans le vocabulaire complémentaire).

1.1 Recherche fondamentale 

« Elle consiste en des travaux expérimentaux ou théoriques qui concourent à l’analyse des propriétés, des structures, des phénomènes physiques et naturels, en vue d’organiser en lois générales, au moyen de schémas explicatifs et de théories interprétatives, les faits dégagés de cette analyse. Ces travaux sont entrepris soit par pure curiosité scientifique (recherche fondamentale pure), soit pour apporter une contribution théorique à la résolution de problèmes techniques (recherche fondamentale orientée). » (Ministère de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation, 2001)

Activité de recherche « orientée principalement vers la production de connaissances nouvelles ». (Hcérès, 2020)

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est image-38.png.

1.2 Recherche appliquée

« La recherche appliquée est entreprise, soit pour discerner les applications possibles des résultats d’une recherche fondamentale, soit pour trouver des solutions nouvelles permettant d’atteindre un objectif déterminé choisi à l’avance. Elle implique la prise en compte des connaissances existantes et leur approfondissement dans le but de résoudre des problèmes particuliers. Le résultat d’une recherche appliquée consiste en un modèle probatoire de produit, d’opération ou de méthode. La recherche appliquée permet la mise en forme opérationnelle des idées. Les connaissances ou les informations tirées de la recherche appliquée sont généralement susceptibles d’être brevetées ou peuvent être conservées secrètes. » (Ministère de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation, 2001)

« La recherche dite appliquée est une recherche qui, par la mise en œuvre pratique des connaissances (se distinguant en cela de la recherche fondamentale, orientée principalement vers la production de connaissances nouvelles), exploite les avancées scientifiques et technologiques pour progresser dans un secteur d’activité donné. » (Hcérès, 2020)

« Du point de vue de la recherche appliquée, l’activité professionnelle est une façon de résoudre des problèmes pratiques en leur appliquant des théories et des techniques scientifiques (que ces problèmes soient de nature technique ou humaine). » (Choplin et al., 2007)

1.2.1 Recherche développement

« La recherche et le développement expérimental (R&D) englobent les travaux de création entrepris de façon systématique en vue d’accroître la somme des connaissances pour de nouvelles applications :

– les travaux de création se définissent non par la nature des activités mais par l’objectif poursuivi : obtention de connaissances nouvelles, élaboration, mise au point de procédés nouveaux, amélioration de procédés ou produits existant déjà ;

– les travaux entrepris de façon « systématique » impliquent un minimum d’organisation et de moyens. (…) On distingue, au sein de la R&D, trois types d’activité [ : la recherche fondamentale, la recherche appliquée, le développement expérimental.]» (Ministère de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation, 2001)

« Stratégie de recherche qui vise à mettre au point une intervention nouvelle, à améliorer une intervention existante ou à perfectionner un dispositif en utilisant de façon systématique les connaissances existantes. »

« La recherche de développement d’objets englobe le développement d’objets matériels (matériel pédagogique, guides) et les prescriptions guidant l’action (procédés, stratégies, méthodes, modèles). (…) Le chercheur est engagé à la fois dans des activités de développement et dans l’analyse de ces activités. » (Centre de transfert pour la réussite éducative du Québec [CTREQ] & Ministère de l’Éducation et de l’Enseignement supérieur [MEES], 2017) (Loiselle & Harvey, 2007)

1.2.2 Développement expérimental, expérimentation et innovation

Développement expérimental : « Ensemble des travaux systématiques fondés sur les connaissances obtenues par la recherche ou l’expérience pratique, effectués en vue de lancer la fabrication de nouveaux matériaux, produits ou dispositifs, d’établir de nouveaux procédés, systèmes et services ou d’améliorer considérablement ceux qui existent déjà. Il inclut la mise au point des prototypes et des installations pilotes. La R&D exclut de nombreuses autres activités connexes, scientifiques et technologiques : notamment les phases d’industrialisation et de lancement de la fabrication, les études de faisabilité, les travaux administratifs relatifs aux brevets et licences, les mesures scientifiques, techniques, commerciales et financières nécessaires à la réalisation d’innovations » (Ministère de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation, 2001)

Expérimentation : « En éducation comme ailleurs, [le rôle de l’expérimentation] est de mettre à l’épreuve une hypothèse à l’aide de méthodes susceptibles de contrôler les biais propres à l’observateur, le hasard, et les erreurs liées aux instruments d’observation — donc de garantir une plus grande fiabilité des conclusions. Expérimenter, c’est agir dans le but de tester la véracité d’une hypothèse, ou de déterminer l’efficacité d’une méthode pédagogique. » (Conseil scientifique de l’éducation nationale, 2021)

Innovation : « Au sens large, l’innovation est un processus créatif de transformation scientifique ou technologique qui a pour effet la modification partielle d’un état préalable des connaissances ou la rupture avec cet état. Cette transformation aboutit à une conception nouvelle pouvant concerner un cadre théorique, une méthodologie, un processus, une technique, un produit, etc. L’innovation induit fréquemment un changement de comportement des individus, et se trouve associée à des valeurs liées à la performance, à l’amélioration ou à la simplification d’une activité ou d’un ensemble d’activités. Dans le domaine industriel, le terme innovation désigne plus précisément l’utilisation des transformations opérées sur un processus, une technique, ou un produit. En ce sens, l’innovation est souvent associée à la notion d’efficience (par exemple, un avantage compétitif résultant de ce processus de transformation). » (Hcérès, 2020)

Recherche basée sur la conception (Design-based Research) :  « Méthodologie de recherche visant à améliorer les pratiques éducatives par le biais d’un examen, d’une analyse, d’une conception, d’un développement et d’une mise en œuvre systématiques, flexibles et itératifs, basés sur la collaboration entre chercheurs et praticiens dans des contextes réels, et menant à des principes ou des théories de conception. » [Traduction] (Wang & Hannafin, 2005)

Recherche-création : « En terme de démarche scientifique, il s’agit de dépasser une posture d’observation. La posture d’interrogation ne peut pas être seulement dans l’observation de ce qui a été fait, mais dans l’anticipation à partir de la conception et de la création. (…) le numérique est toujours un construit, mais est également toujours en construction, et avoir une démarche de conception permet de saisir cette construction.» (Bouchardon, 2013) cité (Chambefort, 2016) Voir aussi (Morrissette, 2013). 

Recherche-innovation : Concept ayant « vocation à marquer la singularité de la recherche engagée dans les processus d’innovation. Autrement dit : la manière dont ces derniers transforment l’activité même de recherche (par exemple au niveau de la définition de ses objectifs), laquelle ne saurait, dès lors, relever « simplement » de la recherche-action (Jacquinot et Choplin, 2002). » (Choplin et al., 2007)

1.2.3 Recherche translationnelle

« Dans le domaine de la médecine, la recherche dite translationnelle est une recherche qui consiste à transférer les innovations scientifiques de la recherche fondamentale vers la recherche clinique et à tirer des apports de la clinique des hypothèses scientifiques en recherche fondamentale, afin de permettre rapidement une meilleure prise en charge médicale du patient. » (Hcérès, 2020)

« Ce terme trouve son origine en médecine, où il indique le mariage de la recherche fondamentale avec celle de terrain : du labo au lit du patient, et du lit du patient au labo. Car la recherche translationnelle est à deux voies : elle permet à la fois d’identifier des méthodes efficaces d’intervention et d’augmenter les connaissances fondamentales, dans un aller-retour constant entre les deux. Mais son objectif fondamental reste celui de proposer et d’évaluer des solutions aux problèmes concrets que pose la santé, afin que ces solutions soient fondées sur les meilleures preuves disponibles (ce que reflète le terme evidence-based : « basé sur les preuves  »). Nous n’en voulons pas moins pour l’éducation, qui constitue un domaine d’intérêt social aussi important que la santé. » (Conseil scientifique de l’éducation nationale, 2021)

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est image-39.png.


1.2.4 Recherche participative  

Type de recherche dans lequel « les acteurs de terrain ont toujours été au cœur de la recherche par des consultations ou des implications à divers degrés. Ce type de recherche prend forme autour de l’idée de faire de la recherche « avec » plutôt que « sur » les acteurs (Lieberman, 1986). » (Renaud, 2020)

Recherche-action : « La recherche-action représente un champ grandissant de la recherche éducative dont le but primordial est la reconnaissance des demandes des enseignants pour passer de l’étape de la réflexion organisée à la pratique de classe. La recherche-action est un processus destiné à doter tous les participants de la scène éducative, qu’il s’agisse des étudiants, des enseignants ou d’autres intervenants, des moyens d’améliorer leurs pratiques grâce à leurs expériences éclairées et nourries des savoirs théoriques en cours. Tous les participants deviennent acteurs consentants du processus de recherche. L’objectif principal de la recherche-action est de fournir un cadre aux investigations qualitatives effectuées par les enseignants et les chercheurs en situations complexes de classe. Elle contribue à faciliter l’identification d’un problème ou l’émergence d’une question saillante et la résolution de ceux-ci par la mise en place de stratégies visant à l’amélioration d’une situation insatisfaisante pour chacun des participants. Elle permet au praticien d’apprendre à identifier ses besoins tout en restant en contact avec son terrain d’action et d’établir une démarche pour atteindre des objectifs de changement. Grâce à la réflexion personnelle qu’elle produit et à son dynamisme, elle aide à sortir de l’enseignement statique qui consiste à réitérer une même stratégie sans parvenir à améliorer les résultats d’apprentissage. Elle permet également une meilleure prise de conscience de l’impact des interventions en classe. » (Catroux, 2002)

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est image-35-500x473.png.

Projet de recherche qui « fait prévaloir la visée de transformation des pratiques par les dispositifs collectifs de recherche, sans intention explicite ni action spécifique de formation individuelle des praticiens » (Robbes, 2019).

Il fait l’objet d’une « négociation entre un terrain (un établissement scolaire, par exemple) et une équipe de chercheurs. Le problème de terrain ainsi reformulé, négocié, donne lieu à un travail dans lequel les professeurs collaborent avec les chercheurs pour élaborer, ensemble, une solution. » (Tricot, 2018). 

Le [modèle de la recherche-action est] « hérité des travaux de Lewin (1951). Hugon et Seibel (1988) précise qu’il y a deux objectifs dans la recherche-action : transformer la réalité et produire des connaissances concernant ces transformations. Dans cette double perspective, la méthode consiste à impliquer les sujets, de manière active et critique, dans la conduite d’expériences sociales (ou sociologiques) réelles sur eux-mêmes. (…) L’idée est que les gens adoptent plus facilement une croyance s’ils ont activement participé à la développer ou à la tester. (…) Un chercheur qui adopte un programme de recherche-action collaborative devient en quelque sorte acteur-expérimentateur (…) Clairement, la recherche-action modifie profondément les rapports entre chercheur et praticien et implique des modes de collaboration inédits, voire, pour certains, une nouvelle alliance entre les théoriciens universitaires et les praticiens. C’est cette modification qui fait à la fois l’intérêt de la recherche-action et toute sa difficulté, dans la mesure où elle suppose des collaborations effectives entre deux mondes a priori hétérogènes de par, notamment, les valeurs, les modes d’évaluation et de fonctionnement (rapports aux temps, aux espaces, aux collectifs) qui les régissent. » (Choplin et al., 2007)

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est image-37.png.

« Tout en participant à un processus de changement, la recherche-action apporte une solution à des problèmes immédiats d’un milieu donné en tenant compte du diagnostic et de la planification à établir ensemble (Checkland, 1972 : 93-94). La recherche-action peut se faire autant dans le contexte d’une classe que dans tout un département ou un collège. » (Gagnon, 1984)

Recherche-action-formation : Démarche promue par Bernadette Charlier (Charlier, 2005) « qui cible ces praticiens spécifiques que sont les enseignants. Organisé en quatre phases – temps d’action de formation, temps de problématisation, temps d’élaboration du dispositif méthodologique de recherche, temps d’écriture –, ce type de démarche convient, semble-t-il, aux recherches menées sur les pratiques de formation « longue » d’enseignants. Charlier (2005) indique que ce sont les conceptions que les enseignants ont de leur propre métier qui constituent l’objet principal de ce type de recherche. » (Choplin et al., 2007)

Recherche collaborative : « Co-construction, production de connaissance et développement professionnel des praticiens, rapprochement entre communauté de recherche et de pratique » (Desgagné, 1997).

Recherche-intervention : « Pratiques de recherche qui analysent et/ou accompagnent l’activité à visées transformatives, dans le champ de l’éducation et de la formation » (Bedin, Broussal, & Ponté, 2015, d’après Robbes, 2019).

« La recherche intervention, issue à l’origine du domaine de la gestion, a pour objet de transformer tant les comportements des acteurs que les structures mêmes de l’organisation où se déroulent ces changements, cela, dans ses modes de gestion, d’orientation, de communication et ses comportements. C’est pourquoi certains auteurs (Duchesne et Leurebourg, 2012 ; Mérini et Ponté, 2008) lui attribuent la caractéristique de recherche « transformatrice » puisqu’elle vise des changements tant des acteurs que de l’organisation. La finalité de la recherche intervention est d’agir et de transformer les pratiques individuelles et organisationnelles. » (Renaud, 2020)

Sciences participatives : « Formes de production de connaissances scientifiques auxquelles des acteurs non scientifiques-professionnels — qu’il s’agisse d’individus ou de groupes — participent de façon active et délibérée. » (Houiller, 2016) 

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est image-42-350x500.png.
L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est image-41-500x130.png.
L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est image-40-500x156.png.

2. Vocabulaire complémentaire

Formation par la recherche : « Il convient de distinguer la formation à la recherche, qui désigne la formation des étudiants aux métiers de la recherche et de l’enseignement supérieur, de la formation par la recherche. On entend par formation par la recherche, la formation théorique, méthodologique, expérimentale des étudiants aux niveaux du master et du doctorat, quelle que soit leur visée professionnelle. Cette formation suppose un investissement des membres d’une entité de recherche dans l’élaboration des cursus et des contenus pédagogiques, dans l’accueil, l’accompagnement et l’encadrement des étudiants, etc.). La formation par la recherche suppose, en amont, une réflexion des chercheurs sur l’attractivité de l’entité de recherche, et l’élaboration d’une stratégie susceptible d’accroître cette attractivité. » (Hcérès, 2020)

Objet frontière : “Il s’agit d’objets, abstraits ou concrets, dont la structure est suffisamment commune à plusieurs mondes sociaux pour qu’elle assure un minimum d’identité au niveau de l’intersection tout en étant suffisamment souple pour s’adapter aux besoins et contraintes spécifiques de chacun de ces mondes. Ces objets-frontière sont supposés maximiser à la fois l’autonomie de ces mondes sociaux et la communication entre eux.” (…) L’objet-frontière est « multiple » : abstrait et concret, général et spécifique, conventionnel et adapté à l’utilisateur, matériel et conceptuel (une base de données, un protocole).” (Trompette & Vinck, 2009)

“Le concept d’objet frontière est né dans un contexte d’étude ethnographique des mécanismes de coordination du travail scientifique (Star & Grisemer, 1989). Il repose sur trois caractéristiques essentielles : la flexibilité interprétative, la structure ou l’organisation matérielle et la granularité. L’objet frontière s’entend comme un dispositif permettant d’amorcer un travail commun entre plusieurs mondes et assurant une flexibilité suffisante pour que chaque acteur puisse trouver un intérêt à son étude ou à son usage.” (Monod-Ansaldi et al., 2019) Dans le cadre d’une recherche orientée par la conception, exemples d’objets frontières : projet, composantes d’un projet, production, livrable, etc.

Passeur en éducation (Brokers) : “Le broker, ou courtier de connaissances est défini comme une personne connaissant suffisamment deux communautés pour pouvoir transférer des éléments d’une pratique de l’une vers l’autre, et ouvrir des possibilités de compréhension entre ces communautés (Wenger, 1998).” (Monod-Ansaldi et al., 2019)“Dans le paradigme général de la mobilisation des savoirs, Ben Levin appelait notamment à identifier des brokers (littéralement « courtiers ») comme agents du knowledge brokering en éducation (Levin, 2013). L’utilisation de ce terme met en lumière la complexité de la circulation des connaissances.” (…) “Devenir passeur appelle à la fois des connaissances particulières sur la pratique éducative et des connaissances particulières sur la recherche. En premier lieu, cela nécessite de savoir identifier des travaux de recherche (…) En second lieu, mobiliser des réponses pertinentes pour les pratiques éducatives implique de savoir lire la complexité d’une situation éducative. (…) En troisième lieu, être passeur implique probablement d’identifier les recherches mobilisables, dans leur pluralisme disciplinaire et épistémologique, pour répondre au caractère holistique d’une situation éducative.” (Gaussel et al., 2019)

“Le courtier de connaissances [ou  agent de transfert] facilite l’accès à l’information et l’échange de connaissances entre chercheurs, décideurs, professionnels et autres intervenants. Le courtier de connaissances est à l’affût des connaissances, des pratiques et des expériences les plus à jour. Il a pour rôle de les promouvoir auprès des milieux afin d’en favoriser l’appropriation et la mise en application. Le courtier interprète et adapte les résultats de recherche en fonction du contexte local et cerne les nouveaux problèmes que la recherche peut contribuer à résoudre. Il comprend les différences entre le milieu des chercheurs et celui des utilisateurs, ce qui lui permet d’établir des ponts entre les deux.” (Centre de transfert pour la réussite éducative du Québec [CTREQ] & Ministère de l’Éducation et de l’Enseignement supérieur [MEES], 2017)

Praticien réflexif : Modèle “développé par Donald A. Schön (Schön, 1993) (…) [qui considère] que le praticien est porteur d’un savoir sur son action que certaines métacompétences ou certains dispositifs seraient à même de favoriser. Il faut dire qu’aujourd’hui de très nombreuses recherches portent sur les savoirs d’action (Barbier et Galatanu, 2004) et surtout sur la mise au point de dispositifs facilitant l’énonciation, la communication, la capitalisation et la mobilisation de ces savoirs. On peut songer, par exemple, aux entretiens d’explicitation (Vermerch, 2000) ou aux développements de modes de formations explicitement intégrés à l’activité, comme les communautés de pratique. Il s’agit ici de remettre en cause l’existence d’un monde de savoirs distincts de l’activité des sujets (ou des praticiens).” “Le modèle de base du praticien réflexif [est] structuré selon les trois étapes a) de l’action, b) de la réflexivité sur l’action et c) de la mise en œuvre d’une nouvelle action (Le Boterf, 2001).”  (Choplin et al., 2007)

Autres binômes de classification des types de recherche :

– Théorique/empirique

Recherche théorique : « La recherche théorique renvoie à l’axe de l’intentionnalité de recherche fondamentale caractérisée par l’intention de connaître, de comprendre, d’expliquer les caractéristiques d’un objet d’étude ou d’un phénomène du monde – ici éducationnel -, contrairement à la recherche appliquée qui contextualise les conditions d’applicabilité de théories issues de la recherche fondamentale. » (Gohier, 1998)

Recherche empirique : « La recherche empirique repose sur l’observation des faits réels et les expériences systématiques dans le but de décrire ou d’expliquer des phénomènes ou de résoudre des problèmes. La recherche empirique s’intéresse à ce qui découle de l’expérience. Elle peut partir de cas particuliers pour en arriver à la généralisation de faits ou de réalités. » (Centre de transfert pour la réussite éducative du Québec [CTREQ] & Ministère de l’Éducation et de l’Enseignement supérieur [MEES], 2017)

Recherche évaluative : « La recherche évaluative est une forme de recherche qui vise l’amélioration d’une action par l’analyse de données empiriques tout en contribuant à la production de nouvelles connaissances. On distingue deux formes de recherche évaluative : les recherches qui visent à améliorer un programme ou un dispositif (recherches orientées vers la conception) et les recherches qui visent à valider un programme ou un dispositif (recherches orientées vers la décision). » (Centre de transfert pour la réussite éducative du Québec [CTREQ] & Ministère de l’Éducation et de l’Enseignement supérieur [MEES], 2017)

– Qualitative/quantitative

Recherche qualitative : « La recherche qualitative est fondée sur l’analyse de données issues d’entretiens, d’observations, de récits et d’enquêtes par questionnaire. » (Centre de transfert pour la réussite éducative du Québec [CTREQ] & Ministère de l’Éducation et de l’Enseignement supérieur [MEES], 2017)

Recherche quantitative : « La recherche quantitative utilise des mesures de comptage, des échantillonnages, des statistiques ou des données standardisées en vue d’expliquer ou de décrire des phénomènes, des concepts, des comportements. » (Centre de transfert pour la réussite éducative du Québec [CTREQ] & Ministère de l’Éducation et de l’Enseignement supérieur [MEES], 2017)

3. Citations et illustrations


Pour un rapprochement entre le monde de la recherche et l’univers de la pratique professionnelle

« La recherche collaborative prend naissance dans les années quatre-vingt-dix. En comparaison avec d’autres courants, comme celui de la recherche-action, la recherche collaborative est donc relativement récente. Ce n’est néanmoins pas un bloc monolithique. Dans les années 1990, on parlait en effet de collaboration de chercheurs-formateurs avec des enseignants dans les écoles. Mes collègues et moi-même avons ressenti assez vite le besoin de conceptualiser la démarche, à partir de nos expériences de terrain de recherche pour montrer, entre autres, qu’il s’agit bien là d’une véritable démarche de recherche, et non pas d’une simple collaboration avec des enseignants. Cette recherche collaborative est née au Québec en réponse à une double préoccupation. D’une part, il existait une volonté de rapprochement entre le monde de la recherche et l’univers de la pratique professionnelle. Nous réagissions aussi à une vision, très répandue alors, selon laquelle la recherche éclaire quelque chose de la pratique, mais laisse les praticiens extérieurs à la démarche, et ne prend pas en compte leurs questions, notamment relatives à la profession, qui les concernent de près. » (Bednarz et al., 2015)

La reconnaissance du “savoir d’expérience” de l’enseignant dans la recherche


« ..on assiste, depuis le début des années quatre-vingt, à l’appui, entre autres, des travaux de Schön (1983, 1987) sur l’épistémologie du savoir professionnel, à une reconnaissance du « savoir d’expérience » de l’enseignant, c’est-à-dire une prise en compte du caractère contextualisé et personnalisé du savoir de la pratique. C’est, au fond, cette « compétence d’acteur en contexte » (Giddens, 1987) qui est ici reconnue à l’enseignant et qui justifie son statut de collaborateur à la recherche. »

(Desgagné et al., 2001)

Le praticien-chercheur

« L’expression « praticien-chercheur » ne signifie pas seulement que le chercheur est engagé sur un autre terrain professionnel que celui de la recherche. Elle signifie que l’activité professionnelle génère et oriente l’activité de recherche, mais aussi de façon dialogique et récursive, que l’activité de recherche ressource et ré-oriente l’activité professionnelle. « La recherche peut se trouver ainsi au service de la professionnalité, comme la professionnalité au service de la recherche, se découvrant, se métamorphosant mutuellement dans leurs aspects les plus irréductiblement vivants. » (Perrault Soliveres, 2001, p. 46). »


(De Lavergne, 2007)

Panorama des méthodologies collaboratives en éducation 

« Plusieurs courants méthodologiques de recherche en éducation s’appuient sur la collaboration entre des enseignants et des chercheurs. En résonance avec l’approche ethnologique proposée par Germaine Tillion dès les années 1930 (Tillion, 2009), ces méthodologies collaboratives visent à travailler « avec », et non plus « sur » les enseignants. Elles impliquent la co-construction d’une démarche de recueil et d’analyse de données pour l’investigation d’une question en lien avec les pratiques enseignantes (Desgagné, 1997), et un va-et-vient permanent entre recherche et intervention sur le terrain professionnel (Vinatier & Morissette, 2015). Ces travaux considèrent généralement l’enseignant comme un enseignant-chercheur (Elliott, 1986, 1990) ou un praticien réflexif (Shön, 1993) et entrent dans le cadre de recherche agissante (Giddens, 1987), ou de recherche de faisabilité à visées pragmatiques (Astolfi, 1993). »

(Monod-Ansaldi et al., 2019)

Augmenter les interactions entre chercheurs, enseignants, et formateurs

« Les acteurs français de l’éducation ne sont pas encore suffisamment exposés aux résultats de la recherche contemporaine, ni acteurs de cette recherche. Le CSEN considère indispensable de mieux inclure la recherche à tous les niveaux afin de permettre :

– La création d’un écosystème favorable à la recherche ;

– La dissémination des pratiques efficaces ;

– La formation des enseignants en lien avec les connaissances issues de la recherche ;

– L’interaction directe entre chercheurs et enseignants, notamment grâce à l’intervention de chercheurs dans le cadre de la formation initiale et continue des enseignants.

Parmi les propositions à examiner, citons :

– L’organisation de conférences de consensus ;

– La création de colloques réguliers permettant de faire émerger les questions de recherche et de faire le point sur les avancements en cours ;

– La création de laboratoires de recherche intégrés à des écoles ou des sites pilotes, dans l’esprit des lieux d’éducation associés (LEA) créés par l’IFE de Lyon (http://ife.ens-lyon.fr/lea) ;

– La création d’un bulletin de communication à large diffusion (newsletter ou site web) concernant la recherche sur l’éducation, les apprentissages, et l’enseignement, répondant aux standards de qualité scientifique, qui puisse combattre la diffusion d’informations douteuses qui entourent le monde de l’éducation (méthodes prétendument « scientifiquement prouvées », « neuro-mythes », etc.).

Pour favoriser l’adoption des meilleures pratiques, validées par l’expérimentation, la formation initiale et continue des enseignants gagnerait à inclure un enseignement de la recherche et de ses résultats. Cela peut passer par :

– Des formations à la recherche à tous les niveaux: cadres de l’éducation nationale (IH2EF de Poitiers), formateurs, enseignants (INSPE), étudiants en formation initiale, professeurs en formation continue… ;

– La création de supports pédagogiques, notamment pour la formation continue (par exemple sur CanoTech) qui diffusent les résultats de la recherche et aident à la mise en place de pratiques validées.

Dans les INSPE, la capacité de mener des expérimentations et de les publier au niveau international devrait être un critère important pour le recrutement des enseignants-chercheurs. »

(Conseil scientifique de l’éducation nationale, 2021)

Illustrations

Typologie de la recherche participative  (Renaud, 2020)

Typologie des pratiques de recherche-action  (Gagnon, 1984)

4. Références

Amiel, T., & Reeves, T. C. (2008). Design-Based Research and Educational Technology : Rethinking Technology and the Research Agenda. Journal of Educational Technology & Society, 11(4), 29‑40. https://www.learntechlib.org/p/75072/ 

Audoux, C., & Gillet, A. (2015). Les recherches-actions collaboratives. Une révolution de la connaissance. In Chapitre 4. Recherches participatives, collaboratives, recherches-actions. Mais de quoi parle-t-on ? Presses de l’EHESP. https://www.cairn.info/les-recherches-actions-collaboratives–9782810903771-page-44.htm 

Baron, G.-L., & Béziat, J. (2020). François Villemonteix et la recherche participative [Text]. Distances et médiations des savoirs; Centre national d’enseignement à distance. https://doi.org/10.4000/dms.4656 

Baron, G.-L., & Fluckiger, C. (2021). Approches et paradigmes pour la recherche sur les usages éducatifs des technologies. Enjeux et perspectives. Revue canadienne de l’apprentissage et de la technologie, 47.

Bednarz, N., Rinaudo, J.-L., & Roditi, É. (2015). La recherche collaborative. Carrefours de l’education, n° 39(1), 171‑184. https://www.cairn.info/revue-carrefours-de-l-education-2015-1-page-171.htm 

Beguin, P. (2005). Concevoir pour les genèses professionnelles. In P. Rabardel (Ed.), Modèles du sujet pour la conception, dialectiques activités développements (pp. 31-52). Octarès.

Bell, P. (2004). On the Theoretical Breadth of Design-Based Research in Education. Educational Psychologist, 39(4), 243‑253. https://www.learntechlib.org/p/75072/ 
Bouchardon, S. (2013, mai 9). Projet de recherche et création « La Séparation ». Serge Bouchardon. http://www.utc.fr/~bouchard/wordpress/?p=621 

Boumedian, N. (2016). Négocier sa place de chercheur dans une « approche collaborative ». Entre exigences scientifiques et attentes professionnelles. Sociétés et jeunesses en difficulté. Revue pluridisciplinaire de recherche, N°16. http://journals.openedition.org/sejed/8122 

Brew, A. (2011). Higher Education Research and the Scholarship of Teaching and Learning : The Pursuit of Excellence. International Journal for the Scholarship of Teaching and Learning, 5. https://doi.org/10.20429/ijsotl.2011.050203 

Broussal, D., Ponté, P., Bedin, V., & Marcel, J.-F. (2015). Recherche-intervention et accompagnement du changement en éducation. Éditions l’Harmattan.

Broussal, D. (2017). Recherche-intervention et accompagnement du changement en éducation : Vers une approche contre-culturelle de l’émancipation [Habilitation à diriger des recherches, Université Toulouse – Jean Jaurès]. https://hal.archives-ouvertes.fr/tel-01536098 

Bru, M. (2019). De quelques reconfigurations du rapport des recherches aux pratiques enseignantes. Les Sciences de l’éducation – Pour l’Ère nouvelle, 52(1), 79. https://doi.org/10.3917/lsdle.521.0079 

Catroux, M. (2002). Introduction à la recherche-action : Modalités d’une démarche théorique centrée sur la pratique. Recherche et pratiques pédagogiques en langues de spécialité. Cahiers de l’Apliut, Vol. XXI N° 3, 8‑20. https://doi.org/10.4000/apliut.4276 

Centre de transfert pour la réussite éducative du Québec [CTREQ] & Ministère de l’Éducation et de l’Enseignement supérieur [MEES]. (2017, août 31). Lexique sur le transfert de connaissances en éducation : Pour mieux se comprendre. CTREQ. https://www.ctreq.qc.ca/lexique-transfert-de-connaissances-education-mieux-se-comprendre/

Chambefort, F. (2016, novembre 28). Mise en œuvre d’une démarche de recherche création dans un doctorat en SIC portant sur l’art numérique [Billet]. Carnet des jeunes chercheurs du Crem. https://ajccrem.hypotheses.org/228 

Charlier, B. (2005). Parcours de recherche-action-formation. Revue des sciences de l’éducation, 31(2), 259‑272. https://doi.org/10.7202/012755ar

Choplin, H., Audran, J., Cerisier, J.-F., Lemarchand, S., Paquelin, D., Simonian, S., Viens, J., Peraya, D., Soulier, E., & Jacquinot-Delaunay, G. (2007). Quelle recherche sur et pour l’innovation pédagogique. Distances et savoirs, Vol. 5(4), 483‑505. https://www.cairn.info/revue-distances-et-savoirs-2007-4-page-483.htm


Clerc, F., & Tomamichel, S. (2004). Quand les praticiens deviennent chercheurs. Recherches & éducations, 8. http://journals.openedition.org/rechercheseducations/339 

Cohendet Patrick, Créplet  Frédéric, Dupouët  Olivier, « Innovation organisationnelle, communautés de pratique et communautés épistémiques : le cas de Linux », Revue française de gestion, 2003/5 (no 146), p. 99-121. DOI : 10.3166/rfg.146.99-121. URL : https://www.cairn.info/revue-francaise-de-gestion-2003-5-page-99.htm        

Collectif (2019). Recherche participative et sciences de l’éducation. Hommage aux travaux de François Villemonteix. https://rech-part-s-edu.sciencesconf.org/resource/page/id/8                                                                                                                               
  
Conseil scientifique de l’éducation nationale. (2021). La recherche translationnelle en éducation. Conseil scientifique de l’éducation nationale. https://www.reseau-canope.fr/fileadmin/user_upload/Projets/conseil_scientifique_education_nationale/Ressources_pedagogiques/La_recherche_translationnelle_en_education.pdf
  
Corvasce, C., Gadille, M., Impedovo, M. A. A., & MENCACCI, N. (2021). Recherche-action participative : Quelle interdisciplinarité pour quelle émancipation ? Regard croisé avec la recherche collaborative. In P. Roy (Dir.) (Éd.), Actes du colloque international sur les recherches participatives. Haute Ecole Pédagogique de Fribourg. https://hal.archives-ouvertes.fr/hal-03102647 

Couture, C., & Pulido, L. (2017). La recherche participative en éducation et la transformation des pratiques au Saguenay–Lac-St-Jean : Synthèse et de prospective. Revue hybride de l’éducation, 1(1), 185‑197. https://doi.org/10.1522/rhe.v1i1.17 

CRediT – Contributor Roles Taxonomy. (2019). CASRAI. https://casrai.org/credit/ [Proposition de taxonomie pour l’identification des contributions]

De Lavergne, C. (2007). La posture du praticien-chercheur : Un analyseur de l’évolution de la recherche qualitative. http://www.recherche-qualitative.qc.ca/documents/files/revue/hors_serie/hors_serie_v3/Delavergne-FINAL2.pdf 

Desgagné, S. (1997). Le concept de recherche collaborative : L’idée d’un rapprochement entre chercheurs universitaires et praticiens enseignants. Revue des sciences de l’éducation, 23. https://doi.org/10.7202/031921ar 

Desgagné, S., Bednarz, N., Lebuis, P., Poirier, L., & Couture, C. (2001). L’approche collaborative de recherche en éducation : Un rapport nouveau à établir entre recherche et formation. Revue des sciences de l’éducation, 27(1), 33‑64. https://doi.org/10.7202/000305ar 

DNE-TN2. (2021, février 25). Communauté d’apprentissage et numérique [Billet]. Éducation, numérique et recherche. https://edunumrech.hypotheses.org/2710

Dubost, J., & Lévy, A. (2002). Recherche-action et intervention. ERES. https://www.cairn.info/article.php?ID_ARTICLE=ERES_BARUS_2002_01_0391 

Epstein, M., & Millon-Fauré, K. (2019). Étude d’un projet numérique de pratiques collaboratives innovantes ; défis et transformations pour des enseignants du secondaire. La nouvelle revue – Éducation et société inclusives (ISSN : 2609-5211). https://hal.archives-ouvertes.fr/hal-02100423 

Epstein, M. (2020). Partage, échange, contribution : La recherche-action comme moyen d’autoformation entre pairs pour les enseignants. Interfaces numériques, 9(2), Article 2. https://doi.org/10.25965/interfaces-numeriques.4315 

Fluckiger, C. (2021, juin 29). Retour sur les relations entre chercheurs et praticiens et les injonctions à la recherche « translationnelle ». TACD 2021, 2e Congrès International de la Théorie de l’Action Conjointe en Didactique : Pour une reconstruction de la forme scolaire d’éducation. https://hal.univ-lille.fr/hal-03274984

Gadille, M., Combe Celik, C., & Cappellini, M. (2020). Une recherche action participative sur l’intégration du numérique en milieu scolaire. Éducation & Formation. https://gcaf.hypotheses.org/files/2020/01/Une-recherche-action-participative-sur-lint%C3%A9gration-du-num%C3%A9rique-en-milieu-scolaire-2.pdf  
 

Gagnon, R. (1984). Typologie et stratégies de recherche-action. Prospectives, 20(1/2). https://eduq.info/xmlui/handle/11515/33764

Gaussel, M., Gibert, A.-F., Joubaire, C., & Rey, O. (2019). Quelles définitions du passeur en éducation ? Revue Française de Pédagogie, 201. https://hal-ens-lyon.archives-ouvertes.fr/ensl-01973936

Gohier, C. (1998). La recherche théorique en sciences humaines : Réflexions sur la validité d’énoncés théoriques en éducation. Revue des sciences de l’éducation, 24(2), 267‑284. https://doi.org/10.7202/502011ar

Goigoux, R. (2017). Associer chercheurs et praticiens à la conception d’outils didactiques ou de dispositifs innovants pour améliorer l’enseignement. Éducation et didactique, 11(11‑3), 135‑142. http://journals.openedition.org/educationdidactique/2872

Gonzalez-Laporte, C. (2014). Recherche-action participative, collaborative, intervention… Quelles explicitations? [Research Report]. Labex ITEM. http://hal.univ-grenoble-alpes.fr/hal-01022115 
  
Hcérès. (2020). Référentiel d’évaluation des unités de recherche—Campagne d’évaluation 2020-2021 vague b. Haut conseil de l’évaluation de la recherche et de l’enseignement supérieur. https://www.hceres.fr/sites/default/files/media/downloads/referentiel_ur_vague-b_rech-ur_22juin2020.pdf
  
Houiller, F. (2016). Sciences Participatives en France. Etats des lieux, bonnes pratiques et recommandations. INRA.  https://hal.archives-ouvertes.fr/hal-02801940/ 

Hulin, T. (2021). Co-design et scénarisation interactive d’une expérience ludique. REFSICOM, 10. http://www.refsicom.org/996

IFé. (2021). Creuset d’Analyse des recherches Collaboratives (CrAC). Institut Français de l’Education (IFé). http://ife.ens-lyon.fr/ife/recherche/groupes-de-travail/creuset-danalyse-des-recherches-collaboratives-crac 

L’intervention sociale et la recherche — Le Forum : Qu’est-ce que la recherche collaborative ? (2021). Le Forum – Bruxelles contre les inégalités. https://www.le-forum.org/news/109/7/Lintervention-sociale-et-la-recherche-?fbclid=IwAR2075Ie6SHPTpWxWHFQ-fUlyro6HQjWcJ7QMI8_c3w5F-0Bh_eXUAeMuoo 

La recherche participative, textes et contenus de référence – mise à jour 2020. (2020, juin 11). Sciences Citoyennes. https://sciencescitoyennes.org/rptextescontenusreference-2-2/ 

Laboratoire ÉMA. (2021, janvier 20). Profs-Chercheurs : Recherche collaborative ouverte pour faire face aux défis de l’éducation. https://www.youtube.com/watch?v=8LMXtLYtFXY&ab_channel=Laboratoire%C3%89MA 

Lafaye, R. (2019). Design et expériences dans la formation continue en ligne: La création de MOOC en agence [Thèse de doctorat]. Université Bourgogne Franche-Comté.

Laferrière, T. (2018). Boundary Crossings Resulting in Active Learning in Preservice Teacher Education : A CHAT Analysis Revealing the Tensions and Springboards Between Partners. Frontiers in ICT, 5, 22. https://doi.org/10.3389/fict.2018.00022

Laferrière, T. (2020). La recherche en partenariat pour l’enseignement d’hier à demain. Revue hybride de l’éducation, 4(1), 94‑115. https://doi.org/10.1522/rhe.v4i1.974 

Letang, M. (2018, juillet 2). Du labo à l’école : Bilan d’une année de recherche collaborative. Lea.fr. https://lea.fr/metier-denseignant/actualites/du-labo-lecole-bilan-dune-annee-de-recherche-collaborative 

Lewin, K. (1951). Field Theory in Social Science : Selected Theoretical Papers. Harper.

Liu, M. (1997). La validation des connaissances au cours de la recherche-action. Études et Recherches sur les Systèmes Agraires et le Développement, 183‑196. https://hal.archives-ouvertes.fr/hal-01231611 

Loiselle, J., & Harvey, S. (2007). La recherche développement en éducation : Fondements, apports et limites. Recherches qualitatives, 27(1). http://www.recherche-qualitative.qc.ca/documents/files/revue/edition_reguliere/numero27(1)/loiselle.pdf

Marlot, C., Toullec-Théry, M., & Daguzon, M. (2017). Processus de co-construction et rôle de l’objet biface en recherche collaborative. Phronesis, Vol. 6(1), 21‑34. https://www.cairn.info/revue-phronesis-2017-1-page-21.htm 

Mialaret, G. (2016). Les origines et l’évolution des sciences de l’éducation en pays francophones. Les Sciences de l’education – Pour l’Ere nouvelle, Vol. 49(3), 53‑69. https://www.cairn.info/revue-les-sciences-de-l-education-pour-l-ere-nouvelle-2016-3-page-53.htm

Millette, M., Millerand, F., Myles, D., Latzko-Toth, G., & Congrès de l’ACFAS (Éds.). (2020). Méthodes de recherche en contexte numérique : Une orientation qualitative. Les Presses de l’Université de Montréal. https://www.pum.umontreal.ca/catalogue/methodes_de_recherche_en_contexte_numerique/fichiers

Ministère de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation. (2001). Méthodologie et définitions [sur les activités de recherche et développement (R&D)]. https://www.enseignementsup-recherche.gouv.fr/reperes/telechar/res/res98/res98met.pdf

Monod-Ansaldi, R., Vincent, C., & Aldon, G. (2019). Objets frontières et brokering dans les négociations en recherche orientée par la conception. Éducation didactique, Vol. 13(2), 61‑84. https://www.cairn.info/revue-education-et-didactique-2019-2-page-61.htm 

Monod-Ansaldi, R., Aknouche, S., Chabanne, J.-C., Trouche, L., & Le Henaff, C. (2020). LéA et réseau des LéA : Quelles traces pour quels développements après 8 ans d’expérience ? Bilan 2018-2019 du réseau des LéA [Research Report]. Institut français de l’Education ; ENS Lyon. https://hal.archives-ouvertes.fr/hal-03040093 

Morel, R. P., Coburn, C., Catterson, A. K., & Higgs, J. (2019). The Multiple Meanings of Scale : Implications for Researchers and Practitioners. Educational Researcher, 48(6), 369‑377. https://doi.org/10.3102/0013189X19860531

Morin, A. (1985). Critères de « scientificité » de la recherche-action. Revue des sciences de l’éducation, 11(1), 31‑49. https://doi.org/10.7202/900478ar 

Morrissette, J. (2013). Recherche-action et recherche collaborative : Quel rapport aux savoirs et à la production de savoirs? Nouvelles pratiques sociales, 25(2), 35‑49. https://doi.org/10.7202/1020820ar 

Perrenoud, P., Altet, M., & Lessard, C. (2008). Conflits de savoirs en formation des enseignants : Entre savoirs issus de la recherche et savoirs issus de l’expérience. De Boeck Supérieur. https://books.google.fr/books?hl=fr&lr=&id=-x40LFTvdacC&oi=fnd&pg=PA7&dq=Mod%C3%A9liser+les+processus+de+collaboration+entre+acteurs+de+l%E2%80%99%C3%A9ducation+et+de+la+recherche+pour+la+construction+de+savoirs&ots=JGkYEiyHV_&sig=4pb0PvlM70hQeQ37l946vqpaYXI&redir_esc=y#v=onepage&q&f=false 

Perret, D., & DNE-TN2. (2021, mai 7). Les forums « Éducation et Recherche » dans l’académie de Rennes [Billet]. Éducation, numérique et recherche. https://edunumrech.hypotheses.org/2989

Plantin, J.-C., & Russo, F. (2016). D’abord les données, ensuite la méthode ?. Big data et déterminisme en sciences sociales*. Socio. La nouvelle revue des sciences sociales, 6, 97‑115. https://doi.org/10.4000/socio.2328

Renaud, L. (2020). Modélisation du processus de la recherche participative. Communiquer. Revue de communication sociale et publique, 30, 89‑104. https://doi.org/10.4000/communiquer.7437

Rey, O. (2014, février 14). A la recherche des « passeurs » en éducation [Billet]. Éduveille. https://eduveille.hypotheses.org/6086

Rhéaume, J. (1982). La recherche-action : Un nouveau mode de savoir? Sociologie et sociétés, 14(1), 43‑51. https://doi.org/10.7202/006775ar 

Robbes, B. (2019). Recherches-action, recherches collaboratives en éducation, une analyse. https://rech-part-s-edu.sciencesconf.org/data/pages/Remuse_Bruno_Robbes_14_02_2019.pdf 

Sanchez, É., & Monod-Ansaldi, R. (2015). Recherche collaborative orientée par la conception. Un paradigme méthodologique pour prendre en compte la complexité des situations d’enseignement-apprentissage. Éducation et didactique, 9‑2, 73‑94. https://doi.org/10.4000/educationdidactique.2288 

Sensevy, G., Santini, J., Cariou, D., & Quilio, S. (2018). Preuves fondées sur la pratique, pratiques fondées sur la preuve : Distinction et mise en synergie. Éducation et didactique, 12‑2, 111‑125. https://journals.openedition.org/educationdidactique/3400

Sirota, A. (2001). Approche clinique du social et recherche-action. Revue internationale de psychosociologie, Vol. VII(16), 61‑78. https://www.cairn.info/revue-internationale-de-psychosociologie-2001-16-page-61.htm 

Storup, B. (2013). Recherche participative en France : Où en sommes-nous ? Sciences Citoyennes. https://sciencescitoyennes.org/recherche-participative-ou-en-est-on/ 

Tricot, A. (2018). De l’utilité des connaissances produites par la recherche en éducation. Diversité, 192 [Réseau Canopé]. http://andre.tricot.pagesperso-orange.fr/DIVERSITE%20192_TRICOT.pdf 

Trompette, P., & Vinck, D. (2009). Retour sur la notion d’objet-frontière. Revue d’anthropologie des connaissances, Vol. 3, n° 1(1), 5‑27. https://www.cairn.info/revue-anthropologie-des-connaissances-2009-1-page-5.htm

UQAC. (2017, novembre 20). La recherche participative en éducation. https://www.youtube.com/watch?v=7BfPaTjTzIY&ab_channel=UQAC 

Vinatier, I., & Morrissette, J. (2015). Les recherches collaboratives : Enjeux et perspectives. Carrefours de l’éducation, n° 39(1), 137‑170. https://www.cairn.info/revue-carrefours-de-l-education-2015-1-page-137.htm 

Vitel, S., & DNE-TN2. (2021, avril 14). Accompagner des projets de recherche en académie : Incubateur académique de Nancy-Metz [Billet]. Éducation, numérique et recherche. https://edunumrech.hypotheses.org/2905

Wang, F., & Hannafin, M. (2005). Design-based research and technology-enhanced learning environments. Educational Technology Research and Development, 53, 5‑23. https://doi.org/10.1007/BF02504682

A consulter aussi

DNE-TN2. (2021, mars 26). Etat de la recherche sur le numérique en éducation (2010-2020) [Billet]. Éducation, numérique et recherche. https://edunumrech.hypotheses.org/2784

Perret, D., & DNE-TN2. (2021, mai 7). Les forums « Éducation et Recherche » dans l’académie de Rennes [Billet]. Éducation, numérique et recherche. https://edunumrech.hypotheses.org/2989

Vitel, S., & DNE-TN2. (2021, avril 14). Accompagner des projets de recherche en académie : Incubateur académique de Nancy-Metz [Billet]. Éducation, numérique et recherche. https://edunumrech.hypotheses.org/2905

Document à télécharger

Les formes de partenariat recherche/éducation : références et repères


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.