École, numérique et confinement : regards croisés 6. Christine Bac

La crise sanitaire que nous connaissons actuellement invite à s’interroger sur la nature même de la transformation numérique dans l’éducation. En effet, le passage rapide et massif d’une très grande partie de la communauté éducative, en France et au niveau international, à des pratiques numériques distancielles a mis en relief des processus et des réalités déjà connus et identifiés par la recherche (notamment les disparités sociales et territoriales dans les pratiques numériques, les différentes modalités d’appropriation par les enseignants – voir par exemple les productions des GTnum 4 [Usages et pratiques numériques des jeunes], 6 [Ressources] et 9 [Appropriation par les enseignants]) tout en mettant en lumière de nombreuses initiatives nationales et locales de la part des enseignants, et plus généralement des équipes éducatives, pour faire face au caractère inédit de la situation.

Pour contribuer à la compréhension de cette situation exceptionnelle, nous donnons la parole à des acteurs du monde de la recherche et du numérique éducatif, en leur posant la même série de questions. 

Au fil des entretiens pourront ainsi se construire progressivement et dynamiquement des regards croisés sur les questions relatives au numérique et à l’Éducation, ces regards contribuant au partage des possibilités pédagogiques pour les professeurs, formateurs ou personnels d’encadrement.

Entretien avec Christine Bac

Inspectrice de l’Education nationale, Christine Bac est déléguée académique au numérique dans l’académie de Rennes. Elle a occupé auparavant les postes de Dan Adjointe, conseillère pédagogique, coordonnatrice Rep, directrice d’école et enseignante dans le premier degré.

1. Pendant la période de confinement et de pandémie, comment qualifieriez-vous votre action et votre engagement professionnel ?

Une action très dense :

  • répondre à un fort besoin exprimé par les enseignants de maintenir le lien entre pairs et avec les élèves
  • au nécessaire accompagnement des réseaux des formateurs numériques afin de répondre aux attentes importantes et « pressantes » des enseignants sur les ressources mobilisables ;
  • la formation aux supports numériques et à l’enseignement à distance permettant d’exercer en télétravail.

Et un effet « grisant » devant les trésors d’ingéniosité et de créativité des cadres, formateurs, enseignants et parents d’élèves.

Source : Toutatice.fr

2. Quel est selon vous le fait majeur que révèle ou que confirme la situation liée à la pandémie du COVID-19 ?

Un rapprochement des différents réseaux professionnels, des lignes hiérarchiques assouplies, devant un contexte inédit et subi qui s’est traduit par un élan de solidarité généralisé et une course effrénée vers les supports et ressources numériques.

3. Quelle lecture clé (article, ouvrage ou autre publication, de préférence en accès ouvert) conseilleriez-vous pour mieux comprendre et analyser la situation ?

Un article de Guillaume Fonteneau, dans Le Blog patrimoine – Au service de nos projets de vie,  avec une extrait de « Yuval Noah Harari: the world after coronavirus » en anglais, traduit ici : https://www.leblogpatrimoine.com/strategie/quel-sera-le-monde-dapres-le-coronavirus-revue-de-prospective-et-danalyse.html, une compilation d’articles sur la réflexion d’un nouveau « modèle » à construire.

Autre ressource intéressante sur le site « Education Endowment Foundation » : https://educationendowmentfoundation.org.uk/covid-19-resources/

Un témoignage de Thierry Joffredo, responsable du pôle numérique éducatif de la DSII de Rennes, qui retrace bien le contexte sur le terrain : https://www.joffredolebrun.fr/wp/dans-la-mesure-du-possible-3/

Enfin, sur la portabilité des données au sein de l’éducation : https://medium.com/@humanroads/la-portabilité-des-données-déducation-au-service-de-l-encapacitation-des-individus-caad733db4cc

4. Y a-t-il un fait, observé ou relayé dans les médias ou dans vos réseaux, qui vous surprenne tout particulièrement ?

Un formidable élan de solidarité envers les personnels soignants et les professions « essentielles » à la continuité « vitale », sociale et économique, en particulier des artistes et sportifs, une re-centration des missions sur le « sens » et l’efficacité des « circuits courts ».

5. A partir de votre expérience professionnelle telle qu’elle a été modifiée dans ces derniers mois, ou à partir de vos lectures et observations, y a-t-il selon vous une ou deux leçons principales à tirer dès maintenant de la situation actuelle ?

Il y a une nécessité absolue de diversifier les modes de formation et d’enseignement et de développer la flexibilité du système éducatif en faisant davantage confiance aux enseignants et aux élèves, capitaliser sur ce qui a été réussi et renoncer à ce qui ne fonctionne pas, être auto-vigilant, ensemble, à ne pas poursuivre des modes d’enseignement stériles et inefficaces ; garder le sens de ce que l’on fait.

6. Y a-t-il un conseil, une recommandation que vous souhaiteriez formuler à destination des enseignants ? des élèves ?

A destination des enseignants : oser de nouvelles modalités de travail, en équipe si possible, qui impliquent davantage les élèves, seuls et ensemble quand c’est nécessaire. A destination des élèves : dire quand on ne comprend pas le sens de ce que l’on est censé apprendre et savoir ; s’appuyer sur ses forces pour avancer tout en acceptant ses faiblesses ; s’accrocher pour réussir.

7. Y a-t-il une autre remarque que vous souhaitez nous communiquer pour contribuer à ces réflexions ?

Nous ne pouvons avancer sans sens et motivation, ni sans les autres. Durant cette crise, un certain nombre d’actions collectives ou solitaires ont remis au premier plan les valeurs humaines et une capacité à créer, faire preuve d’initiative et d’imagination pour certains, pas pour d’autres. Une tension est souvent palpable entre ceux qui voient tout en noir et ceux qui ont une vue trop édulcorée de la situation. Les premiers sont souvent taxés de pessimistes, les seconds de naïfs, niant la réalité. La juste mesure devrait pouvoir se trouver dans l’analyse, l’ouverture d’esprit et aux autres, la curiosité, pour tenir compte des contraintes et des obstacles sans les contourner et mieux construire ensemble. Ce dont je suis convaincue, c’est que s’il n’y a pas d’espoir d’un monde meilleur, on ne peut progresser. La notion d’équité dans l’accès aux savoirs et la construction de connaissances, ainsi que les « fractures » (numériques, d’équipements, d’usages, sociales, …) ont été régulièrement dénoncées lors de cette période. D’autres expériences réussies aussi ont vu le jour, des projets collectifs confinés et « déconfinés », des solidarités entre élèves… il faut prendre garde à ne pas se focaliser sur les manques afin que l’on ne reprenne pas dans un rythme encore plus effréné qu’avant, ce que certains penseurs craignent, et que les premières sorties « déconfinées » confirment.

A consulter aussi

Réseaux d’accompagnement du numérique dans l’académie de Rennes :

http://www.ac-rennes.fr/cid106689/les-reseaux-accompagnement-numerique.html

Toutatice.fr Espace numérique de l’éducation en Bretagne

https://www.toutatice.fr/portail


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.