École, numérique et confinement : regards croisés 5. Emmanuelle Voulgre

La crise sanitaire que nous connaissons actuellement invite à s’interroger sur la nature même de la transformation numérique dans l’éducation. En effet, le passage rapide et massif d’une très grande partie de la communauté éducative, en France et au niveau international, à des pratiques numériques distancielles a mis en relief des processus et des réalités déjà connus et identifiés par la recherche (notamment les disparités sociales et territoriales dans les pratiques numériques, les différentes modalités d’appropriation par les enseignants – voir par exemple les productions des GTnum 4 [Usages et pratiques numériques des jeunes], 6 [Ressources] et 9 [Appropriation par les enseignants]) tout en mettant en lumière de nombreuses initiatives nationales et locales de la part des enseignants, et plus généralement des équipes éducatives, pour faire face au caractère inédit de la situation.

Pour contribuer à la compréhension de cette situation exceptionnelle, nous donnons la parole à des acteurs du monde de la recherche et du numérique éducatif, en leur posant la même série de questions. 

Emmanuelle Voulgre

Au fil des entretiens pourront ainsi se construire progressivement et dynamiquement des regards croisés sur les questions relatives au numérique et à l’Éducation, ces regards contribuant au partage des possibilités pédagogiques pour les professeurs, formateurs ou personnels d’encadrement.

Entretien avec Emmanuelle Voulgre

Emmanuelle Voulgre est Maître de conférences au laboratoire Education, Discours et Apprentissage (EDA) et au département des sciences de l’éducation et de la formation de l’Université de Paris.

1          Sur quoi portent principalement vos travaux actuels ?

Maître de conférences au laboratoire Education, Discours et Apprentissage (EDA) et au département des sciences de l’éducation et de la formation de l’Université de Paris, la moitié de mes missions concerne le champ de l’enseignement, l’autre celui de la recherche.

Mes enseignements sont destinés essentiellement à des futurs enseignants, futurs conseillers principaux d’éducation (coordonnateur de l’animation de la vie scolaire d’un établissement), futurs formateurs d’enseignants et encore futurs professionnels de la coopération internationale en éducation et formation. L’objet des cours permet de s’initier à différentes interfaces de logiciels ou applications numériques afin de prendre conscience de la nécessité de se former tout au long de la vie au service des missions professionnelles et identifier comment les TIC peuvent être des modalités possibles pour se former, lorsqu’un certain nombre de conditions endogènes ou exogènes à soi et aux systèmes, sont réunies.

Mes travaux de recherche portent actuellement d’une part sur la formation des enseignants en ce qui concerne la programmation et la robotique à l’école primaire et les dispositifs qui sont mis en œuvre pour offrir des ressources pédagogiques et didactiques disponibles en ligne à la fois pour le formateur, l’enseignant, l’élève, le parent, le superviseur, le politique et le chercheur.

Ces recherches s’ancre au sein de l’ANR IE-CARE[1] qui fait suite à l’ANR DALIE[2] et se situe particulièrement dans l’académie de Versailles en France, mais aussi en Afrique (Burundi, Cameroun).

Je mène des travaux de recherche en Afrique là encore sur la formation des enseignants. J’analyse des dispositifs de formations des Maîtres du primaire et des enseignants du secondaire au Mali[3], au Niger[4], en Côte d’Ivoire[5] dans lesquelles les technologies de l’information et de la communication ont un rôle notamment dans l’accès aux ressources des formations et dans les modalités d’accompagnement et de tutorat des formés.

Mes approches sont systémiques, interdisciplinaires, exploratoires et principalement contextuelles et qualitatives. Elles sont centrées sur la participation citoyenne des acteurs en présence dans la compréhension du système de formation dont ils sont un des acteurs.

2. Pendant la période de confinement et de pandémie, comment qualifieriez-vous votre action et votre position de chercheuse ?

La période de la pandémie est une période qui m’interpelle en tant que chercheure afin d’étudier les utilisations des TICE au service de l’enseignement et des apprentissages, notamment auprès des enseignants qui ne les utilisaient pas en cours avec les élèves avant le COVID-19 afin de comprendre ce qui a changé pour eux en termes de représentations, identifications de besoins de formations pédagogiques et didactiques.

Ces objets de recherche s’étayent par l’ensemble des recherches que je mène :

  • relatives à la formation aux et par les TICE des enseignants, des formateurs, des superviseurs, des décideurs, des élèves, des étudiants, des parents au service de leurs missions pédagogiques, didactiques et administratives en France et en Afrique[6].
  • relatives aux utilisations des TICE en situation scolaire (en et hors classe) ;
  • relatives aux utilisations des ENT en situation scolaire (en et hors classe) ;
  • relatives aux utilisations des plateformes de ressources et à la conception et utilisation des ressources au service de l’éducation, de la formation, de l’enseignement et des apprentissages en situation scolaire (en et hors classe).

3. Quel est selon vous le fait majeur que révèle ou que confirme la situation liée à la pandémie du COVID-19 ?

La privation, pour un particulier, de l’accès à Internet[7] comme un droit universel et donc aux dispositifs d’environnement de travail, aux ressources pour l’enseignement et l’apprentissage, aux modalités d’accompagnement nécessaires à des utilisations me semble être un fait majeur à retenir afin de modifier les politiques nationales et internationales à la hauteur des enjeux systémiques.

En août 2009, j’ai participé à Ludovia. Les représentants de collectivités territoriales présentes et travaillant en Ariège notamment, indiquaient à quel point il était difficile d’inciter les enseignants à utiliser les environnements numériques de travail (ENT) dans leurs régions compte tenu des nombreuses zones où Internet n’avait pas de réseaux suffisant pour bien fonctionner. Ils comprenaient néanmoins l’intérêt de créer ces dispositifs (Voulgre, 2011)[8] afin de faire prendre conscience aux distributeurs de ces infrastructures qu’ils avaient intérêts à venir quadriller le territoire. « Faire venir » est d’ailleurs la politique que disaient avoir menée les représentants du département des Landes depuis les années 2000 avec l’opération « Un collégien, un ordinateur portable ». J’ai eu l’occasion l’année suivante d’aller rencontrer les enseignants, les élèves et quelques responsables territoriaux en Alsace. Là encore, les témoignages convergeaient. Beaucoup d’acteurs n’arrivaient pas à se connecter à l’ENT depuis chez eux. Ces régions vallonées, montagneuses avaient besoin de moyens supplémentaires pour permettre de fluidifier les connexions. En 2014, je me suis rendu en Afrique au Burundi, le pays aux mille collines, comme il est souvent nommé.  Là-bas, à cette époque-là, le câble n’alimentait pas encore la capitale Bujumbura d’Internet, mais ils connaissaient bien les problématiques des collines, car chez eux, les enseignants n’arrivaient pas à capter les émissions de la radio scolaire pour pouvoir se former et ainsi améliorer la qualité de leur enseignement. Cette même problématique des relais, la Côte d’Ivoire l’avait significativement vécue aussi lors de la période de la télé scolaire dans les années 1971-1980 (Education télévisuelle – Bouaké – Côte-D’ivoire)[9].

Ces problématiques d’accès aux réseaux sont donc anciennes et tout le monde sait qu’il faut multiplier les relais dans ces zones.

En 2020, nous n’avons toujours pas réussi à généraliser la fibre sur le territoire français. Nous avons donc des régions où travailler avec Internet est confortable, car efficace et rapide d’accès, alors qu’ailleurs il est juste insupportable de constater le besoin de reconnexion multiple, les délais de chargement d’un document, l’absence du réseau. Cette situation existe en France, elle est bien pire au Mali, au Niger, etc.

Nous avons bien pu observer que ce qui a continué à fonctionner durant le confinement ce sont les entreprises connectées et les enseignements via les réseaux.

Il apparait que les ENT ont permis de mailler des réseaux en éducation sur la base d’établissements, de groupes classes, voire de plus petits groupes dans une même classe ou entre plusieurs classes ou plusieurs établissements préexistants avant l’annonce du confinement et – ce qui a été une clé essentielle – pour transmettre, dès le premier jour du confinement, de nombreuses informations, injonctions, cours …notamment aux enseignants et aux élèves et que ces derniers ont pu aussi renvoyer des devoirs réalisés lors de la première journée. Si de nombreux dysfonctionnements ont été repérés, certains ont pu être ajustés durant la première semaine et par la suite, notamment en termes d’accès aux plateformes d’un nombre élevé d’utilisateurs. Les établissements scolaires qui ne bénéficiaient pas de tels réseautages ne pouvaient pas être aussi vite opérationnels.

Remarquons que ces ENT sont sans doute bien moins des coquilles vides qu’en 2000 puisque depuis, des politiques de numérisation de ressources, d’édition, de validation, de financement, de modalités de stockage et de regroupement par banque de données, de distribution via les ENT ou autres plateformes avec identifiants et mots de passes ont pu s’étayer en vingt ans.

Les plateformes et dynamiques académiques ont été elles aussi sollicitées, là encore en faisant appel à de nombreux savoir-faire installés. Par exemple, pendant la période de confinement et pour assurer la continuité pédagogique, la DANE de l’académie de Versailles a proposé « 1 JOUR 1 CONSEIL » avec la création chaque jour d’une courte vidéo mise en ligne sur sa chaine Youtube[10] ou la mise en ligne de vidéos sur sa plateforme ScolaWebTV[11] de partage de contenus audio-vidéo dédiées aux enseignants. Les Banques de Ressources Numériques pour l’École (BRNE) (Voulgre, Roux-Goupille et Gueudet, 2018)[12] sont en accès libre[13]. Les plateformes d’exerciseurs Quizinière[14], Leanrning apps[15], Labomath[16], Maxicours[17], Enseigno[18], Éléa[19], sont utilisés en lien avec les ENT ou en dehors.

Les ministères et les partenaires en éducation avec l’appui de l’Unesco de certains pays (Côte d’Ivoire, Mali, au Bénin, Cameroun) ont pu créer des émissions de radio et de télévision pour le scolaire, encore une fois dans la limites des réceptions possibles pour les enseignants et les élèves. Ces pays se sont appuyés sur des compétences acquises ces dernières années et réinvesties rapidement. La France s’est aussi appuyée sur des savoir-faire antérieurs, notamment avec la plateforme Lumnii[20], les fondamentaux[21], l’INA[22].

Cependant, la recherche de solutions technologiques adéquates pour les cours est particulièrement complexe. Et sans l’accès à Internet, il restera toujours au moins cette inégalité de droit qui engendre également bien d’autres inégalités systémiques.

4. Quelle lecture clé (article, ouvrage ou autre publication, de préférence en accès ouvert) conseilleriez-vous pour mieux comprendre et analyser la situation ?

En plus des références dans le corps du texte en voici trois. Le première est relative à une enquête étudiant, la deuxième porte sur une explicitation d’un notion théorique, la troisième présente une méthodologie systémique.

Henri Panabière, Gaële et Goasdoué, Rémi (2020). Premiers résultats du questionnaire adressé aux étudiant.es de la fac SH de l’U-Paris pendant le confinement : https://u-paris.fr/wp-content/uploads/2020/05/Observatoire-SH-Enquete-sur-les-conditions-d-etude-pendant-le-confinement_premiers-r%C3%A9sultats.pdf

Vulbeau, Alain (2015). « Contrepoint – L’infobésité et les risques de la surinformation », Informations sociales, 2015/5 (n° 191), p. 35-35. DOI : 10.3917/inso.191.0035. URL : https://www-cairn-info.sirius.parisdescartes.fr/revue-informations-sociales-2015-5-page-35.htm

Wallet, Jacques (2010). Chapitre 5. Technologie et gouvernance des systèmes éducatifs. Dans Apprendre avec les technologies (pp. 71-80). Paris cedex 14, France: Presses Universitaires de France. doi:10.3917/puf.charl.2010.01.0071.

5. Y a-t-il un fait, observé ou relayé dans les médias ou dans vos réseaux, qui vous surprenne tout particulièrement ?

Un événement me surprend particulièrement, en lien avec la problématique de l’accès aux réseaux, puis aux ressources, puis à l’accompagnement aux utilisations des dispositifs. Il s’agit de l’étonnant projet SpaceX Starlink qui devraient donner à réfléchir à propos de propositions pour des politiques d’envergures. Ce fait tente d’illustrer des tensions systémiques qui dépassent l’entendement de la plupart des acteurs et dont on ne sait pas comment s’en saisir localement.

  • Le projet SpaceX Starlink prévoirait selon l’article de Schmidt (2019), de lancer près de 42’000 satellites en orbite basse autour de la Terre afin de fournir une connexion internet globale. Le mercredi 22 avril, SpaceX a lancé 60 nouveaux satellites Starlink en orbite basse. La constellation compterait 420 appareils depuis avril 2020 (Rochefort, 2020).

6. À partir de votre expérience professionnelle telle qu’elle a été modifiée dans ces derniers mois, ou à partir de vos lectures et observations, y a-t-il selon vous une ou deux leçons principales à tirer dès maintenant de la situation actuelle ?

Enseigner en présentiel et enseigner à distance ne requièrent pas les mêmes gestes professionnels, les mêmes habilités numériques et sociales. Les objectifs d’enseignement et d’évaluations de connaissances et de savoir-faire, savoir-être sont différents. L’organisation des services sont à penser autrement. L’expertise est à construire.

En particulier, cette période de confinement a sans doute créé des perturbations pour beaucoup de décideurs, superviseurs, d’enseignants, d’élèves, d’étudiants, d’apprenants, de parents tout en apportant des solutions à retenir particulièrement brillantes et bénéfiques pour certains acteurs…Nous avons à étudier cette période de manière systémique pour mieux comprendre ces complexités et en tirer parti pour la suite avec ou sans confinement.

6. Y a-t-il un conseil, une recommandation que vous souhaiteriez formuler à destination des enseignants ? des élèves ?

Il serait particulièrement appréciable, et d’intérêt publique, que les enseignants, les élèves, les parents puissent participer à la constitution d’un recueil de témoignages de cette période du COVID-19 sur l’année 2020. Leurs histoires de vie pourraient être décrites, notamment à l’aide de moyens audio et vidéo ; avec des captures d’écrans, des traces du travail mené. Ces enseignants, élèves, parents pourraient donner à voir les manières dont ils ont pu et su utiliser les TIC pour enseigner, pour apprendre, pour guider, accompagner, motiver. Ils pourraient préciser quelles technologiques, quels logiciels, quelles fonctionnalités ils ont choisi d’utiliser pour quelles disciplines, quelques domaines, quelles consignes, quels attendus explicites et implicites, quelles évaluations. Ces récits pourraient également mettre en relief les difficultés rencontrées et les dynamiques positives perçues de chacun.

Ces descriptions pourraient contribuer à la reconnaissance du temps que chacun donnerait à une co- constitution d’une compréhension de cette période et de ces aspects pluridisciplinaires, aux multiples dimensions physiologiques, psychologiques, psychanalytique, anthropologiques, historiques, sociologiques, philosophiques, neuroscientifique, systémique ; chacune à part équilibrée[23].

7 . Y a-t-il une autre remarque que vous souhaitez nous communiquer pour contribuer à ces réflexions ?

Pour préparer les conditions des continuités et discontinuités pédagogiques il faut procéder par étapes permettant de définir les finalités, les objectifs, les moyens. Préalablement, des recherches doivent permettre de décrire et analyser les situations complexes des conditions d’enseignement et d’apprentissages qui ont été mises en œuvre durant le confinement.

Des aides massives à ceux et celles qui en ont besoin sont nécessaires en France mais de façon plus globale à l’internationale. Ces aides sont complexes à mettre en œuvre car elles touchent plusieurs domaines (alimentation, logement, santé, équipement connecté, accompagnement éducatif, accompagnement psychologique, accompagnement professionnel).

Ces dispositifs compteront forcément aussi un volet d’infrastructures nationales et internationales car il ne s’agit pas de penser seulement des solutions pour la France mais aussi de participer davantage à la couverture internationale.

Notes

[1] Projet ANR IE-CARE [2018-201.[ : Informatique à l’école : conceptualisations, accompagnement, ressources http://iecare.lip6.fr/

[2] Projet ANR DALIE [2015-2017] : Didactique et Apprentissages de l’Informatique à l’École primaire https://dalie.home.blog/

[3] Dynamisation des apprentissages des maitres du primaire par le mobile à Sikasso au Mali – ATIC (Apprendre par les TIC) http://vstice.auf.org/mali/

[4] Usage des technologies de l’information pour la formation des enseignants au Niger – UTIFEN https://www.auf.org/nos-actions/toutes-nos-actions/usage-des-technologies-de-linformation-pour-la-formation-des-enseignants-au-niger-utifen/

[5] Projet AUF – OIF RESSACLI DNL IFADEM [2020-2021[ : REcherche Sur les Stratégies d’Amélioration des Compétences LInguistiques au service des DNL dans le cadre d’IFADEM (IFADEM-PAPDES, Côte d’Ivoire, projet d’appui à l’amélioration de l’enseignement des apprentissages premiers et de la direction des établissements scolaires) https://uparisedaressaclidnlifadem.wordpress.com/

[6] Projet SUPERE RCF [2012-2016] : SUpervision PÉdagogique et REssources Recherche Coopérative Francophone http://eda.shs.univ-paris5.fr/supere/doku.php?id=publications

[7] We are Social & Houtsuit (2020). Digital Report 2020 Étude sur l’usage d’Internet et des réseaux sociaux dans le monde en 2020 https://wearesocial.com/fr/blog/2020/01/digital-report-2020 Le nombre d’internautes dans le monde a atteint les 4,54 milliards en fin 2019 sur une population estimée à 7,7 milliards en fin 2019.

[8] VOULGRE, Emmanuelle (2011). Une approche systémique des TICE dans le système scolaire français : entre finalités prescrites, ressources et usages par les enseignants. Thèse de Doctorat en Sciences de l’Éducation sous la direction de Wallet J., CIVIIC, Université de Rouen, 357p, PDF, [en ligne] http://shs-app.univ-rouen.fr/civiic/memoires_theses/textes/these_VOULGRE.pdf

[9] VOULGRE, Emmanuelle; WALLET, Jacques et BARON, Georges-Louis (2018). Technologies de l’information et de la communication et Sciences de l’éducation : regards historiques. Adjectif.net Mis en ligne Samedi 09 juin 2018 [En ligne] http://www.adjectif.net/spip/spip.php?article468 & https://20-ans-resafad.sciencesconf.org/data/pages/RESAFAD_20_ANS_Voulgre_Emmanuelle_Prehistoire_des_TICE_Niger_et_RCI_15_06_2018.pdf

[10] Exemple d’un(e) acteur/actrice de la vie scolaire présente un conseil sur l’utilisation des outils numériques au services de l’enseignement https://www.youtube.com/playlist?list=PLP4Xae9xLAG6qRqXryrcUSwSry17aCi98

[11] ScolaWebTV https://scolawebtv.crdp-versailles.fr/

[12] VOULGRE, Emmanuelle ; ROUX-GOUPILLE, Camille et GUEUDET, Ghislaine (2018). « Interrelations entre l’écosystème de banques de ressources pour enseignants et l’activité enseignante. Rapport de recherche de l’ANR REVEA », Version du 06-06-2018, PDF, 66pages. https://urlz.fr/823W

[13] Ressources numériques éducatives https://eduscol.education.fr/cid150648/ressources-numeriques-educatives.html

[14] Quizinière https://www.quiziniere.com/

[15] Leanrning apps https://learningapps.org/

[16] Labomath http://labomath.free.fr/

[17] Maxicours https://www.maxicours.com/

[18] Enseigno https://www.educlever.com/enseigno

[19] Éléa https://communaute.elea.ac-versailles.fr/

[20] Lumni (anciennement France tv éducation) Lumni, rappelle le mot « lumière » et le terme latin « alumni » pour dire « élèves » La plateforme rassemble une offre éducative gratuite de l’audiovisuel public commune à tous les acteurs de l’audiovisuel public rassemblant les ressources de l’Ina (Institut national de l’audiovisuel), d’Arte, de France télévisions ou encore de France médias monde et de Radio France. https://www.lumni.fr/

[21] Les fondamentaux https://www.reseau-canope.fr/lesfondamentaux/

[22] INA Institut National de l’Audiovisuel https://www.ina.fr/

[23] ATIEF (25-05-2020). Avis du Conseil d’Administration de l’ATIEF en réponse aux propositions du Conseil Scientifique de l’Éducation Nationale http://www.atief.fr/content/avis-du-conseil-d’administration-de-l’atief-en-réponse-aux-propositions-du-conseil

A consulter aussi

Autres références (question 5)

Site professionnel

http://eda.recherche.parisdescartes.fr/emmanuelle-voulgre-3/

Publications d’Emmanuelle Voulgre sur HAL-Archives ouvertes



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.