École, numérique et confinement : regards croisés 7. Jacques Béziat

La crise sanitaire que nous connaissons actuellement invite à s’interroger sur la nature même de la transformation numérique dans l’éducation. En effet, le passage rapide et massif d’une très grande partie de la communauté éducative, en France et au niveau international, à des pratiques numériques distancielles a mis en relief des processus et des réalités déjà connus et identifiés par la recherche (notamment les disparités sociales et territoriales dans les pratiques numériques, les différentes modalités d’appropriation par les enseignants – voir par exemple les productions des GTnum 4 [Usages et pratiques numériques des jeunes], 6 [Ressources] et 9 [Appropriation par les enseignants]) tout en mettant en lumière de nombreuses initiatives nationales et locales de la part des enseignants, et plus généralement des équipes éducatives, pour faire face au caractère inédit de la situation.

Pour contribuer à la compréhension de cette situation exceptionnelle, nous donnons la parole à des acteurs du monde de la recherche et du numérique éducatif, en leur posant la même série de questions.

Au fil des entretiens pourront ainsi se construire progressivement et dynamiquement des regards croisés sur les questions relatives au numérique et à l’Éducation, ces regards contribuant au partage des possibilités pédagogiques pour les professeurs, formateurs ou personnels d’encadrement.

Entretien avec Jacques Béziat

Professeur des universités en sciences de l’éducation à l’université de Caen Normandie, Jacques Béziat est directeur du laboratoire CIRNEF site de Caen (EA.7454 – Centre interdisciplinaire de Recherche Normand en Éducation et Formation). Il est aussi directeur de publication de la revue en ligne Frantice et responsable du DU INES – Diplôme d’Université « Ingénierie du Numérique pour l’Enseignement Supérieur et la formation d’adultes ».

1. Pendant la période de confinement et de pandémie, comment qualifieriez-vous votre action et votre position de chercheur ? Et sur quoi portent principalement vos travaux actuels ?

Ma position de chercheur s’est d’abord inscrite dans la continuité de mes travaux habituels de production, d’expertises, de suivis éditoriaux, de coordination de projets, et d’accompagnement des doctorants. Le confinement a finalement changé assez peu de choses de ce point de vue, hormis l’incapacité de pouvoir se rencontrer physiquement. Cela a juste compliqué et ralenti plusieurs situations de travail ou de suivis de dossiers. Certains projets se sont aussi retrouvés à l’arrêt. De fait, je crois pouvoir dire que la nature de nos activités de chercheurs nous a permis de passer cette période de confinement en étant utilement occupés.

Pour préciser davantage certains de mes travaux : je suis actuellement impliqué dans une recherche ANR, le projet IECARE (Informatique à l’École : Conceptualisations, Accompagnement, REssources) ; je dirige une thèse CIFRE (sous convention avec l’ANRT et la Région Normandie) sur les pratiques connectées des lycées et lycéens en Normandie ; je suis impliqué avec le groupe « Numérique et éducation » de mon laboratoire dans une expertise en ingénierie de formation pour le développement d’un cursus en formation à distance dans le génie de l’eau et de l’environnement à l’université de Daloa en Côte d’Ivoire – ce projet est financé par l’AUF (Agence Universitaire de la Francophonie) ; nous préparons nos actions pour le projet PIA3 IDT « 100 % Inclusion, un Défi, un Territoire » (Hauts-de-France et Normandie), plus précisément l’action 5 de ce projet « Développer, structurer et évaluer des tiers lieux apprenants au service du développement professionnel de l’ensemble de la communauté éducative », notamment à travers le développement d’interfaces de simulation ; je porte avec un collègue de l’université des Mascareignes, le projet MANOUE (MAscareignes NOrmandie pour le nUmérique en Éducation) pour le développement des technologies numériques et du distanciel dans les pratiques de formation à Maurice.

2. Quel est selon vous le fait majeur que révèle ou que confirme la situation liée à la pandémie du COVID-19 ?

Par cette expérience partagée par toute une profession enseignante, de l’Ecole à l’Université, nous pouvons faire le constat collectif que mettre de la distance en formation, ce n’est pas faire de la formation à distance. Ça a été un bricolage massif plus ou moins heureux, et possible parce que conjoncturel et exceptionnel.

Le sens et l’intérêt de la formation à distance est d’exister à côté des modalités présentielles, dans une diversité d’offre éducative, pour répondre à la diversité des besoins et des contraintes des publics. Si la norme devient l’hybridation massive ou le passage au distanciel, nous finirons par reprocher à la formation à distance ce que l’on reproche au présentiel, en termes d’inégalités, de démotivation, d’échecs, etc. De plus, rester chez soi n’ouvre pas sur le monde, pas plus qu’Internet. Une fonction fondamentale de l’Ecole et de l’Université est la socialisation des savoirs, et des individus par les savoirs. Penser l’éducation comme un processus de transmission de contenus « packagés » est un non-sens éducatif. Enseigner, ce n’est pas seulement transmettre des savoirs, c’est aussi être avec les élèves ou les étudiants et penser leur formation comme un ensemble de situations d’échanges et d’interactions. Cette relation directe nous permet de relier les contenus avec le sens de leur apprentissage. La façon d’enseigner éduque.

3. Quelle lecture clé (article, ouvrage ou autre publication, de préférence en accès ouvert) conseilleriez-vous pour mieux comprendre et analyser la situation ? Y a-t-il aussi une citation inspirante dans le contexte complexe actuel que vous souhaiteriez partager ?

S’il fallait lire des ouvrages, je suggèrerais plutôt deux lectures pour contribuer à notre réflexion sur la situation, la première à travers nos sociétés, la deuxième à travers nos technologies.

  • Claude Levi-Strauss. L’anthropologie face aux problèmes du monde moderne (Seuil, 2011).
  • Marshall Mc Luhan. Pour comprendre les média (Mame/Seuil, 1968).

Levi-Strauss, dans son ouvrage, en confrontant avec son regard d’anthropologue les sociétés dites « primitives » et les sociétés dites « développées », constate que ces dernières produisent beaucoup d’ordre dans leur organisation sociale, mais aussi beaucoup d’entropie par le développement du machinisme, des techniques et des applications de la science. Dit autrement, nos ambitions d’améliorer nos vies par le développement des technologies conduit paradoxalement à produire davantage de désordre et d’incertitudes. Nous nous construisons sur une illusion de toute puissance technologique alors que ce virus nous ramène à nos fragilités biologiques, sociales et techniques. Cette idée devrait nous amener à penser l’enseignement des technologies numériques à l’Ecole autrement que nous ne le faisons aujourd’hui.

Dans cette courte liste, je propose le classique de Mc Luhan, notamment pour cette citation, connue mais toujours obscure : « medium is message ». Il nous invite ici à comprendre que les technologies interviennent directement dans la façon dont les informations et les contenus sont reçus et interprétés, par le changement d’échelle, l’intensité et la vitesse des flux qu’elles permettent. Ce faisant, Mc Luhan nous propose, non pas de regarder les contenus, mais la façon dont ils nous parviennent et ses effets sur les individus et la société. Ce virus et ses conséquences sociales ont révélé de manière crue ce phénomène : par sa vitesse de contagion, le constat de nos impérities, et un flot assez dense et incessant de discours, trop souvent incohérents, dont les conséquences ont été, non pas d’informer, mais d’entretenir l’anxiété et de cliver les positions. La surexposition à ces flux d’information durant le confinement n’a fait qu’amplifier cela. Les effets des médias et des réseaux, pour ce qu’ils sont techniquement, sont ici patents. Nous étions surinformés, pour autant, cela ne nous a pas aidé à prendre de la distance, bien au contraire.

Comme citation inspirante, je propose une réflexion d’Hannah Arendt (La crise de la culture. Huit exercices de pensée politique, 1972/1989 Folio essais). Celle-ci s’inscrit dans la continuité du propos tenu ici : « La liberté d’opinion est une farce si l’information sur les faits n’est pas garantie et si ce ne sont pas les faits eux-mêmes qui font l’objet du débat ». Cette période de pandémie et de confinement nous a montré l’incapacité des médias à présenter des faits pour ce qu’ils sont et tels qu’on les connait, à partir desquels nous aurions pu penser la situation et nous situer. Dans une course à l’audience, les discussions interminables et stériles sur les plateaux-télé, les radios et les réseaux sociaux ont davantage révélé notre abrutissement généralisé, plutôt que notre capacité à travailler intellectuellement et collectivement sur cette crise sanitaire. La masse d’informations et de prises de paroles, trop souvent polémiques, partisanes ou douteuses, dans un effet stroboscopique alternant informations et contre-informations, officielles ou non, a surtout contribué à écraser toutes perspectives critiques, écartant d’autant les discours du réel, et ce faisant, nous empêchant de problématiser ce que nous vivions.

Cet épisode devrait nous amener à penser nos pratiques éducatives en les orientant de manière plus systématique vers le développement des compétences des jeunes dans les domaines de la littératie numérique. L’idée étant de dépasser un enseignement qui isole les technologies numériques des disciplines scolaires classiques. La question étant : en quoi les enjeux numériques actuels interpellent ces disciplines, et en quoi ces disciplines nous aident à appréhender ces enjeux et à nous situer dans ces grandes évolutions technologiques et sociétales ? Autrement dit, comment définir une approche holistique des technologies numériques et de l’informatique pour l’éducation et l’émancipation des jeunes ? Développer la capacité à penser le monde est une conquête sur soi, Internet ne peut pas nous l’offrir, nous en sommes pourtant de plus en plus dépendants. Cette réalité doit être prise en compte dans l’éducation à la citoyenneté, aux médias et aux technologies numériques à l’école.

4. Y a-t-il un fait, observé ou relayé dans les médias ou dans vos réseaux, qui vous surprenne tout particulièrement ?

Le caractère très confus et passionné des débats sur la pandémie et l’efficacité des thérapies en circulation interroge. Nous avons eu sur ce thème quelques beaux exemples de dérapages médiatiques et communicationnels qui illustrent ce qui est dit plus haut. L’éducation à la citoyenneté doit s’adapter, s’articuler clairement à l’éducation aux médias et apporter cette capacité à comprendre ce qu’est un débat d’idées et à pouvoir débattre à échelle des réseaux numériques.

5. A partir de votre expérience professionnelle telle qu’elle a été modifiée dans ces derniers mois, ou à partir de vos lectures et observations, y a-t-il selon vous une ou deux leçons principales à tirer dès maintenant de la situation actuelle ? Y a-t-il un conseil, une recommandation que vous souhaiteriez formuler à destination des enseignants ? des élèves ?

Deux leçons sont peut-être à retenir :

  1. Se retrouver chez soi pour assurer ce qu’on a appelé la continuité pédagogique n’a pas été un simple déplacement de nos tâches à l’identique d’un lieu vers un autre. Le suivi par courrier électronique et les réseaux sociaux, les appels téléphoniques et la multiplication des rencontres en visioconférence, notamment pour interpeller chacun, individuellement ou collectivement, a conduit bon nombre d’enseignants à une dilution de leur activité d’enseignement dans des tâches de pilotage, de contrôle, de veille, etc. – les différentes enquêtes menées pendant et après le confinement nous permettront sans doute de comprendre plus précisément comment les enseignants ont géré et vécu professionnellement cette période particulière. La situation de télétravail a aussi provoqué un flot important de messages pour nos besoins de communications professionnelles et administratives, éparpillant d’autant l’information et notre attention. La complexité de nos activités professionnelles se gère mieux dans l’interaction directe et à plusieurs. En éducation et en formation, la notion de communauté a un sens opérationnel.
  2. La réponse à cette situation de crise ne doit pas porter exclusivement sur l’équipement numérique. Elle doit surtout nous inviter à réfléchir à nos pratiques, à nos modalités de travail et de communication. Je ne crois pas que la solution soit dans un transport massif de nos pratiques dans des modalités distancielles. Il me semble nécessaire de repenser encore nos dispositifs et notre organisation dans des formes de mobilités matérielles et mentales qui nous permettent d’articuler nos activités en interactions directes et l’activité autonome des élèves ou des étudiants, en classe comme en dehors. Ce que nous faisons déjà en partie. Ce ne sont pas les moyens techniques qui doivent nous dicter comment nous devons faire classe, que l’on soit à distance ou pas. C’est à nous de savoir comment les utiliser, selon nos projets pédagogiques et quelle que soit la situation.

Mes conseils porteront donc surtout sur les aspects pédagogiques :

Il est plus que jamais d’actualité de comprendre le sens que peut prendre en pédagogie la notion de médiation. Celle-ci est une fonction transversale de l’activité enseignante qui interpelle à la fois les aspects matériels, idéels, instrumentaux, sociaux et interpersonnels des situations pédagogiques que nous mettons en œuvre. Il me semble que nous devons penser les moyens et les orientations méthodologiques pour enseigner comme des actes de médiation. C’est une voie possible pour réfléchir nos pratiques pédagogiques dans des formes d’adaptabilité qui nous permettent de dépasser notre dépendance à un modèle de transmission des connaissances qui repose essentiellement sur des modalités frontales et magistrales.

6. Y a-t-il une autre remarque que vous souhaitez nous communiquer pour contribuer à ces réflexions ? 

Il s’est dit beaucoup de choses sur la reprise de la classe en cette fin d’année pour les élèves et les enseignants du primaire et du secondaire. Tout le monde sait qu’il ne s’agit pas de reprendre la classe et les apprentissages comme si rien ne s’était passé. Cette reprise a, pour moi, au moins deux effets : nous permettre de nous projeter sur la rentrée de septembre 2020 (nous pourrons à ce moment-là faire le point avec les élèves pour reprendre les apprentissages) ; et faire le constat, s’il en était besoin, que l’Ecole est un lieu de socialisation fondamental dans le développement des jeunes et leurs apprentissages, et la capacité des collectifs de professionnels à faire communauté. Nous ne pouvons pas nous appuyer sur les seules modalités distancielles et techniques pour répondre à ces exigences. Nous avons surtout à penser ces technologies et ces réseaux comme des extensions de nos capacités d’action et d’interaction.

A consulter aussi

Baron, G.-L., & Béziat, J. (2020). François Villemonteix et la recherche participative. Distances et médiations des savoirs; Centre national d’enseignement à distance. https://doi.org/10.4000/dms.4656

Béziat, J., & Villemonteix, F. (2007). Les technologies informatisées à l’école primaire. Déplacements et perspectives. https://edutice.archives-ouvertes.fr/edutice-00779895

Béziat, J., & Villemonteix, F. (2016). Suffit-il d’en faire ? Les TICE au quotidien. Le cas de l’école primaire en France. Education et formation, e-304-02, 41‑52. http://hal.univ-lille3.fr/hal-01688904

Publications de Jacques Béziat sur HAL-Archives ouvertes

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.