Humanités numériques, médiation, formation et éducation : retour sur la journée d’étude #HN_éducation (16/12/20)

Résumé

Français

Les lignes qui suivent présentent une information synthétique sur le groupe thématique numérique nouvellement lancé et soutenu par le Directorate of Digital Education : Humanités Numériques, entre recherche et éducation, (#HN_éducation).

Anglais

The following text presents a synthesis about a thematic digital group newly funnded by Directorate of Digital Education : Digital Humanities, between research and education (#HN_éducation).

Auteur 

Georges-Louis Baron, Professeur émérite, Université de Paris

Des enjeux de l’éducation au numérique difficiles à prendre en compte à l’École

Nul besoin de souligner que le numérique est banalisé dans tous les secteurs de l’activité humaine. Mais on peut en revanche remarquer que, comme pour les précédentes vagues technologiques, un débat reste actif : celui des formes sous lesquelles il devrait être prise en compte dans la formation des jeunes.

Plusieurs attracteurs existent, avec la persistance d’une tension, présente dès les années 1960 aux temps pionniers de l’audio-visuel : d’un côté un objet d’enseignement (c’est-à-dire en pratique une discipline) et, de l’autre, un outil d’enseignement.

Source : Fil Twitter du #GTnum #HN_éducation

La situation est bien entendu un peu plus compliquée. Baron et Bruillard, il y a plus de quinze ans ont fait observer que l’informatique (à l’époque on ne parlait encore pas de numérique) prenait plusieurs formes assez différentes en éducation :

  • la technologie éducative (où des logiciels se substituent localement aux enseignants), qui intervient dans le domaine de la médiation pédagogique, c’est-à-dire des méthodes d’enseignement, et qui se diffuse très lentement
  • l’enseignement de savoirs spécifiques, la création de nouvelles disciplines étant peu fréquente.
  • l’utilisation d’instruments logiciels pour accéder différemment aux contenus (qu’il s’agisse de logiciels d’usage général ou qui ont été spécifiquement conçus pour une discipline particulière) et qui sont susceptibles de renouveler la manière de concevoir et de s’approprier des contenus.

Depuis lors, si de nouveaux phénomènes comme les réseaux sociaux ont pris une place déterminante dans la manière dont nous accédons à l’information, si les outils logiciels les plus divers sont couramment utilisés dans la communication scolaire et dans les différentes disciplines, les choses ont finalement peu évolué du point de vue de l’offre d’enseignements spécifiques au numérique, à l’exception notable de la création hautement symbolique en 2020 d’un CAPES d’informatique, très marqué par des savoirs scientifiques liés à l’algorithmique et aux mathématiques discrètes.

Cette création, longtemps attendue (on a commencé à évoquer l’intérêt d’un enseignement général de l’informatique dès 1970) ne change cependant pas fondamentalement les questions de la formation au numérique des générations à venir au numérique, dans la mesure où elle ne concerne pour l’instant que le lycée et, plutôt, les filières scientifiques.

Plus que jamais, la transmission d’une culture du numérique est un enjeu fondamental. Elle ne concerne pas seulement les sciences mais aussi les humanités, pas seulement le lycée mais tous les degrés d’enseignement, pas seulement ce qu’on nomme la pensée informatique mais toutes les dimensions du numérique

Cette perspective ouvre de nouveaux champs de question liés à l’appropriation par tous d’un corps de connaissances et de méthodes devant être prises en compte de manière interdisciplinaire.

Un nouveau projet : Humanités Numériques, entre recherche et éducation

Dans le cadre des groupes thématiques numériques (GTnum) lancés par le Ministère de l’Education nationale, de la Jeunesse et des Sports, sous-direction de la transformation numérique-bureau TN2, un projet relatif aux humanités numériques a été lancé à l’automne 2020. D’une durée de deux ans, il associe des équipes ancrées dans cinq territoires académiques (Besançon, Clermont-Ferrand, Nantes, Paris, Versailles). Sa responsabilité scientifique est assurée par le Groupement d’intérêt scientifique Innovation, Interdisciplinarité et formation (GIS 2IF) et il adopte une démarche de recherche participative.

L’objectif général est de décrire et partager les pratiques enseignantes susceptibles de se généraliser, de « cartographier » les humanités numériques et d’analyser la mise en œuvre d’enseignements en lien avec le contexte social et l’orientation des apprenants.

Une récente journée de réflexion : Humanités numériques, médiation, formation et éducation

Le projet, a commencé ses activités par une journée scientifique organisée à l’IUT de Dijon-Auxerre, qui s’est tenue essentiellement à distance le 16/12/21. Trois objectifs lui avaient été assignés :

  1. décrire les enjeux éducatifs, éthiques, sociaux et épistémologiques du développement des humanités numériques pour l’éducation et la formation ;
  2. présenter les différentes perspectives théoriques et méthodologiques des participants au projet ;
  3. envisager des manières d’aborder de manière collaborative et comparative les terrains afin de répondre aux enjeux cités.

Cet évènement qui a rassemblé une soixantaine de personnes s’inscrit dans la suite à une première journée d’étude GIS 2IF / CIMEOS / IUT de Dijon-Auxerre organisée en décembre 2018, qui avait interrogé la notion de médiation pédagogique.

La réunion a été organisée en deux grands moments.

Le matin a été consacré à une analyse du contexte et à une réflexion englobante prenant aussi bien en compte le contexte historique du développement des humanités numériques, avec une présentation de l’association des humanités numériques francophones Humanistica, que des réflexions relatives à l’intermédiation algorithmique dans les relations humaines, aux modifications apportées à la narrativité par le recours à des instruments logiciels ou à la médiation des savoirs par l’utilisation de cas issus de l’expérience.

L’après-midi s’est pour sa part concentré sur l’apport de la recherche participative à l’analyse des différentes dimensions des humanités numériques, conjuguant des interventions de chercheurs et de praticiens.

Il a été organisé en deux tables rondes : d’abord une exploration, à partir de cas concrets, de la question de l’informatique et de l’éducation au numérique, en particulier dans l’éducation primaire. Puis une session consacrée aux relations entre les approches didactiques et les humanités numériques, considérant différentes modalités de prise en compte du numérique dans différentes disciplines. Les présentations des participants sont en cours de mise en ligne sur le site du GIS (https://gis-2if.shs.parisdescartes.fr/?p=2224).

Bien entendu, l’objectif principal de la journée n’était pas de parvenir à des réponses sur les différentes questions posées, mais de permettre l’élargissement de la réflexion des participants et de susciter des échanges dont on espère qu’ils vont contribuer à nourrir la réflexion.

Perspectives de travail

Dans l’avenir, le travail va se poursuivre autour d’axes communs, chacune des académies associées au projet explorant en plus certaines pistes spécifiques.

  • décrire et diffuser les pratiques enseignantes en éducation aux humanités numériques (scénarios pédagogiques et autres ressources) et ainsi favoriser les interactions entre didactiques et littératies numériques ;
  • cartographier le domaine des humanités numériques pour l’éducation, en termes de compétences, spécifiques ou transversales (critiques et réflexives, créatives, communicationnelles) d’acteurs et de publications scientifiques ;
  • analyser la mise en œuvre d’enseignements en humanités numériques, d’un point de vue disciplinaire et transversal, en lien avec le contexte social de l’élève (famille, relations sociales, citoyenneté) et avec son projet d’orientation professionnelle pour les plus âgés d’entre eux.

Les méthodes de recherche sont principalement contextuelles et qualitatives : entretiens individuels, entretiens de groupes focalisés, observation ethnographique, questionnaires, analyses de corpus (traces de séquences et séances de cours, traces de travail d’élèves, traces sur sites internet). On vise à créer puis à diffuser des séquences et scénarios pédagogiques pour la formation et pour la classe.

Les travaux menés avec les différents acteurs du projet feront l’objet de plusieurs productions. En particulier, une plateforme d’indexation de compétences et de ressources pour l’enseignement des humanités numériques en lien avec le projet d’orientation des élèves, qui sera développée à l’initiative de l’équipe de Franche Comté. Elle hébergera des ressources pédagogiques pour les humanités numériques et servira comme outil de diffusion et de valorisation des recherches du GTnum #HN_éducation en direction des praticiens.

Références

  1. Allouche, E. (2019, octobre). Humanités numériques et formation : Quels enjeux communs de l’École à l’Université ? Colloque DHNord 2019 ”Corpus et archives numériques” MESHS Lille Nord de France – 16-18 octobre 2019. https://hal.archives-ouvertes.fr/hal-02321700
  2. Baron, G.-L., & Bruillard, E. (1996). L’informatique et ses usagers dans l’éducation. PUF. http://mutatice.net/glbaron/lib/exe/fetch.php/baron_bruillard_livre1996-fprepub2.pdf
  3. Baron, G.-L. (2020). Brèves réflexions sur les humanités numériques. Frantice, 17, sous presse. pré publ : http://mutatice.net/glbaron/lib/exe/fetch.php/hn_baron_frantice_v3.pdf.
  4. Drot-Delange, B., Pellet, J-Ph., Delmas-Rigoutsos, Y. et Bruillard, E. (2019). Pensée informatique : points de vue contrastés. Rubrique de la Revue STICEF. STICEF, 26 (1).
  5. Fiormonte, D. (2012). Towards a cultural critique of the digital humanities. Historical Social Research/Historische Sozialforschung, 59–76.
  6. Hulin, T., & Petit, L. (2017). Pour une généalogie de la technique. Revue française des sciences de l’information et de la communication, 10. https://doi.org/10.4000/rfsic.2649.
  7. Laferrière, T. (2020). La recherche en partenariat pour l’enseignement d’hier à demain. Revue hybride de l’éducation, 4(1), 94–115. https://doi.org/10.1522/rhe.v4i1.974
  8. Lardellier, P., & Hulin, T. (Éds.). (2020). Les nouvelles médiations pédagogiques. Design et innovation pédagogiques, expériences d’enseignement technologique. L’Harmattan. 1https://gis-2if.shs.parisdescartes.fr
  9. Puren, M., Brando, C., & Fatiha, I. (2020, décembre). Humanistica : La francophonie des Humanités Numériques. Humanités numériques, médiation, formation et éducation. https://hal.archives-ouvertes.fr/hal-03076668  

A consulter aussi

Allouche, E. (2020, juin 18). Humanités numériques et éducation (classe virtuelle 01/07/20) [Billet]. Éducation, numérique et recherchehttps://edunumrech.hypotheses.org/1797

Allouche, E. (2020, septembre 24). Humanités numériques et pratiques pédagogiques : Journée d’études (02/10/20) [Billet]. Éducation, numérique et recherchehttps://edunumrech.hypotheses.org/2108

Baron, G.-L. (2020, décembre 3). Humanités numériques, médiation, formation et éducation : Journée d’étude du GTnum HN_éducation (Dijon, 16/12/20). Groupement d’intéret scientifique Innovation, Interdisciplinarité et formationhttps://gis-2if.shs.parisdescartes.fr/?p=2224

DNE-TN2. (2020, décembre 7). Humanités numériques, médiation, formation et éducation : Lancement du #GTnum #HN_éducation Journée d’étude (Dijon, 16/12/20) [Billet]. Éducation, numérique et recherchehttps://edunumrech.hypotheses.org/2361

Document à télécharger

Humanités numériques, médiation, formation et éducation : retour sur la journée d’étude #HN_éducation (16/12/20)


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.