Communauté d’apprentissage et numérique

Résumé

Résumé en français

Communauté d’apprentissage et numérique : définitions et références bibliographiques.

Résumé en anglais

Online learning community : definitions and bibliographical references. 

Logo de Revue des sciences de l’éducation
(Chanier & Cartier, 2006)

Introduction

Nous proposons un panorama de quelques approches du concept de « communauté d’apprentissage » en relation avec le développement des pratiques pédagogiques numériques, présentielles, distancielles ou hybrides. Les références citées abordent la communauté d’apprentissage comme entité réunissant enseignant et apprenants ou comme dispositif de développement professionnel pour les enseignants.

Définitions et repères

L’environnement d’apprentissage informatisé 

“Nous définissons l’environnement d’apprentissage comme un lieu réel ou virtuel abritant un ou plusieurs systèmes interagissant dans un but commun : l’apprentissage. Un enseignant et les apprenants d’une classe peuvent ainsi être vus comme un système, chaque individu étant un sous-système. L’utilisation du vocable apprentissage, plutôt que celui d’enseignement, évoque l’image d’un environnement axé sur la construction du savoir par une communauté d’apprenants plutôt que sur la transmission du savoir par l’enseignant. La juxtaposition des termes environnement et apprentissage sous-entend une approche collaborative et des stratégies pédagogiques fondées sur le cognitivisme et le constructivisme. L’environnement d’apprentissage est dit informatisé lorsque certaines ou l’ensemble des interactions entre les sous-systèmes sont soutenues par des ressources informatiques. La notion d’EAI dépasse celle d’activité pédagogique à l’ordinateur.” (…) “Le concept d’environnement d’apprentissage informatisé englobe, tout à la fois, l’idée de la présence de ressources informatiques pour soutenir la démarche des apprenants, l’idée d’une vision cognitiviste et constructiviste de l’apprentissage et l’idée d’un lieu réel ou virtuel qui loge des «systèmes» en interaction. Cette évolution dans le vocabulaire des sciences de l’éducation devrait se refléter de plus en plus dans les tentatives de classification des applications pédagogiques de l’ordinateur.”

(Basque & Doré, 1998)

“Les environnements d’apprentissage sur ordinateur ne sont pas des environnements d’apprentissage auxquels des ordinateurs ont été ajoutés. Ce ne sont pas non plus des environnements qui apparaissent sur les écrans d’ordinateurs. Il s’agit plutôt d’environnements relativement nouveaux dans lesquels les activités assistées par ordinateur ont été pleinement intégrées à d’autres activités, les affectant et étant affectées par elles : la récitation de faits isolés est remplacée par l’exploration ; les activités individuelles sont remplacées par le travail en équipe autour de l’ordinateur ; le modèle de communication de type ping-pong entre un seul élève et un enseignant est remplacé par une interaction intensive entre les élèves ; les programmes isolés basés sur une discipline sont intégrés ; et les significations sont socialement négociées et « appropriées » plutôt que transmises toutes faites.” 

(Salomon, 1992) cité par (Basque & Doré, 1998) Traduction www.DeepL.com/Translator

De la communauté de pratique à la communauté d’apprentissage

“Par « communauté de pratique » (CdP), nous comprenons, comme Barab, Makinster et Scheckler (2004, p. 55), qui s’inscrivent dans l’approche de Lave et Wenger (1991), « un réseau social persistant et actif d’individus qui partagent et développent un fonds de connaissances, un ensemble de croyances, de valeurs, une histoire et des expériences concentrées sur une pratique commune et/ou une entreprise commune »”. (…) Le réflexif, en mettant le doigt sur ces interrelations, accélère la transformation du groupe en communauté d’apprentissage. Le phénomène est encore plus net quand le dialogue s’installe au sein du réflexif. C’est l’autre alors qui renforce la perception des liaisons entre l’individu et le groupe.”

(Chanier & Cartier, 2006)

Communautés virtuelles d’apprentissage

“Nous trouvons plusieurs éléments qui entrent en compte dans la définition d’une communauté : groupe d’individus, interactions sociales, caractère informel, problème commun, longévité de la relation, partage de l’expérience personnelle, lieu d’échange et formation spontanée.” (…) “L’apprentissage au sein d’une communauté possède des caractéristiques spécifiques. Règle 1 : Les échanges dans la communauté prennent souvent une forme narrative et ouverte. (…) Règle 2 : Les membres d’une communauté ont la capacité d’inférer l’information désirée de l’information donnée. (…)  Règle 3 : Dans une communauté, les individus coconstruisent l’interprétation de leur expérience personnelle. (…)  Règle 4 : L’apprentissage se contextualise en prenant une forme plus narrative.” (…) “Les communautés virtuelles sont bien réelles: elles comprennent de vraies personnes, des enjeux importants et de véritables sentiments et émotions.”

(Dillenbourg et al., 2003)

Communauté d’apprentissage et développement professionnel des enseignants

La communauté d’apprentissage constitue un dispositif de développement professionnel qui permet aux enseignants de collaborer entre eux, tout en s’appropriant les contenus des réformes de façon tangible. Ce type de regroupement leur permet de construire un savoir individuel et collectif.” (…) “Selon Schussler (2003), dans une perspective holistique, la communauté d’apprentissage incorpore les dimensions cognitive, affective et idéologique. La dimension cognitive de la communauté d’apprentissage concerne l’apprentissage des acteurs qui s’engagent dans celle-ci. La dimension affective renvoie au fait que des relations interpersonnelles de qualité font partie intégrante de la communauté d’apprentissage. Cette dimension affective serait aussi un préalable à la dimension cognitive, puisque lorsque les personnes se sentent valorisées dans leur rôle d’apprenant, elles sont susceptibles d’apprendre davantage. En ce qui concerne la dimension idéologique, le construit de ce chercheur présuppose que les participants échangent sur leurs valeurs, leurs visions et qu’ils sont susceptibles de partager un objectif commun, en particulier leur projet conjoint. Cette dimension met aussi l’accent sur l’existence d’une cohésion dans l’école.”

“En effectuant une synthèse de l’ensemble de ces significations [relevées dans les publications analysées], il nous est possible d’arriver à la définition suivante : La communauté d’apprentissage se définit comme un dispositif qui, dans sa dimension cognitive, vise le développement de la pratique pédagogique, l’acquisition d’un savoir individuel et collectif et la quête de sens. Dans sa dimension affective, la communauté d’apprentissage encourage l’enseignant(e) au partage de savoirs et au soutien entre collègues. Enfin, dans sa dimension idéologique, la communauté d’apprentissage sert à l’émancipation des enseignants, par l’utilisation des recherches, en reconnaissant leur rôle dans la production de ces recherches, et elle vise ultimement à créer une cohésion et une vision commune dans l’école.” (…) 

[Le développement professionnel] “peut se décrire comme toute forme d’apprentissage professionnel qui sert à l’enseignant pour modifier les situations dans lesquelles il évolue dans son travail quotidien.”  (…) “Dans sa définition même, une communauté d’apprentissage procure aux enseignants un environnement conjuguant espace de partage et de soutien, puisqu’elle devient un lieu où les praticiens se sentent appuyés dans les apprentissages qu’ils souhaitent réaliser pour ajuster leurs pratiques.” 

(Dionne et al., 2010)

“Dans son ouvrage Apprendre et réussir ensemble : construire une communauté éducative, Lemière (1997) estime que le concept de communauté éducative remonte à Freinet pour qui « l’élève a une double identité […], celle que lui confère son appartenance à un groupe classe spécifique et celle que lui confère son appartenance à une communauté sociale et culturelle caractéristique» (p. 24-25). La classe, conçue comme une communauté, par Kohn (1996), est un lieu où les élèves se sentent objets d’intérêt et de sollicitude et sont encouragés à s’intéresser aux autres et à leur manifester aussi de la sollicitude. Ils vivent ce que signifie être valorisé et respecté, se sentent liés à chacun et font partie d’un nous. En conséquence, ils se sentent, sur les plans physique et émotif, en sécurité dans la classe. “ (…)

[Une communauté d’apprentissage] est une organisation et un ensemble de processus soutenus et stimulés par diverses activités. Plus spécifiquement, c’est un groupe d’élèves et au moins un éducateur ou une éducatrice qui, animés par une vision et une volonté communes, travaillent durant un certain temps à l’appropriation de connaissances, d’habiletés et d’attitudes spécifiques.” (…) “Le fait que la théorie de l’apprentissage reconnaisse aujourd’hui que l’acte d’apprendre est un processus social et interactif suppose qu’on favorise une organisation et une gestion de classe qui ne porte pas seulement attention aux tâches cognitives (traitement de l’information) et à la performance individuelle de l’élève. Gagnent ainsi en importance les processus sociaux tels que la participation active au sein d’une communauté d’apprentissage ou, encore, la négociation entre élèves quant au sens à accorder à un objet de connaissance à l’intérieur d’un temps donné et quant à leurs efforts collectifs dans le but de faire de nouveaux apprentissages.”

(Laferrière, 1999)

Présence à distance et communauté d’apprentissage

(Jézégou, 2012)

“Une communauté d’apprentissage, en ligne ou non, possède l’ensemble des grandes caractéristiques d’une communauté au sens large. Elle peut être définie comme « un groupe de personnes, membres volontaires aux expertises diverses et d’égale valeur, engagées conjointement dans une démarche collaborative de résolution d’une situation problématique ; cette démarche facilitant la construction individuelle et collective de connaissances » (Jézégou, 2012).” 

(Jézégou, 2019)

Quelques jalons historiques

Les variétés des communautés d’apprentissage aux XVIIIe et XIXe siècles

Racines des années 1940 à 1970 des formes d’apprentissage collectif

Apparition des formes d’apprentissage après l’avènement du numérique

Les communautés d’apprentissage numérique à partir des années 1980 

(Cristol, 2017)

Références

Basque, J., & Doré, S. (1998). Le concept d’environnement d’apprentissage informatisé. Revue interrnationale de l’apprentissage en ligne et de l’enseignement à distance, 13(1), 40‑56. http://www.ijede.ca/index.php/jde/article/view/136/426

Chanier, T., & Cartier, J. (2006). Communauté d’apprentissage et communauté de pratique en ligne : Le processus réflexif dans la formation des formateurs. Revue internationale des technologies en pédagogie universitaire, 3(3), 64‑82. https://doi.org/10.18162/ritpu.2006.118 

Cristol, D. (2017). Les communautés d’apprentissage : Apprendre ensemble. Savoirs, 43(1), 10. https://doi.org/10.3917/savo.043.0009

Dillenbourg, P., Poirier, C., & Carles, L. (2003). Communautés virtuelles d’apprentissage : E-jargon ou nouveau paradigme ? Pédagogies.Net. L’essor des communautés virtuelles d’apprentissage., 11‑47. http://infoscience.epfl.ch/record/33768 

Dionne, L., Lemyre, F., & Savoie-Zajc, L. (2010). Vers une définition englobante de la communauté d’apprentissage (CA) comme dispositif de développement professionnel. Revue des sciences de l’éducation, 36(1), 25‑43. https://doi.org/10.7202/043985ar 

Jézégou, A. (2019). La distance, la proximité et la présence en e-Formation. In Jézégou, A. (2019). (Dir). Traité de la e-Formation des adultes. Bruxelles : De Boeck. https://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-01951530 

Laferrière, T. (1999). Apprendre à organiser et à gérer la classe, communauté d’apprentissage assistée par l’ordinateur multimédia en réseau. Revue des sciences de l’éducation, 25(3), 571‑591. https://doi.org/10.7202/032014ar 

Salomon, G. (1992). Effects with and of computers and the study of computer-based learning environments. Computer-Based Learning Environments and Problem Solving, 249‑263. https://doi.org/10.1007/978-3-642-77228-3_12 

Schussler, D. L. (2003). Schools as Learning Communities : Unpacking the Concept. Journal of School Leadership, 13(5), 498‑528. https://doi.org/10.1177/105268460301300501 

Références complémentaires

April, D., & Bouchamma, Y. (2015). Accompagnement du personnel enseignant par les communautés d’apprentissage professionnelles (CAP) : Pratiques-clefs et caractéristiques des directions d’école. Formation et profession, revue scientifique internationale en éducation, 23(2), 1‑14. https://formation-profession.org/pages/article/23/11/271 

Dionne, L., & Couture, C. (2013). Avantages et défis d’une communauté d’apprentissage pour dynamiser l’enseignement des sciences et de la technologie à l’élémentaire. Éducation et francophonie, 41(2), 212‑231. https://doi.org/10.7202/1021034ar 

Grégoire, R. (1998). Communauté d’apprentissage : Une définition. Communauté d’apprentissage TACT. http://www.tact.fse.ulaval.ca/fr/html/prj-7.1/commune2.html 

Rasmy,  aziz, & Karsenti, T. (2017). Effet perçu d’une communauté d’apprentissage sur la motivation des enseignants du secondaire dans leur développement professionnel. Formation et profession, 25(3), 36. https://doi.org/10.18162/fp.2017.352

A consulter aussi

DNE-TN2. (2020, juillet 7). « Entre distance et présence : La formation à l’heure de l’hybridation » (revue Distance et Médiation des Savoirs) [Billet]. Éducation, numérique et recherche. https://edunumrech.hypotheses.org/1964

DNE-TN2. (2021, février 3). « Le numérique pour l’apprentissage collaboratif : Nouvelles interfaces, nouvelles interactions » (revue Médiations & médiatisations) [Billet]. Éducation, numérique et recherche. https://edunumrech.hypotheses.org/2638

Document à télécharger

Communauté d’apprentissage et numérique


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.