Etat de la recherche sur le numérique en éducation (2010-2020)

Résumé

Résumé en français

Liste de publications francophones en accès ouvert sur l’état de la recherche sur le numérique en éducation (2010-2020).

Résumé en anglais

List of Francophone open access publications on the state of research on digital education (2010-2020).

Présentation générale

Nous proposons une liste de publications francophones en accès ouvert sur les dix dernières années permettant d’avoir un aperçu général de l’état de la recherche, des enjeux et problématiques sur le numérique en éducation.

Sont indiqués ci-dessous les références et les résumés (ou premières lignes), reproduits in extenso.

Nous tenons à remercier M. Georges-Louis Baron, Professeur émérite à l’Université de Paris, pour sa relecture et les compléments apportés.  

Aperçu des sources

Références

Albero, B. (2009). La recherche française en sciences humaines et sociales sur les technologies en éducation. Revue Française de Pédagogie, 169, 53‑66. https://edutice.archives-ouvertes.fr/edutice-00579007

« L’étude des relations entre formation des individus et technologies a toujours été une entreprise difficile, en raison de la multiplicité de ses enjeux socioéconomiques, politiques et culturels. Contrairement aux disciplines à forte composante technique, les sciences humaines et sociales (SHS) ne l’ont abordé jusqu’ici que de façon marginale ou restreinte, alors qu’elles sont concernées au premier chef par les influences et les conséquences de l’usage généralisé des techniques contemporaines. Après un examen des difficultés des SHS à constituer un champ scientifique sur ce thème en relation avec leurs propres paradigmes, cette contribution analyse les conditions qui permettraient de développer la recherche dans le domaine. Elle propose une approche plus compréhensive qui, tout en s’inspirant de perspectives congruentes en SHS, vise à dépasser les frontières de l’une ou l’autre discipline et ne se confine pas aux questions strictement éducatives. Inscrite dans les &perspectives ouvertes par le concept général de couplage entre technique et société, cette approche pourrait éclairer utilement plusieurs aspects méconnus du développement et de l’influence considérable des technologies numériques dans tous les domaines de l’activité humaine. »

Baron, G.-L., & Beauné, A. (2013, mai 24). Publication scientifique et recherche francophone sur les TICE. Adjectif.net. http://www.adjectif.net/spip/spip.php?article236&lang=fr 

« Pour aider les jeunes chercheurs à répondre à un appel à articles scientifiques de l’Agence universitaire de la Francophonie (AUF) pour lequel le projet Adjectif est partenaire, cet article décrit sommairement les caractéristiques majeures du domaine de recherches concernant les utilisations des Technologies de l’Information et de la Communication en Éducation (TICE), les principales instances de diffusion des recherches et des conseils généraux pour la rédaction. » 

Baron, G.-L. (2013). La recherche francophone sur les « technologies » en éducation : Réflexions rétrospectives et prospectives. STICEF, 20. http://sticef.univ-lemans.fr/num/vol2013/16-baron-reiah/sticef_2013_NS_baron_16p.pdf 

« Les applications éducatives des technologies de l’information et de la communication ont fait en France l’objet d’une série de recherches à caractère souvent pluridisciplinaire depuis les années 1960. Ce texte présente des réflexions à caractère historique sur la structuration du champ spécifique qui s’est constitué autour d’elles et sur son évolution. Il discute en particulier, d’un point de vue de sciences de l’éducation, la question de la pluridisciplinarité et celle de l’évolution des problématiques au cours du temps. »

Baron, G.-L. (2014). Elèves, apprentissages et « numérique » : Regard rétrospectif et perspectives. Recherches en éducation, 18, Article 18. https://doi.org/10.4000/ree.8525

« De l’audiovisuel au « numérique », une série de vagues de technologies de l’information et de la communication ont déferlé sur le système éducatif, puis reflué. Chacune a eu ses propres caractéristiques, visé ses propres objectifs, qu’il s’agisse de suppléer à un manque perçu d’enseignants, d’individualiser l’enseignement, de susciter la collaboration entre apprenants, de former une génération de citoyens capables de prendre en compte les enjeux que véhiculaient ces technologies. Une constante se manifeste pourtant : à chaque vague on s’est demandé si l’on avait affaire à de nouveaux objets ou à de nouveaux outils d’enseignement et on s’est interrogé sur les moyens de prendre en compte ces différentes valences au sein du système scolaire. Le texte qui suit s’intéresse à cette tension d’un point de vue d’abord historique puis prospectif. Il analyse en particulier l’évolution des grands choix théoriques de la recherche sur la technologie éducative puis discute des différentes orientations visant à justifier et soutenir la mise en place de nouveaux enseignements. »

Baron, G.-L. (2016). Un point de vue sur la recherche en TICE au Sud. Frantice. http://frantice.net/index.php?id=1374 

« Les lignes qui suivent exposent un point de vue relativement au développement d’un milieu de recherche sur les TICE au Sud. Il s’appuie sur une expérience déjà ancienne, puisque ma première rencontre avec la question remonte au temps du projet RESAFAD (Valérien, 1999). C’est en revanche une analyse largement subjective. Il faut, préalablement, préciser certains termes. Tout d’abord, TICE (acronyme maintenant un peu daté) fera ici référence indifféremment à la technologie éducative et au numérique éducatif sous leurs différentes formes : en effet, les chercheurs sur l’un de ces thèmes interviennent le plus souvent sur les autres. Cela englobe aussi une partie de la recherche en didactique de l’informatique, qui s’intéresse principalement à l’apprentissage de l’algorithmique et de la programmation. En France, ce thème de recherche s’est d’abord développé dans les années 1980, puis a connu une éclipse avant de faire l’objet d’un regain d’intérêt de la part des autorités ministérielles. Comme l’a montré le récent colloque Ecole et TIC (Villemonteix, Baron, & Béziat, 2016), il n’a pas (encore) acquis son autonomie par rapport à l’ensemble. Au reste, la mise en œuvre de technologies de l’information et de la communication pose toujours des questions liées à la description et à la manipulation de données. Ensuite, « Sud », dans ce texte, correspondra surtout à l’Afrique subsaharienne francophone et au Maghreb. Enfin, ce qui caractérise un milieu de recherche, c’est l’existence d’un réseau de personnes institutionnellement reconnues comme autorisées à faire de la recherche. »

Baron, G.-L., Drot-Delange, B., & Touloupaki, S. (2016). L’éducation à l’informatique à l’école primaire. Bibliographie commentée. Adjectif.net http://www.adjectif.net/spip/spip.php?article382

« Ce texte trouve son origine dans le projet de recherche DALIE (didactique et apprentissage de l’informatique à l’école). A l’occasion de l’écriture d’un état de question, il a été décidé de constituer une bibliographie commentée sur le thème de l’informatique comme objet d’enseignement et de culture dans l’enseignement de premier degré. »

Baron, G.-L., & Drot-Delange, B. (2016). L’informatique comme objet d’enseignement à l’école primaire française ? Mise en perspective historique. Revue française de pédagogie. Recherches en éducation, 195, 51‑62. https://doi.org/10.4000/rfp.5032

« L’article propose une synthèse à caractère historique sur la prise en compte institutionnelle de l’informatique comme objet d’enseignement à l’école primaire en France, révélant une série de changements de cap des autorités pédagogiques. L’objet essentiel d’un enseignement de l’informatique serait actuellement l’acquisition d’une pensée informatique. L’article propose une revue des différentes orientations épistémologiques ayant donné lieu à des recherches et des réalisations pour développer cette pensée : le langage LOGO et son successeur SCRATCH, la robotique pédagogique, l’informatique dite débranchée. Les problèmes liés à la formation des maîtres sont également abordés. » 

Collin, S., Guichon, N., & Ntebutse, J.-G. (2015). Une approche sociocritique des usages numériques en éducation. STICEF, 22(1), 89‑117. https://doi.org/10.3406/stice.2015.1688

« Cet article a pour objectif de contribuer à formaliser une approche sociocritique du numérique en éducation. Telle que nous la concevons, cette approche consiste à étudier les relations entre le profil et le contexte socioculturel des élèves et leur disposition à s”éduquer et se former avec le numérique. Elle se situe au croisement, d’une part, de la sociologie des usages, qui a peu développé les dimensions éducatives du numérique, et d’autre part, des sciences de l’éducation, qui ont faiblement mis en lien les usages numériques proposés aux élèves en salle de classe avec ceux développés en contexte extrascolaire. Elle s’inscrit dans la thématique des usages numériques éducatifs, telle que circonscrite par (Baron, 2014), et se veut complémentaire aux approches didactique et psychopédagogique majoritairement utilisées. Nous commençons par expliciter les fondements de cette approche. Nous présentons ensuite un aperçu de trois de ses thématiques saillantes, avant d’aborder ses implications méthodologiques et sa complémentarité avec les approches didactique et psychopédagogique, ainsi que les principaux défis qu”elle doit relever. »

Collin, S., Brotcorn, P., Fluckiger, C., Grassin, J.-F., Guichon, N., Muller, C., Ntebutse, J. G., Ollivier, C., Roland, N., Schneider, É., & Soubrié, T. (2016, mars 18). Vers une approche sociocritique du numérique en éducation : Une structuration à l’oeuvre [Article de revue professionnelle]. Adjectif.net. https://archipel.uqam.ca/12242/

« Cette contribution présente la démarche d’un réseau de chercheures et chercheurs francophones au sujet d’une approche sociocritique du numérique en éducation, rendue visible et interactive avec la plateforme Numérica. »

Collin, S. (2018, mars). Les approches critiques du numérique en éducation : Un aperçu de la littérature. Usages du numérique en éducation : regards critiques. https://usagesnumedu.sciencesconf.org/resource/page/id/17

« D’après certains auteurs (Selwyn, 2015), les approches critiques du numérique en éducation connaîtraient un modeste gain d’intérêt à l’heure actuelle. Dans l’espace francophone, plusieurs travaux sur le numérique en éducation ont adopté au fil du temps une approche critique, bien qu’ils n’aient pas abouti à l’émergence d’une tradition ou d’un courant critique. Comme pour tout objet d’étude en cours de structuration, une partie des efforts consentis est liée à des enjeux définitoires, qui s’attachent notamment à préciser les éléments constitutifs, le territoire et les objets d’études que sont susceptibles de recouvrir les approches critiques du numérique en éducation. Sans prétendre à l’exhaustivité, cette conférence souhaite contribuer à alimenter la réflexion autour de ces enjeux définitoires des approches critiques du numérique en éducation. Pour ce faire, nous nous appuierons sur une analyse partielle de la littérature scientifique traitant des approches critiques du numérique en éducation, ce qui nous permettra d’en tirer quelques constats et certaines pistes de développements possibles. »

Conseil national d’évaluation du système scolaire. (2020). Numérique et apprentissages scolaires. Cnesco. http://www.cnesco.fr/fr/numerique-et-apprentissages-scolaires/ 

« Que sait-on de l’influence du numérique sur les pratiques des enseignants et sur les apprentissages scolaires des élèves en France aujourd’hui ? Les élèves français disposent-ils tous du même équipement informatique dans leur établissement ? Pour apporter des éléments de réponse à ces questions , le Cnesco publie le dossier « Numérique et apprentissages scolaires ».

Fruit de deux années de travail, ce dossier a mobilisé une douzaine de chercheurs pluridisciplinaires. Une revue de plus de 300 références permet de dresser un constat inédit sur les apports réels du numérique selon les fonctions pédagogiques (rechercher de l’information, apprendre à distance…). Des études originales permettent de rendre compte de l’usage des outils numériques dans des disciplines particulières (français, mathématiques, géographie, langues vivantes). Un état des lieux des équipements informatiques des établissements en 2019 a également été dressé. Si le bon d’équipement des collèges et des lycées paraît convenable, les écoles primaires sont moins bien équipées en matériel informatique que leurs homologues européennes. Ce sous-équipement des écoles est aussi caractérisé par des inégalités territoriales importantes. Les chercheurs se sont également intéressés à la façon dont le numérique intervient dans la relation école-familles et aux apports éventuels de son usage hors de la classe dans les apprentissages scolaires. »

Conseil supérieur de l’éducation [Québec]. (2020). Éduquer au numérique : Rapport sur l’état et les besoins de l’éducation 2018-2020. CSE. https://www.cse.gouv.qc.ca/publications/eduquer-au-numerique-50-0534/

« Dans son rapport sur l’état et les besoins de l’éducation 2018-2020, Éduquer au numérique, le Conseil supérieur de l’éducation se penche sur les compétences nécessaires pour exercer sa citoyenneté dans un monde de plus en plus numérique et sur les responsabilités qui en découlent pour le système d’éducation. La situation provoquée par la pandémie de COVID-19 a accentué la place du numérique dans plusieurs aspects de notre vie ; elle a aussi montré que toutes les personnes ne sont pas suffisamment outillées pour évoluer librement dans cette nouvelle réalité. Les inégalités observées ne portent pas uniquement sur l’accès à la technologie, elles concernent surtout les compétences requises pour utiliser cette technologie autrement qu’à des fins ludiques ou de consommation. Aux yeux du Conseil, le système éducatif a la responsabilité de donner à chaque personne, à un moment ou l’autre de sa vie, l’occasion de développer la littératie numérique en question. Le Conseil formule trois orientations pour que soient réunies les conditions qui permettront au système éducatif d’assumer la responsabilité d’éduquer au numérique. »

Dané, É., Baron, G.-L., & Beauné, A. (2012). Revues francophones de recherche sur les TICE. Adjectif.net. http://www.adjectif.net/spip/spip.php?article32&lang=fr 

DNE-TN2. (2020, juillet 3). Productions des groupes thématiques numériques de la DNE [Billet]. Éducation, numérique et recherche. https://edunumrech.hypotheses.org/1948

« Dans le cadre des Etats généraux du numérique pour l’éducation et pour contribuer à cette phase de réflexion et de mutualisation, nous donnons accès sur cette page à l’ensemble des productions des groupes thématiques numériques #GTnum actuellement disponibles sur la période 2017-2020. »

Fluckiger, C. (2017). Les technologies numériques à l’école, quel bilan ? http://hal.univ-lille3.fr/hal-01613680

« Depuis quelques années, les prises de position politiques concernant les technologies numériques à l’école se multiplient : rapports parlementaires, discours de rentrée ministériels sur la littératie numérique, la formation du futur citoyen. Dans les derniers programmes de l’école primaire, cette volonté institutionnelle se traduit par une présence importante des termes informatique (31 fois) et numérique (plus de 200 fois).

Si la traduction de ces discours institutionnels dans les pratiques effectives en classe n’est pour l’instant pas complètement documentée, ils s’inscrivent néanmoins dans un contexte général marqué par trois évolutions importantes :

– La montée de nouvelles pratiques numériques de la part des élèves, sur les réseaux sociaux ou le Web, constituant une culture numérique juvénile (Fluckiger, 2008 ; Dauphin, 2012) qui, à tout le moins, infléchit sérieusement leur rapport aux savoirs et à l’information, les pratiques de lecture, leur sociabilité ou les étapes de leur construction identitaire.

– Le renouvellement d’une technologie éducative diffusée de manière croissante pour enseigner ou pour apprendre, de plus en plus connectée et mobile, par la diffusion de matériels comme les Tableaux Numériques Interactifs (TNI), tablettes numériques, les Espaces Numériques de Travail (ENT), etc., de logiciels éducatifs ou encore de ressources éducatives pour les enseignants (des sites institutionnels aux réseaux sociaux).

– L’apparition de nouveaux objets d’enseignement liés à cette culture numérique (Baron, Bruillard, Drot Delange, 2015), des éducations aux médias, à l’information (Chapron, Delamotte, 2010), aux options Sciences du numérique et Création Numérique, en passant par la documentation (Cordier, 2015). »

Geoffroy, P.-E. (2016, juillet). Réseaux de savoirs. Production et transmission des savoirs à l’ère du numérique et de l’économie de la contribution (IRI). IRES. http://www.ires.fr/etudes-recherches-ouvrages/etudes-des-organisations-syndicales/item/4412-reseaux-de-savoirs-production-et-transmission-des-savoirs-a-l-ere-du-numerique-et-de-l-economie-de-la-contribution

« Dans le contexte d’une mutation globale de la société à travers la technologie numérique, l’enjeu contemporain majeur pour les institutions du savoir (à commencer par l’école) est double. Il  s’agit d’une part d’évaluer dans quelle mesure ces institutions peuvent être réinventées dans le sens d’une acculturation et d’une appropriation de ces nouveaux outils. Mais il s’agit aussi d’investir une réflexion inter-institutionnelle et transdisciplinaire autour des transformations épistémologiques et épistémiques dont s’accompagne la révolution technologique que nous vivons aujourd’hui. Néanmoins, le rythme effréné de l’innovation disruptive semble rendre impossible cette appropriation et cette réflexion. L’enseignant, l’éditeur, le chercheur semblent tous condamnés à être « en retard » sur la technique. D’autant que l’économie des data qui s’est emparé du web privilégie un marché de l’information au détriment du partage des savoirs. Dans un tel contexte, la tâche des institutions du savoir doit être de se réinventer tout en reprenant la main sur la question technologique. Notre rapport étudie comment cette réinvention peut être envisagée à partir de l’hypothèse d’une économie de la contribution faisant du savoir sa valeur centrale. Les réseaux numériques rendent possible un dépassement de la distinction classique du producteur et du consommateur, et il devient possible d’envisager l’école, l’université, la recherche ou encore l’industrie éditoriale comme dépendant de la figure du contributeur.

Nous étudions d’abord les transformations actuelles des figures complémentaires de l’apprenant et de l’enseignant, ainsi que les mutations des lieux et des modes d’enseignement et d’apprentissage (classe inversée, cours en ligne, jeux sérieux, etc.). A partir d’une conception plus large de l’autonomie de l’apprenant, celui-ci peut être envisagé comme un contributeur, à la fois au sein de la classe, et au sein de la société. De même, la possibilité qui s’offre à l’enseignant de produire, d’échanger et de mutualiser des ressources pédagogiques et des formes attentionnelles lui ouvre un statut de contributeur au sein des réseaux du savoir. Dans un deuxième temps, nous introduisons la méthodologie de la recherche contributive, par laquelle l’université peut garantir une appropriation continuellement renouvelée des technologies numériques par les enseignants et les apprenants. Cette démarche passe par des pratiques d’annotation, de catégorisation et d’éditorialisation contributives des formes numériques des savoirs, et vise l’implication dans le processus de recherche de tous types de publics. Enfin, nous envisageons les aspects politiques, juridiques et industriels de la question d’une réinvention des institutions du savoir, à l’aune d’une économie de la contribution. A travers l’exemple de l’industrie éditoriale, nous proposons l’articulation de « coopératives de savoirs », via des plateformes contributives, un web herméneutique et des architectures de réseau distribuées. »

Inaudi, A. (2017). École et numérique : Quelques dates-clés. Hermès, La Revue, 78, 19‑22. http://www.cairn.info/revue-hermes-la-revue-2017-2-p-19.htm

Inaudi, A. (2017). École et numérique : Une histoire pour préparer demain. Hermès, La Revue, 78, 72‑79. http://www.cairn.info/revue-hermes-la-revue-2017-2-p-72.htm 

« Le numérique éducatif en France s’inscrit dans l’histoire longue des outils et médias mobilisés pour faire évoluer le fonctionnement de l’institution scolaire, l’accès au savoir et la transmission des connaissances. Cette histoire se raconte non seulement à partir de progrès technologiques et d’expérimentations mais aussi de politiques volontaristes et d’intérêts économiques convergents. Dans un contexte mondialisé, elle montre le glissement de la prérogative politique vers des acteurs économiques et marchands : une privatisation progressive de l’accès au savoir dont les premiers bénéficiaires ne sont pas nécessairement les élèves. »

Leroux, G., Monteil, J.-M., & Huguet, P. (2017). Apprentissages scolaires et technologies numériques : Une revue critique des méta-analyses. L’Année psychologique, 117(4), 433‑465. https://doi.org/10.4074/S0003503317004018

« Depuis les teaching machines développées par Skinner jusqu’au développement des techniques d’adaptive learning ou de réalité virtuelle, les technologies éducatives n’ont cessé de susciter de nouveaux espoirs pour individualiser et diversifier les enseignements, et renforcer ainsi les apprentissages. Alors que les usages numériques se développent dans les classes, les débats sur leur efficacité se font plus vifs. Depuis une quarantaine d’années, de nombreux travaux ont tenté d’en mesurer l’impact et de synthétiser les résultats obtenus sous la forme de méta-analyses. Notre article présente cette littérature méta-analytique avec un point de vue critique. L’objectif est d’éclairer le débat sur l’intérêt du développement des usages numériques à l’école et d’esquisser de nouvelles pistes de recherche susceptibles d’en préciser la portée et les limites. »

Puimatto, G. (2019). Questionner les apports du numérique en éducation. Et après ? Distances et médiations des savoirs. Distance and Mediation of Knowledge, 28(28). http://journals.openedition.org/dms/4628

Compte-rendu et analyse de l’ouvrage : Baron, G.-L., & Depover, C. (Éds.). (2019). Les effets du numérique sur l’éducation: Regards sur une saga contemporaine. Presses universitaires du Septentrion.

Rinaudo, J.-L. (2020). Sur et pour… mais pas avec. Recherches doctorales sur le numérique en éducation. Questions Vives. Recherches en éducation, N° 33, Article N° 33. https://doi.org/10.4000/questionsvives.4583

« L’auteur propose une étude des résumés de thèse portant sur le numérique des docteurs ayant présenté un dossier de qualification aux fonctions de maitre de conférences, auprès de la 70e section du CNU, entre 2015 et 2019. L’analyse est conduite à partir du lexique employé dans ces résumés. La visée heuristique est présente, la visée critique rare. Quant à la visée praxéologique, l’auteur propose qu’elle soit effacée au profit d’une visée pragmatique. »

Selwyn, N. (2019). Approches critiques des technologies en éducation : Un aperçu. Formation et profession, 27(3), 6‑21. https://doi.org/10.18162/fp.2019.579

« Les technologies de l’information et de la communication constituent un élément central des services éducatifs et des pratiques pédagogiques de l’époque contemporaine. Surtout, les technologies en éducation représentent aujourd’hui une industrie de plusieurs milliards de dollars et impliquent un nombre de plus en plus grand d’entreprises internationales au sein des systèmes éducatifs nationaux. Dans ce contexte, les approches critiques des technologies en éducation nous semblent plus pertinentes que jamais. Le présent article a pour objectif d’en dresser un portrait, en commençant par rappeler leur pertinence et leurs fondements théoriques. Nous donnons ensuite un aperçu des études qui s’y sont attachées par le passé, avant de présenter les enjeux critiques contemporains. Finalement, nous terminons en identifiant des perspectives futures pour les approches critiques des technologies en éducation. »

Thanh, J. T., Beauné, A., Ouattara, A., Boullé-Loffreda, M., & Baron, G.-L. (2014). Édition numérique scolaire en Afrique Subsaharienne. Production de la phase 1 du projet VSTICE. http://edutice.archives-ouvertes.fr/edutice-01009460 

« Ce texte s’inscrit dans un travail de veille scientifique effectué à la demande de l’Agence universitaire de la Francophonie (AUF). Le projet a notamment eu pour enjeu la construction d’une vision prospective, nécessaire à l’élaboration de projets pérennes. Le présent rapport concerne spécifiquement l’édition scolaire numérique. »

Tricot, A. (2018). De l’utilité des connaissances produites par la recherche en éducation. Diversité, 192. http://andre.tricot.pagesperso-orange.fr/DIVERSITE%20192_TRICOT.pdf 

« Une connaissance est utile quand elle permet de résoudre des problèmes. Mais élaborer des connaissances et trouver des solutions ne sont pas la même chose. Il existe différents types de relations entre ceux qui élaborent des connaissances scientifiques et ceux qui résolvent des problèmes de terrain, qui sont mises en œuvre dans différentes activités humaines, notamment en éducation. Quatre de ces relations sont examinées : l’ingénierie, la recherche-action, l’évaluation des dispositifs et la chasse aux mythes. » 

Tricot, A. (2019). Qu’est-ce que le numérique permet d’apprendre en dehors de l’école ? FCPE. https://www.fcpe.asso.fr/sites/default/files/ressources/NoteCS_no12_BAT.pdf 

« Par « le numérique » on désigne aujourd’hui un ensemble très hétérogène d’outils, d’applications, de logiciels et de modes d’accès à l’information, qui ont en commun l’utilisation du codage binaire des données. Ces outils ont envahi notre quotidien et celui de nos enfants, dans les pays riches en tous cas. Pendant ce temps, l’école est restée relativement épargnée ou hermétique à cette arrivée

massive du numérique, comme elle avait été épargnée ou hermétique à l’arrivée du cinéma, de la radio ou de la télévision. Ce qui permet d’imaginer une école plus moderne quand elle aura intégré le numérique. Je propose d’aborder ici les effets du numérique sur les apprentissages hors de l’école. Les effets au sein de l’école seront abordés dans une seconde note (voir aussi Amadieu &

Tricot, 2014). Je ne vais pas non plus aborder un aspect assez simple, celui des contenus violents. De façon non spécifique au numérique, l’exposition répétée, quotidienne, à la violence n’a pas un effet positif sur les enfants (Anderson et al., 2017), ni sur les adultes d’ailleurs. Une des conséquences de cette exposition quotidienne à la violence à travers les écrans est que, non seulement elle nous rend plus agressifs et plus insensibles, mais elle nous persuade que nous vivons dans un monde violent alors que celui-ci n’a jamais été aussi paisible, si l’on veut bien s’intéresser aux faits (Pinker, 2017). A travers quelques exemples, je vais me consacrer uniquement aux apprentissages réalisés lors de l’utilisation quotidienne, non scolaire, d’outils numériques. » 

Tricot, A., & Amadieu, F. (2019). Qu’est-ce que le numérique permet d’apprendre à l’école ? FCPE. https://www.fcpe.asso.fr/sites/default/files/ressources/NoteCS_no18_Num%C3%A9rique%20dans%20l’%C3%A9cole.pdf 

« Cette note traite des apports du numérique au sein de l’école, en confrontant les nombreux mythes qui circulent dans ce domaine aux connaissances issues de la recherche. Motivation et autonomie accrue des élèves, des apprentissages plus actifs, une réponse aux besoins particuliers… le numérique permet-il réellement tout cela ? Il s’avère que la réponse à ces interrogations est mitigée, l’enseignement étant encore loin d’avoir effectué sa « révolution numérique » ».

Trouche, L., Emin, V., Fesselier, Y., Fontanieu, V., Goasdoué, G., Khaneboubi, M., & Usclade, F. (2014). Les recherches francophones en TICE dans le pourtour sud de la Méditerranée [Research Report]. ENS Lyon ; Agence universitaire de la Francophonie ; IFIC. https://hal.archives-ouvertes.fr/hal-01546659

« Conformément à ce qui est précisé dans l’appel d’offres, le projet vise à repérer des chercheurs francophones TICE et des réseaux, en ayant une vision large de ces trois critères : chercheur (qui a au moins un master recherche), francophone (qui peut au moins lire le français pour son activité de recherche, sans nécessairement pouvoir écrire ou communiquer en français) et TICE (qui conduit des recherches en relation avec l’éducation et les technologies ou le numérique). Nous présentons dans cette section la méthodologie suivie en quatre points : le premier distingue la collecte de contacts et la collecte de profils, le deuxième précise la méthode de conception du questionnaire, le troisième la méthode de diffusion de ce questionnaire, et le quatrième la méthode de traitement. »


Zablot, S., Combemorel-Pauty, C., Baron, G.-L. (2014). TICE et formation des enseignants du primaire en Afrique subsaharienne (Rapport de recherche Nᵒ 2; p. 110). http://eda.shs.univ-paris5.fr/vstice/wp-content/uploads/2014/09/VSTICE2_auf.pdf 

« Ce texte rend compte de la seconde phase d’un travail réalisé dans le cadre d’un projet mené depuis 2013 avec l’Association française de développement (AFD), l’Agence universitaire de la francophonie (AUF) et la société Orange. L’enjeu du projet était de produire une veille scientifique sur des thèmes stratégiques définis par les donneurs d’ordre : d’abord sur l’édition multimédia en Afrique subsaharienne (phase 1) puis sur la formation des enseignants du primaire dans le domaine des technologies de l’information et de la communication (phase 2). Nous abordons dans ce rapport ce dernier thème. »

Documents à télécharger

Etat de la recherche sur le numérique en éducation (2010-2020) v2

Etat de la recherche sur le numérique en éducation (fichier BibTeX)

A consulter aussi

Allouche, E. (2020, janvier 27). Publications en accès ouvert sur le numérique dans l’éducation (2015-2019). 1 : Aspects généraux et ressources [Billet]. Éducation, numérique et recherche. https://edunumrech.hypotheses.org/665

Allouche, E. (2020, janvier 27). Publications en accès ouvert sur le numérique dans l’éducation (2015-2019). 2 : Culture numérique, forme scolaire, enseignement et apprentissage [Billet]. Éducation, numérique et recherche. https://edunumrech.hypotheses.org/730

DNE-TN2. (2020, janvier 28). Se documenter sur l’état de la recherche : Sites et bases de données de référence [Billet]. Éducation, numérique et recherche. https://edunumrech.hypotheses.org/825

DEPP. (2021, février). Évaluation multidimensionnelle de l’impact d’équipements numériques mobiles sur les apprentissages des élèves : Premiers résultats des effets du Plan numérique de 2015. Ministère de l’Education Nationale de la Jeunesse et des Sports. https://www.education.gouv.fr/evaluation-multidimensionnelle-de-l-impact-d-equipements-numeriques-mobiles-sur-les-apprentissages-309284 [Revue de littérature p. 6-9 et bibliographie disponibles dans le document de travail]


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.