Le numérique au lycée : entre prescrit et réel

Auteur : Capucine BAUCHET

Laboratoire 2LPN (Université de Lorraine) – DANE de l’Académie Nancy-Metz

Contribution proposée par la DANE de l’académie Nancy-Metz

Présentation du projet

Dans le cadre de l’incubateur de l’académie de Nancy-Metz et du dispositif « Lycée 4.0 » dans la région Grand Est, le projet UN&LEM (Usages Numériques & Liens École-Maison) porte sur « l’évolution dynamique des usages personnels et scolaires des lycéens » et sur leurs représentations des « dispositifs numériques (smartphones, tablettes, ordinateurs, etc.) ».

Le projet recherche prévoit trois parties :

  • Étude des attitudes et des représentations mentales liées au numérique pour l’ensemble des acteurs impliqués (lycéens, enseignants, parents d’élèves).
  • Étude des usages numériques et des influences réciproques entre les sphères scolaire et personnelle.
  • Analyse des effets des dispositifs numériques sur les pratiques parentales et les liens école-famille.

Nous présentons ci-dessous une contribution de Mme Capucine Bauchet, doctorante au Laboratoire 2LPN (Université de Lorraine) qui présente l’état d’avancement de sa recherche dans le cadre du projet UN&LEM.

Son projet de thèse a pour thème : « Le numérique dans les espaces scolaires et personnels : vers un modèle intégrant acceptation et appropriation ».

Le numérique éducatif : Quel écart entre le prescrit et le réel ?

Résumé

Les technologies numériques étant de plus en plus présentes dans la vie quotidienne, leur déploiement dans le système scolaire s’est inévitablement opéré. Depuis plusieurs années, divers programmes ont été mis en place pour impulser une dynamique numérique au sein des établissements scolaires. Face aux injonctions institutionnelles autour du numérique éducatif, se pose la question des usages réels par les différents acteurs (élèves, enseignants, parents). Les expériences réalisées dans les établissements pilotes nous apportent alors un étayage scientifique précieux sur les enjeux en termes d’évolution des pratiques et des représentations, ainsi que sur l’écart pouvant se faire jour entre l’attendu et la réalité.

Introduction

Selon le Baromètre du numérique, en juin 2018, 78% de la population française utilisent un ordinateur, 75%  un smartphone et 86 %  ont accès à Internet à domicile. Si l’on s’intéresse spécifiquement aux jeunes âgés de 12 à 17 ans, on observe une inscription du numérique d’autant plus marquée (94 % possèdent un ordinateur, 83 % un smartphone et 97 % ont accès à Internet à domicile). Cependant, malgré cet accès technique et matériel fortement partagé, les profils des usagers peuvent être en réalité très différents, témoignant d’une grande variabilité interindividuelle, aussi bien en termes de besoins que de compétences. En effet, être équipé n’implique pas nécessairement une réelle intégration du numérique dans les pratiques, ni un usage efficace.

Pour tenter de pallier les inégalités pouvant se faire jour entre les individus, l’École s’est progressivement vue impliquée. Depuis 1985, divers programmes ont vu le jour en France pour intégrer le numérique éducatif, les actions ciblant d’abord l’équipement des salles informatiques puis le déploiement d’appareils numériques pour des usages individuels, en passant par la mise en place du Brevet Informatique et Internet ou encore la réforme des programmes. La politique ministérielle porte une forte volonté de créer des conditions de travail dites « modernes » pour les élèves et les enseignants, de développer la culture numérique des jeunes, afin qu’ils puissent acquérir les compétences clés de la société et du monde professionnel du XXIème siècle.

Cependant, dans le système scolaire, un certain décalage peut être observé entre les discours politiques soutenant des attentes parfois élevées et les pratiques des usagers dans les établissements. Souvent la généralisation d’un outil numérique ne suit pas tout à fait la même progression que la mise en place des usages avec ce dispositif. C’est notamment le cas pour les Environnements Numériques de Travail (Poyet, 2015), largement déployés depuis le Plan « Numérique pour l’Éducation » de 2015. Il apparaît alors primordial de porter une attention à la réalité du terrain, afin d’évaluer de manière efficace les différents dispositifs implémentés.

Évaluer les dispositifs sur le terrain

Les expérimentations orientées vers le déploiement individuel d’outils numériques dans les établissements scolaires ont surtout débuté à partir de 1998. Mais s’il existe bon nombre d’études qui rendent compte des effets des matériels et des dispositifs numériques sur les apprentissages (Amadieu & Tricot, 2014 ; Haßler, Major, & Hennessy, 2016), les recherches évaluant directement leur intégration dans les pratiques sont plus rares. Pourtant, vérifier l’acceptation et l’adoption des outils numériques est un prérequis pour interpréter leurs apports potentiels dans le système éducatif.

Pour ce faire, plusieurs modèles théoriques peuvent être utilisés, en particulier le « Modèle des 4A » (Bauchet, Hubert, & Dinet, 2019) proposant l’acceptation comme un processus global, qui s’ancre dans un continuum, et permettant d’évaluer à la fois les représentations et les usages effectifs. D’après ce modèle, le processus d’acceptation est composé de quatre étapes, chacune pouvant avoir une temporalité propre. La première, l’acceptabilité, renvoie aux attitudes préalables à l’utilisation du dispositif. Il s’agit alors des intentions a priori et des croyances que les futurs usagers se sont formées par anticipation. La deuxième étape, nommée l’acceptation, décrit les perceptions et les attitudes que les utilisateurs peuvent avoir suite à l’expérience d’usage et d’interaction avec l’outil. La troisième étape représente l’adoption du dispositif, autrement dit l’utilisation réelle de celui-ci. L’appropriation est la dernière étape du processus, et elle représente l’élargissement des usages ainsi que leur transposition dans d’autres milieux. Selon le « Modèle des 4A », chaque étape du processus d’acceptation nécessite que la phase précédente soit acquise de manière positive. Néanmoins, la linéarité temporelle n’est pas absolue, dans la mesure où des boucles de rétroaction sont possibles entre les différentes étapes dans le processus (par exemple, l’utilisation réelle peut venir influencer la phase d’acceptation d’un outil).

Source : (Bauchet et al., 2020) Traduction française : Capucine Bauchet

Ce type de modèle sert d’appui théorique pour la recherche sur le terrain, et le projet UN&LEM (Usages Numériques & Liens École-Maison) permet notamment d’expérimenter le « Modèle des 4A » en situation réelle. Ce travail de recherche, financé par le rectorat de l’Académie Nancy-Metz, soutenu par la DANE (dans le cadre d’un projet incubateur avec l’appui de la DNE du Ministère de l’Education nationale, de la Jeunesse et des Sports) et en partenariat avec l’Université de Lorraine (et plus particulièrement, le laboratoire 2LPN), vise l’analyse des enjeux de la mise en place d’un dispositif numérique (le « Lycée 4.0 »[1]) dans la région Grand Est. L’objectif principal est d’étudier l’acceptation du numérique dans l’Académie Nancy-Metz, à travers les perceptions et les usages de l’ensemble des acteurs impliqués (lycéens, enseignants et parents d’élèves), tout en évaluant les effets du dispositif sur la dimension école-familles.

Remarque : le « Lycée 4.0 » est un dispositif mis en place par la Région Grand-Est en 2017 dans le but de moderniser et d’uniformiser les politiques d’acquisition des livres scolaires pour les lycées, en optant alors pour les manuels et ressources numériques. À la rentrée 2019, le « Lycée 4.0 » concerne 289 lycées (sur 353) à l’échelle de la région académique, dont 125 (sur 136) pour l’Académie Nancy-Metz.

Avec une méthodologie portant sur l’ensemble des usagers et investiguant les pratiques dans différentes sphères (scolaires et personnelles), ce travail de recherche est un bon exemple d’évaluation d’un dispositif numérique qui permettrait de mettre en lumière le décalage possible entre la volonté politique et les attitudes et pratiques réelles des usagers.

Conclusion

Comportant des enjeux à la fois scientifiques, pédagogiques et sociétaux, l’analyse de l’écart entre prescrit et réel dans le domaine du numérique éducatif n’est alors pas à négliger. Les études menées permettent en effet d’expérimenter l’intégration des outils par les différents publics et dans des contextes d’usages spécifiques, via par exemple l’évaluation de l’acceptation. Mais aussi, l’avantage de ces recherches réalisées en situation réelle permettent de mieux comprendre l’influence des implémentations du numérique éducatif, en termes de changement dans les représentations et de modification des pratiques dans les établissements.

D’une manière générale, les résultats aident à démythifier les débats qui peuvent se faire jour entre, d’une part, les technophobes, et leurs possibles craintes relatives aux prescriptions ministérielles, et d’autre part, les technophiles, et leur enthousiasme effréné. Des deux côtés, les attentes mériteraient d’être atténuées, afin de penser le numérique éducatif dans une mise en œuvre progressive. Il est en effet important de considérer la dimension temporelle dans l’intégration des dispositifs dans le domaine scolaire (Courtois et al., 2014). Enfin, il faut rappeler que les outils numériques ne peuvent être, à eux seuls, des vecteurs de transformation de l’école (Devauchelle, 2015), mais qu’ils sont plutôt à intégrer de manière réfléchie dans les pratiques pédagogiques en association avec les outils traditionnels (et non pas en remplacement de ces derniers).

Bibliographie

Amadieu, F, & Tricot, A. (2014). Apprendre avec le numérique. Mythes et réalités. Paris : Retz.    doi : 10.14375/np.9782725633206

Bauchet, C., Hubert, B., & Dinet, J. (2019, décembre). Le numérique chez les lycéens : entre acceptation, usages et implications. Communication présentée lors de la journée des     Rencontres de la recherche en psychologie, Nancy.

Courtois, C., Montrieux, H., De Grove, F., Raes, A., De Marez, L., & Schellens, T. (2014). Student acceptance of tablet devices in secondary education : A three-wave longitudinal cross-lagged case study. Computers in Human Behavior, 35, 278-286. doi : 10.1016/j.chb.2014.03.017

Devauchelle, B. (2015). Un modèle scolaire à réinventer. Projet, 345(2), 10-15. doi : 10.3917/pro.345.0010

Haßler, B., Major, L., & Hennessy, S. (2016). Tablet use in schools : a critical review of the evidence for learning outcomes. Journal of Computer Assisted Learning, 32, 139–156. doi: 10.1111/jcal.12123

Poyet, F. (2015). Perception de l’utilité et usages pédagogiques d’environnements numériques     de travail par des enseignants du second degré. Sciences et Technologies de l’Information et de la Communication pour l’Éducation et la Formation, 22(1), 45-64. doi : 10.3406/stice.2015.1686

Références

Académie de Nancy-Metz. (2020, avril 7). L’incubateur académique et ses missions. Délégation académique au numérique – académie de Nancy-Metz. https://dane.ac-nancy-metz.fr/lincubateur-academique-de-nancy-metz/

Bauchet, C. (2018). Interaction entre les usages domestiques et en classe des tablettes numériques au lycée : État des lieux, évolutions et perspectives [Thèse en préparation, Université de Lorraine]. http://www.theses.fr/s210705

Bauchet, C. (2019, mars 7). Recherche en e-éducation—Le projet UN&LEM. Délégation académique au numérique – académie de Nancy-Metz. https://dane.ac-nancy-metz.fr/recherche-e-education-un-et-lem/

Bauchet, C. (2019, décembre). Le numérique chez les lycéens : Entre acceptation, usages et implications. Les rencontres de la recherche en psychologie. https://hal.archives-ouvertes.fr/hal-02462190

Bauchet, C., Hubert, B., & Dinet, J. (2020). From acceptability of digital change to appropriation of technology : The 4A Model. https://doi.org/10.13140/RG.2.2.14767.36002

Document à télécharger

Télécharger l’article au format PDF



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.