École, numérique et confinement : regards croisés 2. Benoît Fricoteaux

La crise sanitaire que nous connaissons actuellement invite à s’interroger sur la nature même de la transformation numérique dans l’éducation. En effet, le passage rapide et massif d’une très grande partie de la communauté éducative, en France et au niveau international, à des pratiques numériques distancielles a mis en relief des processus et des réalités déjà connus et identifiés par la recherche (notamment les disparités sociales et territoriales dans les pratiques numériques, les différentes modalités d’appropriation par les enseignants – voir par exemple les productions des GTnum 4 [Usages et pratiques numériques des jeunes], 6 [Ressources] et 9 [Appropriation par les enseignants]) tout en mettant en lumière de nombreuses initiatives nationales et locales de la part des enseignants, et plus généralement des équipes éducatives, pour faire face au caractère inédit de la situation.

Pour contribuer à la compréhension de cette situation exceptionnelle, et dans la perspective des états généraux pour l’éducation (EGNé), nous donnons la parole à des acteurs du monde de la recherche et du numérique éducatif, en leur posant la même série de questions. 

Benoît Fricoteaux

Il s’agit ainsi de contribuer à l’intelligibilité de ces sujets d’actualité et de faire évoluer les représentations sur les innovations pédagogiques possibles.

Au fil des entretiens pourront ainsi se construire progressivement et dynamiquement des regards croisés sur les questions relatives au numérique et à l’Éducation, ces regards contribuant au partage des possibilités pédagogiques pour les professeurs, formateurs ou personnels d’encadrement.

Entretien avec Benoît Fricoteaux

Délégué académique au numérique éducatif de la région académique de Guadeloupe depuis septembre 2014, ayant exercé successivement en tant que professeur agrégé d’histoire-géographie, responsable de formation à l’école d’ingénierie de la formation à distance du Cned (Cned-Eifad), puis en tant qu’IA-IPR d’histoire-géographie, Benoît Fricoteaux est attentif à la problématique de l’acculturation numérique de la communauté éducative, particulièrement interrogée, dans le cadre de la crise sanitaire actuelle.

1. Pendant la période de confinement et de pandémie, comment qualifieriez-vous votre action et votre engagement professionnel ?

Pendant la période de confinement et de pandémie, représentant une situation à la fois inédite et déstabilisante, je qualifierais mon implication au regard de mes missions comme allant de soi, légitimement attendue, soutenue et régulièrement sollicitée. Il s’agissait de se montrer réactif, innovant et efficace. Ayant la chance de pouvoir compter sur un petit nombre de collaborateurs motivés et compétents, nous avons pu développer une stratégie d’accompagnement des équipes pédagogiques, en lien avec la cellule de continuité pédagogique, mise en place par le recteur, en privilégiant le contact virtuel de proximité avec les réseaux de la DANE et la prise en compte nouvelle pour beaucoup d’une pédagogie menée en distanciel.

2. Quel est selon vous le fait majeur que révèle ou que confirme la situation liée à la pandémie du COVID-19 ?

Selon moi, le point essentiel qui émerge de cette crise sanitaire – mais cela n’a rien d’original en soi si l’on prend un peu de recul – c’est l’effet de surprise, le sentiment de sidération, face à un événement inouï qui prend l’ensemble de la population de court et constitue, au sens que pouvait lui donner Marcel Mauss, un fait social total.

Dans le même temps, en veillant à ne pas tomber dans une forme d’angélisme, une situation de ce type a priori catastrophique sinon cataclysmique invite – un peu à la façon dont un deuil peut frapper un individu – à trouver des solutions nouvelles, à repenser les structures, qu’elles soient, politiques, sociales ou plus largement culturelles. Bref, il devient banal d’inviter à penser à un « après », voire à convoquer ou appeler de ses vœux un nouveau modèle de société.

3. Quelle lecture clé (article, ouvrage ou autre publication, de préférence en accès ouvert) conseilleriez-vous pour mieux comprendre et analyser la situation ?

Tout d’abord, spontanément, j’ai repensé à cette bande-dessinée atypique donnant lieu à un film tout aussi singulier, publiée en 1971 dans Charlie Hebdo, par Gébé, L’an 01 dont le slogan était : « On arrête tout ; on réfléchit et c’est pas triste… ».

Par ailleurs, la réflexion de penseurs comme Joël de Rosnay, Le Macroscope, Vers une vision globale paru en 1975 ou Edgar Morin et son concept de pensée complexe et de reliance – il faudrait relire les six tomes de sa Méthode – ou encore Les sept savoirs nécessaires à l’éducation du futur, paru en 2000.

 On peut enfin s’appuyer sur le rapport de Catherine Becchetti Bizot « Repenser la forme scolaire à l’heure du numérique : vers de nouvelles manières d’apprendre et d’enseigner » paru en 2017 ou bien pour ouvrir sur une mise en perspective internationale, le récent rapport Eurydice de 2019 « L’éducation numérique à l’école en Europe ».

4. Y a-t-il un fait, observé ou relayé dans les médias ou dans vos réseaux, qui vous surprenne tout particulièrement ?

La situation actuelle agit comme un révélateur – un accélérateur peut-être – de la révolution de la communication radicale que nous connaissons depuis plus d’une vingtaine d’années et qui bouleverse profondément le jeu politique, les mentalités et les relations interindividuelles. Il y a en effet une forme de perplexité à constater le paradoxe persistant entre le caractère instantané de sources d’informations multiples, à caractère exponentiel et la complexité croissante des arbitrages politiques qu’il convient de mener, à différentes échelles. Pour prendre un exemple, la polémique autour du traitement par l’hydroxychloroquine cristallise assez précisément ce type de dilemme provoqué par un trop plein d’informations et la nécessité de devoir arrêter au plan politique une position explicite.

5. A partir de votre expérience professionnelle telle qu’elle a été modifiée dans ces derniers mois, ou à partir de vos lectures et observations, y a-t-il selon vous une ou deux leçons principales à tirer dès maintenant de la situation actuelle ?

Je me méfie a priori des leçons que pourrait nous donner tel ou tel événement ou situation. L’examen du passé nous montre à quel point il paraît illusoire de retenir une approche utilitariste voire téléologique, étant admis aujourd’hui que l’histoire est davantage un récit, voire une construction en partie politique.

Dans le contexte nouveau, ménagé par la crise du COVID 19, je porterais l’accent sur :

  • Les ressources d’adaptation de nos équipes qu’il convient de remercier en termes d’échanges à distance et de mutualisation ;
  • la mobilisation des ressources créatives des collègues, souvent force de proposition et d’optimisme.

La recommandation qui me vient à l’esprit est par conséquent de veiller à valoriser ces différentes initiatives et à les mutualiser tant au plan des établissements mais également à l’échelle académique et nationale, dans la perspective de l’année scolaire 2020-2021.

6.  Y a-t-il une autre remarque que vous souhaitez nous communiquer pour contribuer à ces réflexions ? 

En somme, on peut interpréter cette crise comme un appel à réaliser un tournant pédagogique important en tirant parti du numérique. Cela passe par l’objectivation lucide des contraintes, par définition imposées, mais également par une chance renforcée de co-construction articulant de façon plus opératoire recherche universitaire/pratiques pédagogiques du terrain, laissant espérer la mise en place ou l’affirmation d’expérimentations innovantes et peut-être à terme, d’un nouveau paradigme éducatif fondé sur l’hybridation des formes scolaires, déjà en partie à l’œuvre avant la crise.

A consulter aussi

 

Profil Twitter de la DANE Guadeloupe

DANE Guadeloupe

https://pedagogie.ac-guadeloupe.fr/numerique_en_guadeloupe 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.