Ecole, numérique et confinement : enquêtes, questionnaires et premiers résultats

Anne Chiardola, IEN – Cheffe de projet – Direction du numérique pour l’éducation – TN3

Eléments de contexte et de méthodologie

La période de confinement et la fermeture des écoles, collèges, lycées, universités à partir du 16 mars 2020 pour répondre à la crise sanitaire ont été propices aux questionnements de nombreux laboratoires de recherche et de collectifs du monde de l’éducation, d’associations diverses pour relater et comprendre comment s’est mise en place la continuité pédagogique et quels ont été les ressentis des élèves, des enseignants et des parents pendant cette période inédite.

Construites sur un temps court, les méthodologies de recherche employées ont été d’une part la diffusion en ligne de questionnaires, sondages, enquêtes avec un taux plus ou moins fort de participations, mais aussi des entretiens plus qualitatifs avec des panels de personnes ciblées par les équipes de recherche.

Ces questionnaires et enquêtes se sont donc inscrits dans des temporalités différentes (le temps de la période de confinement, le temps plus distancié et réflexif des retours d’expérience).

Parmi les six questionnaires et enquêtes recensées, nous présentons dans ce premier billet quelques-uns des retours centrés sur l’expérience vécue des élèves, des enseignants et des familles impliquées dans le défi de cette continuité pédagogique pendant la période de confinement : trois enquêtes Synlab (enseignants, élèves, cadres), 1 enquête sur les enseignants de SchoolEducation Gateway, une enquête sur les élèves et enseignants par l’AMU (Aix-Marseille université), une enquête sur le regard des élèves par le laboratoire Bonheurs (université de Cergy).

Plusieurs enquêtes sont encore en cours, parfois en continuité avec des enquêtes précédentes.

Nous présenterons dans un prochain billet d’autres résultats qui nous permettront de faire des points de comparaison (enquêtes menées par les universités de Rennes, de Bordeaux, le laboratoire LINE, l’Institut français de l’éducation, l’association Faire école ensemble…).

Ces éléments de réflexion pourront fournir des bases scientifiques de contextualisation pour le retour d’expériences suite à la crise sanitaire, s’intégrer aux échanges lors des Etats généraux du numérique pour l’éducation et à moyen terme dans le cadre des GTnum 2020-22.

Recherche sur les élèves

Confinement et éducation à distance : le regard des élèves

Pascale Haag, maître de conférences de l’EHESS membre du laboratoire Bonheurs (Cergy) a publié le 29 avril 2020, soit après un mois et demi de confinement, les premiers résultats de l’enquête (42 questions) en ligne portant sur le regard des élèves pendant le confinement, menée auprès de 672 élèves du CP à la Terminale (55% de filles et 43% de garçons) pour recueillir leurs ressentis, leurs impressions et leur donner la parole sur cette période inédite (155 élèves fréquentent l’école élémentaire (24 %), 151 le collège (22 %) et 366 le lycée (54 %)).

Le questionnement proposé aux élèves porte sur l’enseignement à distance, sur l’impact de la situation vécue sur le quotidien des élèves (leurs habitudes de travail, leur perception de la quantité de devoirs, du soutien des enseignants, ce qui leur manque le plus, leur rythme de sommeil, le temps passé devant les écrans).

Les premiers résultats s’intéressent plus particulièrement à la manière dont les élèves parviennent à s’adapter à ce contexte sans précédent et à y trouver, malgré tout, des éléments positifs.

A la question ouverte facultative, « Pensez-vous retirer des éléments positifs de cette période ? », 522 participants ont répondu, parmi lesquels 47 uniquement par « oui » et 83 par « non » ; 27 étaient dans l’incertitude (« je ne sais pas » ou « je l’espère, à voir avec le temps ») ; 150 n’ont pas répondu. Une analyse thématique sur les 365 réponses (en excluant les réponses oui, non ou je ne sais pas), a permis de dégager sept catégories principales : autonomie, famille, apprentissage, réflexion, qualité de vie, écologie, solidarité.

Le gain d’autonomie est l’élément le plus fréquemment invoqué (100). Certains élèves disent apprécier ce temps de pause qui bénéficie à leur qualité de vie, leur permet de passer plus de temps chez eux, avec une diminution du stress, du repos, une meilleure alimentation et un rythme de sommeil qui leur convient mieux (98).

Nombre de participants notent que cette période permet d’apprendre différemment, à leur rythme et qu’elle est l’occasion de nouveaux apprentissages pour mieux maîtriser les outils numériques, mais aussi les pratiques artistiques, la cuisine, les travaux manuels (85).

La possibilité de passer plus de temps en famille constitue l’un des autres points positifs de cette période, évoqué aussi bien par les plus jeunes que par les lycéens (68).

Ce temps imposé, loin de l’école, est également propice à la réflexion, à l’introspection, à la prise de recul, notamment pour les plus lycéens et les collégiens (63).

Si l’étude ne met pas en évidence de différences significatives entre les réponses des filles et celles des garçons, ni entre celles d’élèves de différents types d’établissements, une tendance émerge selon l’âge des enfants.

Les écoliers évoquent ainsi davantage la famille et le plaisir d’être chez soi, tandis que les collégiens et les lycéens soulignent davantage le gain d’autonomie (le nombre de lycéens répondants est deux fois moins élevé que les collégiens et que les élèves d’école élémentaire).

https://www.ehess.fr/sites/default/files/fichier_haag_v2.png

La chercheuse met en évidence la capacité de résilience des enfants dans ces circonstances pour 66 % des participants qui considèrent que des éléments positifs peuvent être retirés de l’expérience du confinement. Pour autant, la majorité d’entre eux ne souhaite pas que l’école à la maison devienne la norme.

Par ailleurs, elle rappelle que toute étude comporte des biais et des limitations (sur la passation du questionnaire en ligne, comme dans l’analyse des verbatims) et souligne que le nombre important de réponses négatives montre aussi que certains élèves  ne voient pas comment tirer parti de la situation actuelle qui, en outre, contribue inévitablement à l’aggravation des inégalités.

Informations et source du graphique : https://www.ehess.fr/fr/carnet/confinement-et-éducation-distance-regard-élèves

Le décrochage scolaire des élèves, une préoccupation majeure pour les enseignants

Un questionnaire en ligne sous la direction scientifique de Marine Portex, docteure en psychologie cognitive spécialisée dans les apprentissages scolaires a été lancé par l’association Syn’lab (regroupant des enseignants, des chercheuses et chercheurs, des facilitatrices et facilitateurs…) du 25 avril au 28 avril 2020 auprès de 1 001 enseignants d’établissements primaires et secondaires (50% de répondants en primaire, 40% en secondaire, 8% en réseau spécialisé sur le handicap (ASH), 1% autres) dans les contextes suivants :78% hors REP, 21% de répondants en REP et REP +, 1% sans réponse. 

Cette enquête rend compte du regard porté par les 1001 enseignants répondants sur leurs élèves (environ 25000) dont ils identifient certains d’entre eux comme « décrocheurs ».

Cette étude vient en contrepoint de la précédente recherche qui portait sur le regard des élèves, livrant eux- mêmes une appréciation sur leur vécu pendant le confinement.

L’équipe de recherche rappelle que, selon les enseignants interrogés, un élève désengagé est un élève qui ne prend pas part aux activités proposées par l’enseignant ou un élève et avec lequel il a un faible niveau de communication.

Selon les enseignants interrogés dans cette enquête, près de 20% de leurs élèves ne paraissent pas engagés dans la scolarité depuis le début du confinement ; 30% d’entre eux seraient en collège REP et en lycée professionnel. 

Par ailleurs, 40% de ces élèves désengagés n’étaient pas identifiés par leurs enseignants comme des élèves à risque de décrochage avant le confinement.  

Plus la situation dure, plus le risque est grand puisque 39% des enseignants pensent que le désengagement de leurs élèves a augmenté depuis le début du confinement.

Les raisons du désengagement avancées par les enseignants sont d’abord « l’absence de sens à travailler » (75% des enseignants), les mauvaises conditions de travail et le manque de matériel numérique (cités par 56% des enseignants). 

https://syn-lab.fr/wp-content/uploads/2020/05/synlab-enquete2-covid19-infographie-double-web-1.jpg

Informations et source de l’illustration  : https://syn-lab.fr/resultats-de-notre-enquete-confinement-et-decrochage-scolaire

Recherche sur les enseignants et les élèves

Une équipe de chercheurs interdisciplinaires (Christine Félix, Pierre-Alain Filippi, Sophie Gebeil et Perrine Martin), membres des laboratoire ADEF et TELEMME à Aix Marseille Université, a présenté les premiers résultats d’une recherche portant sur les enseignants et les élèves (1er et second degré). Cette étude s’appuie sur deux questionnaires, mis en ligne le 8 avril 2020, adressés aux élèves et aux enseignants et qui totalisent 6000 réponses.

Selon l’équipe de recherche, le plan numérique mis en œuvre depuis 2015 a permis d’accompagner le virage radical opéré par les enseignants qui ont su faire face à cette situation inédite. L’équipe met en évidence des points de difficultés et des initiatives innovantes.

Les premiers résultats posent tout d’abord la question de l’équipement des enseignants et des élèves. L’équipe de recherche souligne le fait que c’est l’équipement personnel des enseignants (19,7% des enseignants déclarent travailler avec un ordinateur professionnel) et des élèves (seulement 0,9% des élèves scolarisés dans le 1er degré déclarent utiliser une tablette fournie par leur établissement) qui a permis d’assurer cette continuité pédagogique et de suppléer à une dotation insuffisante de matériel professionnel.

Les résultats montrent que toutes les familles ne sont pas également équipées en matériel informatique (imprimante, scanner, connexion Internet) et peuvent se partager cet équipement, notamment en situation de télétravail (63,7%). Le constat est fait que 25% des enfants ne disposent que d’un téléphone pour se connecter aux espaces numériques de travail (ENT).  Les connexions Internet sont très inégales (36,6 % des élèves déclarent avoir une connexion Internet à débit limité, 18% déclarent avoir une connexion qui pose problème.) L’équipe de recherche indique que les écarts d’équipements des familles creusent les inégalités entre élèves ce qui peut impacter le suivi des cours à distance, la vérification de l’assiduité ainsi que la notation.

La question des inégalités d’équipement est aussi abordée par les chercheurs qui emploient le néologisme d’« illectronisme » pour rappeler que cela touche près de 20% de la population française particulièrement dans les zones rurales et les milieux les moins diplômés et les catégories socio-professionnelles défavorisées.

Le questionnaire à destination des élèves révèle le manque d’autonomie dans l’usage des outils numériques qui pointent des difficultés liées à la méconnaissance de certains outils ou pratiques qu’ils ne maîtrisaient pas (prise en main de logiciels de traitement de texte, utilisation de fichier PDF, téléchargement, dépôt de fichiers numériques de travaux à réaliser).

La transition numérique est opérée par les enseignants depuis plusieurs années pour 96,5 % des enseignants qui affirment utiliser les outils numériques pour travailler avant le contexte de confinement. De plus, 67,1% d’entre eux se considèrent comme des personnes connectées et 69,2 % s’estiment à l’aise avec ces outils.

Cependant, peu d’enseignants, avaient expérimenté avant le confinement la classe virtuelle.L’usage du numérique proposé par les enseignants est majoritairement consacré à la diffusion de supports (67%) et non à la mise en œuvre d’un enseignement à distance d’ailleurs 25 % n’utilisaient pas d’outils numériques dans leur activité d’enseignement, 21% des enseignants se déclarent « très à l’aise » dans leur maniement et 10% se déclarent même « pas à l’aise du tout ».

Cela a mis en évidence la nécessité d’apprendre à utiliser de nouveaux outils pour 46,6% des enseignants, comme par exemple Padlet (19,1%) et expérimenter de nouvelles modalités comme la classe virtuelle (17,4%), l’utilisation des logiciels d’établissement de type Pronote, dont de nouvelles fonctionnalités ont été explorées (73,4%). Les résultats du questionnaire montrent que les enseignants, dans leur grande majorité, ont travaillé seuls durant les premières semaines de confinement pour organiser la scénarisation des enseignements et le suivi de leurs élèves en décidant de la fréquence du travail attendu des élèves en regard des exigences des autres professeurs de l’équipe pédagogique, de sa cohérence avec les apprentissages déjà entrepris, du choix de poursuivre – ou pas – le programme, d’aborder -ou pas- de nouvelles notions. Les résultats montrent que 40% des enseignants déclarent avoir dirigé les élèves vers des ressources institutionnelles ou émanant des partenaires du MENJ.

L’enquête met en évidence l’émergence d’enseignants acteurs dans la création et la publication de ressources en ligne (16 % animent un site personnel, un blog, un vlog ou une chaîne vidéo vers lesquels ils renvoient leurs élèves).  Des usages diversifiés, créatifs, innovants et adaptés aux situations des enseignants ont dépassé les usages recommandés ou prescrits. Le recours aux réseaux socionumériques font émerger des nouveaux espaces d’apprentissages au service de la communication et de l’échange de ressources. Cela pose néanmoins les questions éthique et juridique en rejoignant les résultats de l’enquête européenne sur la créativité et la liberté, et le questionnement sur la pédagogie et les apprentissages à distance, malgré les difficultés.

Sur le plan de l’autoformation, 54,8% des enseignants estiment ne pas avoir été conseillés quant aux choix des outils numériques, 76,4% se sont tournés vers des collègues en cas de difficultés, ou vers leurs proches (50,9%). 

84% des enseignants affirment avoir eu des contacts réguliers avec l’équipe pédagogique et cette configuration a mis en évidence une intensification du travail (63% d’entre eux déclarent travailler plus de 4h par jour et 21% au-delà de 7h, avec un temps passé devant un écran qui a doublé ou quadruplé pour 80% des enseignants).

Informations :

http://www.cafepedagogique.net/lexpresso/Pages/2020/05/13052020Article637249542396794122.aspx

Recherche sur les enseignants 

Après deux semaines de confinement, l’association SynLab a publié le 30 mars 2020, les résultats d’une première enquête menée auprès de 1330 enseignants du primaire et secondaire (école élémentaire (40%), collège (24%), maternelle (15%), lycée professionnel (11%), lycée général et technologique (7%), autres (3%).) sur leurs ressentis, leur travail et leurs empêchements.

Les premiers résultats montrent qu’avec l’appui d’outils et de services numériques, un enseignement à distance s’est mise en place rapidement en privilégiant dans un premier temps une diffusion d’information. Les classes virtuelles n’ont été tout d’abord mise en place que minoritairement (12% des enseignants).

Pour 20% des enseignants interrogés, l’absence d’équipements informatiques ou de connexion dans les familles a freiné la mise en place de classe virtuelle.

Dès le début du confinement, 70% des enseignants consultés ont eu pour préoccupation majeure les risques de décrochage dans les apprentissages de leurs élèves les plus fragiles et le creusement des inégalités entre les élèves bénéficiant d’un équipement adapté et du soutien familial et ceux qui n’ont pas ces mêmes conditions est une préoccupation majeure à ce stade du confinement.

Les enseignants ont exprimé à 66% des besoins d’accompagnement pour mobiliser les parents et mener une pédagogie à distance.

Informations et source de l’illustration : https://syn-lab.fr/enquete-covid-19-et-continuite-pedagogique/

L’enquête européenne de School Education Gateway Erasmus sur l’enseignement

A l’échelle européenne, ce questionnaire en ligne comportant six questions et lancé par School Education Gateway Erasmus (plateforme en ligne européenne pour l’enseignement scolaire) a été relayé dans 40 pays.

Malgré un échantillon limité (4859 répondants pour 40 pays dont 36% émanant de la France, 19% de la Bulgarie et 14% du Portugal), les premiers résultats publiés début juin 2020 mettent en évidence que les répondants considèrent l’innovation, la liberté d’expérimenter l’enseignement, la flexibilité et le large éventail d’outils numériques comme des éléments majeurs de ce contexte particulier. 

Les répondants font état de difficultés techniques (ordinateurs, logiciels, connexion, etc.), que ce soit par les élèves (mentionné par 49% des répondants) ou les enseignants (34%).

L’augmentation de la charge de travail et le stress lié au travail à domicile ont été signalés par 43 % des répondants (18 % ayant trouvé que la gestion et l’organisation du temps constituaient un défi). 

cid:b1b721c8-0ceb-4881-bcc3-ff9d928496d5

Les enseignants expriment le besoin d’un accompagnement par des orientations claires de la part de leurs autorités de tutelle, leur permettant un développement professionnel efficient (avec la mise à disposition d’un plus grand nombre de ressources pédagogiques, de formations de courte durée sur l’enseignement en ligne et des possibilités pour les enseignants de partager des ressources, des idées et des défis entre pairs). 

Le maintien de la motivation et de l’engagement des élèves a constitué un défi pour 43 % des répondants, ainsi que l’implication les élèves issus de foyers socialement défavorisés (36 %), des élèves mécontents (19 %) et le soutien à ceux qui ont des besoins particuliers spéciaux ou un handicap (18 %). Les problèmes de communication avec les élèves ont été mentionnés par 19 % des répondants, et les problèmes de communication avec les parents ou les éducateurs par 13 %.

cid:b0e6c459-dafd-410c-8008-c9e725c099d2

Pour 24% des élèves et des enseignants la compétence numérique est également identifiée comme un défi.

Par ailleurs, ont présenté des difficultés : la conversion des activités et des contenus en enseignement en ligne/à distance (28 %), la préparation du contenu pour l’enseignement en ligne et à distance (27 %) ainsi que l’évaluation des progrès des élèves (25 %).  

Informations et source des graphiques : https://www.schooleducationgateway.eu/en/pub/viewpoints/surveys/survey-on-online-teaching.htm

Recherche sur les directeurs, chef d’établissement, cadres : accompagner les enjeux de lacontinuité pédagogique et relationnelle

Collectif de personnels d’encadrement aux profils très divers réunis autour d’une même aspiration (accompagner humainement et collectivement les évolutions de notre système éducatif), Manag’éduc a présenté les résultats de l’enquête SynLab réalisée pendant la période du confinement : données extraites le 1 avril 2020 auprès de 204 directeurs, chefs établissement et inspecteurs de l’éducation nationale qui ont été interrogés sur leur métier pendant cette première période.

L’objectif de cette enquête était de comprendre le vécu et les réalités de la mise en place de l’enseignement à distance, du point de vue de ces acteurs de terrain chargés de l’encadrement.  

Concernant les freins à l’organisation de la continuité pédagogique avec leurs équipes, 50 % des répondants évoquent les difficultés d’accès aux services et aux outils (connexion à l’ENT, saturation des outils de communication dans les premiers jours, difficultés plus marquées dans les zones rurales et faiblesses du début internet).

Les répondants évoquent une grande disparité dans les équipements personnels, dans les usages et dans le niveau d’appropriation des outils numériques.

Les personnels d’encadrement déclarent faire face à une hétérogénéité de l’engagement et mobilisation des membres de leur équipe. Ils manifestent aussi un besoin d’harmonisation des exigences en termes de quantité, de fréquence et de coordination du travail pour les élèves.

Parmi les points de difficulté évoqués par les répondants, sont mentionnés également le manque de vision claire de la hiérarchie, les incohérences des directives et le décalage avec la réalité du terrain.

Concernant les liens et relations avec les familles, la principale difficulté exprimée par les cadres s’est portée sur la possibilité de trouver des canaux de communication viables avec elles, notamment pour les élèves éloignés de l’Ecole, décrocheurs, ceux éloignés du numérique et les élèves à besoins éducatifs particuliers.

Parmi les aspects qui ont pu être source de satisfaction de la part des répondants, figurent,pour 50% d’entre eux à l’issue de ces premières semaines, la mise en œuvre du suivi des élèves et des équipes en maintenant le contact avec chacune et chacun selon différents canaux (page Facebook, courriel quotidien à la communauté), en portant une attention particulière aux élèves les plus vulnérables et en mettant en place un accompagnement soutenant à l’égard des équipes dans leurs nouvelles pratiques.

Pour certains personnels d’encadrement, l’anticipation dont ils ont fait preuve leur a permis de faciliter les actions menées a posteriori. Certains rapportent la mise en place de canaux numériques de communication qui favorisent la collaboration au sein des équipes (vidéoconférences avec l’équipe pédagogique, harmonisation de l’utilisation de Pronote, mise en place de lieux de concertation et de délégation, groupe Whatsapp de cellule de crise).

Beaucoup soulignent l’implication de leurs équipes dans la mise en place de la continuité pédagogique et relationnelle faite avec réactivité, cohésion et esprit d’équipe.

La mise en place de l’accueil des enfants de soignants est aussi pour certains une source de fierté.

Les besoins des enseignants pour appréhender au mieux les enjeux de la continuité pédagogique 

Pour un tiers des réponses des personnels encadrants, cela concerne la mise en œuvre de la pédagogie à distance. Il s’agit de développer des compétences indispensables à l’exercice du métier dans le contexte actuel : se former en urgence à l’intégration dans leurs pratiques habituelles de l’enseignement à distance, diversifier les approches pédagogiques avec le numérique. Les besoins des enseignants rapportés par les cadres concernent également l’accompagnement au développement de ces compétences par des formations, par la mutualisation des compétences avec leurs collègues sur l’utilisation d’outils numériques.

Le temps est fréquemment évoqué par les cadres comme un besoin important des enseignants permettant la concertation, la prise de recul, la réflexivité pour mieux aider les élèves et les familles.

Les enseignants auraient besoin d’une organisation adaptée qui respecte le temps de travail et le temps personnel pour appréhender au mieux les nouvelles conditions de travail imposées par la situation.

Dans le domaine de la communication avec les familles, les besoins des enseignants seraient très différents en fonction des territoires. La nécessité d’un retour de la part des familles sur la charge de travail pour maintenir un niveau d’exigence, sans générer de stress, est un point identifié par les répondants. Une préoccupation est mise évidence pour certaines situations notamment en éducation prioritaire où les enseignants sont désemparés de par l’absence de liens avec un bon nombre de parents.

A la question sur les ressources matérielles ou immatérielles qui manquent pour relever les défis à venir, 50% des réponses concernent des ressources techniques, informatiques et de matériel de santé, comme plus d’ordinateurs, des connexions et un ENT opérationnels, des ordinateurs à prêter aux familles, des équipements en masques et gants.

Les autres réponses concernent à 50% des ressources immatérielles diverses comme la mise en place d’échanges de pratiques entre pairs, des temps de réflexion partagée, des temps de coordination, de mobilisation des équipes, des formations sur le numérique, l’organisation de cellule de crise ou la gestion du stress.

Informations :

https://manageduc.fr/contenu/resultats-enquete-continuite-pedagogique

https://manageduc.fr/dossiers-thematiques/covid-19-accompagner-les-equipes-et-les-familles

En guise de conclusion sur les éléments communs des premiers résultats des enquêtes 

Ces premiers indicateurs sont une première tendance et nécessitent d’être confrontés d’une part à l’état de l’art (voir notamment les productions des groupes thématiques numériques de la DNE) et d’autre part à de nouvelles recherches en cours et à venir en francophonie comme à l’internationale.

Nous proposons ici, quelques éléments saillants suite à ces premiers retours d’expérience, qui nous invitent à une réflexion collective en vue des Etats généraux du numérique pour l’éducation.

Du côté des enseignants, les quatre enquêtes font état d’une réelle problématique liée aux équipements, tant du point de vue des élèves et familles que du point de vue des enseignants eux-mêmes qui utilisent majoritairement des équipements personnels.

La difficulté à mobiliser la motivation et l’engagement des élèves et parfois des équipes pédagogiques été mise en évidence dans les différentes enquêtes.

Sur le plan de la mise en place de l’enseignement à distance, les enquêtes ont pointé un besoin de formation majeur et massif aux usages et pratiques du numérique des enseignants et des élèves (voir notamment sur ces thèmes les productions des GTnum 4 et GTnum 9).

Plusieurs enquêtes ont mis en lumière des inégalités plurielles qui ont pu impacter la continuité pédagogique (équipement, engagement des familles, décrochage des élèves, difficulté des enseignants pour enseigner à distance). 

Une forte mobilisation de l’écosystème du monde de l’éducation a été mise en lumière notamment dans l’émergence et le renforcement de pratiques pédagogiques innovantes, créatives, expérimentales pour de nombreux enseignants (voir le nouvel appel à manifestation d’intérêt pour les GTnum 2020-2022 porte notamment sur ces thématiques).

Enfin, parmi les autres points positifs qui ressortent de ces enquêtes, notons aussi la relation avec les familles qui semble avoir été renforcée, notamment pour les familles particulièrement impliquées dans les échanges, et pour certains élèves, cette situation inédite leur a permis de développer une plus grande autonomie et une nouvelle réflexion sur les enjeux éducatifs qui les concernent.

Télécharger le billet au format PDF


Une réflexion sur « Ecole, numérique et confinement : enquêtes, questionnaires et premiers résultats »

Répondre à Sophie Gebeil Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.