École, numérique et confinement : regards croisés 3. Margarida Romero

La crise sanitaire que nous connaissons actuellement invite à s’interroger sur la nature même de la transformation numérique dans l’éducation. En effet, le passage rapide et massif d’une très grande partie de la communauté éducative, en France et au niveau international, à des pratiques numériques distancielles a mis en relief des processus et des réalités déjà connus et identifiés par la recherche (notamment les disparités sociales et territoriales dans les pratiques numériques, les différentes modalités d’appropriation par les enseignants – voir par exemple les productions des GTnum 4 [Usages et pratiques numériques des jeunes], 6 [Ressources] et 9 [Appropriation par les enseignants]) tout en mettant en lumière de nombreuses initiatives nationales et locales de la part des enseignants, et plus généralement des équipes éducatives, pour faire face au caractère inédit de la situation.

Margarida Romero

Pour contribuer à la compréhension de cette situation exceptionnelle, et dans la perspective des états généraux pour l’éducation (EGNé), nous donnons la parole à des acteurs du monde de la recherche et du numérique éducatif, en leur posant la même série de questions. 

Au fil des entretiens pourront ainsi se construire progressivement et dynamiquement des regards croisés sur les questions relatives au numérique et à l’Éducation, ces regards contribuant au partage des possibilités pédagogiques pour les professeurs, formateurs ou personnels d’encadrement.

Entretien avec Margarida Romero

Margarida Romero est directrice du Laboratoire d’Innovation et Numérique pour l’Éducation (LINE), une unité de recherche en Sciences de l’Éducation et de la Formation (SEF, CNU 70) de l’Université Côte d’Azur. Après obtenir le prix à la meilleure thèse en psychologie de l’éducation, elle intègre la faculté en Sciences de l’Education à la Universitat Autònoma de Barcelona. Elle poursuit sa carrière à la faculté en Sciences de l’Education de l’Université Laval au Québec et rejoindre en 2017 l’Inspé de Nice pour diriger le LINE. Ses recherches s’inscrivent dans une approche centrée sur les compétences du 21e siècle (#5c21), notamment en lien avec la créativité et la résolution de problèmes dans des activités de robotique pédagogique comme la tâche CreaCube, développée dans le cadre du projet ANR CreaMaker et l’action exploratoire Artificial Intelligence Devoted to Education (AIDE)

1. Pendant la période de confinement et de pandémie, comment qualifieriez-vous votre action et votre position de chercheuse ?

La situation exceptionnelle liée à la crise du COVID-19 est une source d’interrogation profonde pour la plupart des enseignants-chercheurs en sciences de l’éducation et de la formation. Malgré la richesse du corpus de recherche existant sur la médiatisation des apprentissages, nul pouvait anticiper la transformation de type disruptive vécue par l’ensemble des acteurs éducatifs au niveau mondial. Les changements qui se sont produits au cours des derniers mois étaient inimaginables avant la crise : l’apprentissage à distance à tous les niveaux éducatifs, l’intégration des parents dans les activités scolaires ou encore l’usage du numérique comme soutien de la relation éducative et les activités d’apprentissage et d’évaluation. Dans cette période de grandes turbulences, tout en restant en échange avec nos partenaires et étudiant.e.s internationaux du MSc SmartEdTech « Co-créativité et Numérique pour l’innovation éducative », nous sommes restés très ancrés sur notre territoire et notre communauté éducative autour de l’Inspé de Nice où la plupart des collègues du Laboratoire d’Innovation et Numérique pour l’Education (LINE) développent leur activité. Nous avons pris le temps, d’abord, de réorganiser les activités d’enseignement, d’encadrement et de recherche existantes, mais aussi de s’engager sur les activités d’accompagnement pour les enseignants, pour ensuite poser un regard de chercheur.e.s sur la situation actuelle.

Malgré la réorganisation des projets nécessitant un travail sur le terrain, la vie d’équipe a pu continuer en modalité à distance grâce à une dynamique de travail entre sites académiques qui était déjà en place bien avant le confinement. Le LINE est composé des collègues présents sur le campus niçois de l’Université Côte d’Azur, mais également situés à l’Inspé de La Seyne sur Mer et Draguignan. L’habitude du travail collaboratif à distance a permis de continuer la vie d’équipe sans difficulté et de développer un ensemble d’actions visant tant la valorisation des initiatives des enseignant.e.s et la mise en place d’une étude des transformations dans les usages du numérique pendant le confinement.

Cette étude doit nous permettre comprendre le changement dans les usages du numérique, tant d’un point vu du type d’activités que des modalités d’enseignement et d’apprentissage. Nous avons également organisé un webinaire dans le but de partager des retours d’expérience et les éclairages en lien à la recherche sur la médiatisation de la formation à distance. Le webinaire « Enseigner à distance : transformations, enjeux et créativité » met en perspective les expériences d’Eric Sanchez, responsable du Laboratoire d’innovation pédagogique (CERF-Unifr) à l’Université de Fribourg, de  Claire Peltier, titulaire de la chaire de design pédagogique et technologies éducatives pour la réussite étudiante à l’Université Laval en collaboration avec le LINE et le projet L@UCA, et d’Eric Guerci et Samira Karrach, directeurs du programme Invent@UCA à l’Université Côte d’Azur. Entre les différentes initiatives développées pendant le temps de confinement, l’équipe Invent a initié une cartographie mondiale des effets bénéfiques du confinement est en train de fédérer des observations à l’échelle planétaire ouvert à toutes les participations : http://univ-cotedazur.fr/globalpause#.Xs5bKmgzbOg   

La crise de rupture pédagogique est survenue au moment où nous étions en train de finaliser le livre blanc INRIA « Éducation et numérique » (Ed. Giraudon, Guitton, Romero, Roy, Vieville). Ceci nous a conduit à faire une révision des nombreuses problématiques évoquées dans le rapport (accessibilité du numérique, formation des enseignants, culture informatique) à la lumière de la situation qui a émergé dans le cadre de la crise COVID-19, notamment en lien aux inégalités sur les compétences, dispositifs et ressources éducatives numériques auxquelles ont accès tant les enseignants, que les apprenants et leurs familles.

2. Quel est selon vous le fait majeur que révèle ou que confirme la situation liée à la pandémie du COVID-19 ?

Un des faits majeurs dans le cadre du confinement et de la transition actuelle est sans doute l’engagement des familles dans l’éducation des enfants. En tant qu’enseignants nous avons pu davantage découvrir le quotidien des élèves et de nos étudiants, leur environnement et leurs familles. Les enseignants ayant pu établir un partenariat positif avec les parents ont développé des stratégies de collaboration éducative inédites. Les parents ont eu, dans certains cas, l’opportunité d’avoir un rôle clé dans les apprentissages scolaires de leurs enfants. Je pense notamment à des parents qui m’ont partagé, pleins de fierté, leur satisfaction d’avoir permis à leurs enfants de lire. Cependant, cet engagement accroît davantage les inégalités et met en relief différents types de manques. Des manques de temps et d’engagement des familles ne pouvant ou ne désirant pas consacrer du temps à l’accompagnement des apprentissages de leurs enfants ; des manques d’espace pour travailler à la maison et pouvoir développer une activité physique autour de son domicile ; des manques de matériel pour la réalisation des activités et la connexion aux différents dispositifs numériques, ou encore des manques liés a des besoins d’adaptation scolaire qui ne peuvent pas être apportées dans la situation actuelle.

La situation exceptionnelle met en évidence que l’école est bien plus qu’un programme scolaire bien structuré : le lien social et éducatif entre les élèves, les familles et la communauté d’enseignants et cadres éducatifs y est primordial. Bien que l’école soit toujours une organisation perfectible, son organisation permet d’offrir une progression des apprentissages selon un programme qui fait l’objet d’améliorations régulières. Nous avons pu observer que la forme scolaire, si difficile à changer auparavant, a fait l’objet d’une rupture, tant en termes de lieux, de temps que d’organisation entre les différents acteurs.

3. Quelle lecture clé (article, ouvrage ou autre publication, de préférence en accès ouvert) conseilleriez-vous pour mieux comprendre et analyser la situation ?

Une excellente mise en perspective des infox sur l’e-learning a été réalisée par Eric Sanchez dans le cadre d’une série de billets publiés par le Laboratoire d’Innovation Pédagogique (LIP) de l’Université de Fribourg : 12 infox sur l’e-learning au temps du coronavirus. Ont collaboré à ces infox des collègues avec une grande diversité d’expertises : Daniel Peraya, Florian Meyer, Christophe Reffay, Christelle Lison, Bernadette Charlier, Gaëlle Molinari, Claire Peltier, France Henri et Samuel Nowakowski, entre autres.

J’ai été incitée également à revenir sur la lecture de certains ouvrages dans le domaine de « l’apprentissage en famille » , comme Libre pour apprendre du psychologue évolutionniste, Peter Gray. La continuité pédagogique en période de confinement a donné lieu à certaines activités davantage guidées par les enfants et l’appropriation de leur environnement, quand celui-ci n’était pas trop restreint. Le confinement a été une épreuve également pour les familles développant « l’instruction en famille » du fait que les opportunités éducatives du territoire ont disparu : musées, tiers-lieux, parcs, lieux professionnels ouverts aux visites scolaires, rencontres entre familles. Le confinement n’a pas été une expérience d’instruction en famille, mais bien une expérience d’apprentissage confiné, plus ou moins médiatisé et guidé, qui a mis au défi la richesse de l’environnement éducatif familial, tant des familles scolarisant leurs enfants que celles réalisant « l’instruction en famille ».  

4. Y a-t-il un fait, observé ou relayé dans les médias ou dans vos réseaux, qui vous surprenne tout particulièrement ?

Les réseaux sociaux et autres réseaux informes ont mis en évidence l’importance du lien social entre enseignant.e.s face à la crise. La résilience développée par certaines écoles a été soutenue par le réseau déjà tissé entre les différents enseignant.e.s et cadres éducatifs bien avant la crise. Le réseau d’apprentissage personnel (RAP) a été une clé pour que les enseignant.e.s puissent se soutenir et s’entraider au cours de cette période. D’autre part, les partages d’initiatives dans le cadre des différents réseaux sociaux ont été à la fois une source s’inspiration et de partage d’idées qu’une valorisation des enseignant.e.s, de leurs élèves et de leurs familles.

Par ailleurs, nous avons eu des témoignages très diversifiés dans le cadre de la formation MSc SmartEdTech « Co-créativité et Numérique pour l’innovation éducative ». Cette formation réunit une trentaine d’étudiant.e.s distribués dans plus de vingt pays différents et ayant un profil à la croisée entre les sciences du numérique et les sciences de l’éducation. Des témoignages sur la continuité pédagogique en Slovakie, en Espagne, en Inde, au Kazakhstan ou encore en Colombie nous ont permis d’appréhender l’impact du confinement et du déconfinement sur le système éducatif. Malgré la transformation en distanciel de la semaine intensive que nous avions prévu en avril à Nice, le reste des activités du MSc SmartEdTech a pu être maintenu à distance sans grandes difficultés. Des solutions pour les différents cas liés aux stages ont été trouvés pour les étudiant.e.s nécessitant des adaptations. Cette formation hybride nous a permis constater que la flexibilisation des modalités pédagogiques nous permet de répondre de manière résiliente face à des situations comme celle que nous vivons actuellement.  

5. A partir de votre expérience professionnelle telle qu’elle a été modifiée dans ces derniers mois, ou à partir de vos lectures et observations, y a-t-il selon vous une ou deux leçons principales à tirer dès maintenant de la situation actuelle ?

La situation de confinement nous a conduit à réorganiser une partie des activités du Laboratoire d’Innovation et Numérique pour l’Education (LINE), notamment en lien avec le projet ANR CreaMaker, où nous travaillons tant avec des classes (du primaire et du secondaire) comme avec des personnes âgées dans le but d’étudier le processus de résolution créative de problèmes sous une approche développemental mais aussi intergénérationnelle. Dans ce cadre, la manipulation d’objets technologiques et l’émergence des connaissances technologiques par l’interaction entre le participant et l’objet sont au cœur des observables étudiés et ne peuvent pas être médiatisées sans changer la nature de la tâche. Manipuler, et notamment manipuler ensemble dans des contextes de type tiers-lieu, sont parmi les activités qui sont davantage complexes dans le moment actuel de distanciation physique et de nécessité de désinfection du matériel. Le confinement et la distanciation physique ont mis un point d’arrêt à certaines activités de fabrication numérique et de robotique pédagogique tant au LINE que dans les écoles et tiers-lieux.

Des travaux sur l’expérience muséale, développés par d’autres membres du LINE, ont dû être également décalés, tout comme des projets comme celui de construire pour écrire, en lien avec la fabrication physico-numérique de maquettes de ville (SmartCityMaker).

Notre premier constat a été donc celui de l’importance de partage des lieux, temps et matériel dans des activités engageant les élèves dans des co-créations tangibles dans nos différents projets de recherche au LINE. Les activités de fabrication numérique et de co-création avec des tangibles nécessitent une proximité sociale et physique que la situation actuelle ne permet pas de reproduire de manière sécurisée. Nous avons vraiment hâte de pouvoir reprendre des activités liées au « faire ensemble » avec des objets technologiques quand les conditions sanitaires le permettront. Entre-temps, dans le cadre du projet Erasmus+ Let’s STEAM, différentes activités adaptées au contexte d’ « apprentissage en famille » ont pu être partagées.

6. Y a-t-il une autre remarque que vous souhaitez nous communiquer pour contribuer à ces réflexions ? 

Cette crise est à la fois un défi et une opportunité pour interroger la place du numérique, pour soutenir à la fois les communautés éducatives et les différentes activités d’enseignement et d’apprentissage. Je voudrais souligner l’importance de la formation à la culture et aux compétences numériques dans la formation initiale et continue des enseignant.e.s. Cette formation doit pouvoir être éclairée par la recherche en sciences de l’éducation et du numérique afin de développer des pratiques qui puissent assurer un usage critique, créatif et inclusif du numérique.

A consulter aussi

Profil Twitter de Margarida Romero

Profil Twitter du laboratoire LINE

Publications de Margarida Romero sur HAL-Archives ouvertes


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.